Françoise Laurent-Perrigot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurent.
Françoise Laurent-Perrigot
Image illustrative de l'article Françoise Laurent-Perrigot
Fonctions
Conseillère départementale du canton de Quissac
En fonction depuis le
En tandem avec Olivier Gaillard
Élection 2015
Sénatrice du Gard
Conseillère générale du canton de Lédignan
En fonction depuis le 1981
Prédécesseur Francis Perrigot
Maire d'Aigremont
1985 – 2010
Prédécesseur Georges Maurin
Successeur Claude Castanet
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Nîmes (Gard)
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Retraitée de la fonction publique

Françoise Laurent-Perrigot est une femme politique française, née le à Nîmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Elle est élue sénatrice du département du Gard lors des élections sénatoriales du . Son suppléant est Laurent Pons, conseiller général du canton d'Alzon et maire de Vissec.

Membre du PS depuis 41 ans[1], elle en est exclue pour deux ans en à la suite de sa candidature aux élections régionales sur la liste conduite par Georges Frêche[2],[3]. Elle est cependant réintégrée dès le .

En , au second tour des élections cantonales, elle est réélue conseillère générale du canton de Lédignan avec 100 % des suffrages exprimés (hors blancs et nuls).

Lors des élections sénatoriales de 2014, dans un contexte de progression de l'UMP, elle perd son siège à la Haute Assemblée.

En 2015, lors des premières élections départementales dans le Gard, elle est élue, en tandem avec Olivier Gaillard, conseillère départementale du canton de Quissac, face au duo FN composé d'Olivier Rolland et Sylvie Vignon. Le 2 avril, elle réintègre l'exécutif départemental comme vice-présidente, avec la délégation à l'attractivité économique, l'agriculture et au haut débit[4].

Affaires[modifier | modifier le code]

En , elle est condamnée à dix mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende[5] pour emploi fictif. Le , la commission permanente du Conseil général décide d'une remise de debet[6].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Mandats passés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]