Élisa Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanc.
Élisa Blanc
Élisa Blanc (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
VonnasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie Élisa GervaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
La Mère BlancVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Auberge de la mere blanc depuis 1872.JPG

plaque commémorative

Élisa Blanc (surnommée la Mère Blanc), née Élisa Gervais le à Polliat et morte le à Vonnas, est une célèbre « mère » restauratrice française. Établie à Vonnas, en Bresse, dans l'Ain, elle obtient en 1933 2 étoiles au Guide Michelin, et la distinction de « meilleure cuisinière du monde » par le célèbre critique gastronomique Curnonsky, pour sa gastronomie bressane. Sa belle fille Paulette Blanc lui succède, puis son petit-fils héritier Georges Blanc, avec 3 étoiles au Guide Michelin depuis 1981[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

L'Auberge de la Mère Blanc en 1910.

Élisa Gervais naît le à Polliat, à 15 km au Nord-Est de Vonnas. En 1902, elle épouse Adolphe Blanc[2], fils de Jean-Louis et Virginie Blanc[3], cafetier limonadier et marchand de charbon, de père en fils, installés depuis 1872 comme aubergiste sur la place du marché / champ de foire de Vonnas (ou a lieu un important marché agricole régional de volaille, à l'image du marché de Louhans).

Le couple prend la succession de l'auberge familiale, l'année de leur mariage. Élisa s'installe aux fourneaux de sa belle mère Virginie Blanc, et porte le nom de Blanc au sommet de la gastronomie française, par son grand talent de cuisinière, sous le nom de « mère Blanc ». Elle pratique une cuisine de terroir généreuse, au beurre et à la crème, et cuisine exclusivement des produits sélectionnés du terroir bressan, volailles, poulets de Bresse à la crème, poulardes, coqs, pigeons, canards, escargots, cuisses de grenouilles et écrevisses de la Dombes aux herbes, truffes, morilles et crêpes vonnassiennes (dont elle est créatrice). Des sommités de l'époque, dont le président Édouard Herriot, sont des habitués de sa table.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1929, le Guide Michelin lui décerne une première étoile[4], suivie du premier prix du concours culinaire du Touring club de France en 1930, puis d'une seconde étoile au Guide Michelin trois ans plus tard, en 1933, et du titre de « meilleure cuisinière du monde », par le célèbre prince élu des gastronomes Curnonsky[réf. nécessaire].

Création[modifier | modifier le code]

Elle est à l'origine de la création des crêpes vonnassiennes, spécialité culinaire à base de purée de pommes de terre[5],[6], spécialité perpétuée depuis en sa mémoire, par son petit fils Georges Blanc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.leprogres.fr/lyon/2017/01/22/elisa-blanc-grand-mere-de-georges-la-meilleure-cuisiniere-du-monde
  2. « Vonnas et son passé » [PDF], sur georgesblanc.com
  3. www.patrimoines.ain.fr/n/les-meres-de-l-ain
  4. « Les Mères Lyonnaises, Cuisine des gones. Cuisine lyonnaise », sur www.cuisine-des-gones.com (consulté le 22 décembre 2015).
  5. (it) Alessandra Meldolesi, Eugénie Brazier e le altre: storie e ricette delle madri dell'alta cucina, Le lettere, (ISBN 9788860870179, lire en ligne).
  6. Jean-François Mesplède, Trois étoiles au Michelin. Une histoire de la haute gastronomie française et européenne, Gründ, (ISBN 9782700024685, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :