Baneins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baneins
La mairie de Baneins.
La mairie de Baneins.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Villars-les-Dombes
Intercommunalité Dombes
Maire
Mandat
Jean-Pierre Grange
2014-2020
Code postal 01990
Code commune 01028
Démographie
Population
municipale
585 hab. (2014)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 38″ nord, 4° 54′ 09″ est
Altitude Min. 207 m – Max. 272 m
Superficie 8,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Baneins

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Baneins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baneins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baneins
Liens
Site web mairie-baneins.fr

Baneins est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont communément appelés Baninois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Baneins occupe une superficie de 872 ha, au nord de Saint-Trivier-sur-Moignans, avec une altitude comprise entre 215 et 271 mètres. Le territoire de la commune est traversé par la rivière Le Moignans, dans lequel se jette un petit ruisseau : le Mazanan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Étienne-sur-Chalaronne Dompierre-sur-Chalaronne L'Abergement-Clémenciat Rose des vents
Valeins N Châtillon-sur-Chalaronne
Relevant
O    Baneins    E
S
Chaneins Saint-Trivier-sur-Moignans

Toponymie[modifier | modifier le code]

Banneins (1228); Banens (1327); Bagnens (1418); Baneins (1452); Banains (1455); Banins (XVIIIe siècle), Banneins ou Anthenans (XVIIIe siècle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la paroisse portait le nom d'Athaneins. au fil du temps, le nom de Baneins, qui était celui du château, l'a remplacé. L'étymologie reste incertaine : le nom Baneins est basé sur un nom d'homme germanique Bano ou Banno, et la terminaison -eins très fréquente dans la Dombes proviendrait du suffixe -ing qui s'ajoute communément à beaucoup de patronymes germaniques.
Baneins était une seigneurie avant de devenir vicomté, puis comté sous Louis XIII. Elle était devenue, avec Béreins et Dompierre-sur-Chalaronne, la douzième châtellenie de la souveraineté de Dombes.

De l'ancien château qui appartenait au XIIIe siècle au chevalier Raoul de Baneins qui donna son nom au village, il ne subsiste aucun vestige.

L'abandon du nom de lieu Athaneins pour Baneins serait donc probablement lié à l'identification du lieu-dit à l'hégémonie des seigneurs de Baneins.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1977 François Girard    
1977 1995 Joanny Didienne    
1995 1998[2] Jean Durand    
1998 2014 Christine Gonnu PS Conseillère générale
Vice-présidente du conseil général
2014 En cours Jean-Pierre Grange SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Baneins.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 585 habitants, en augmentation de 0,34 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290 270 108 376 388 369 373 389 435
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
471 550 548 480 490 506 553 527 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
474 421 427 445 425 374 393 328 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
267 284 254 307 377 529 598 572 585
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L’activité agricole est prédominante sur la commune. L’élevage est encore important malgré une évolution vers les productions céréalières. Le village compte également quelques artisans-commerçants (restaurant, carrossier, plombier).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Deromptey est une petite colline à l’ouest du village qui offre une vue magnifique. Par temps clair, on peut y apercevoir le mont Blanc.
  • L'église Sainte-Martin, de style roman, possède une abside et un portail du XIIe siècle. Le clocher qui devait se trouver au-dessus de la travée du chœur, a été détruit à la Révolution et reconstruit au-dessus de l’entrée. Le tympan, sculpté au XIXe siècle en l’honneur du saint patron du lieu, représente saint Martin à cheval, partageant son manteau avec un mendiant à genoux qui s’appuie sur une béquille.
  • Le lavoir, construit en 1912.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Donat Bollet (1851 - 1923), médecin et homme politique, député puis sénateur de l'Ain, également maire de Trévoux, est né dans la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l'Ain de 1789 à 2003, Dominique Saint-Pierre, Musnier-Gilbert Éditions, 2003.
  2. Décédé en fonction le 22 mai 1998.
  3. « Partnerstädte » Site web de la ville de Wächtersbach, consulté le 29 avril 2017.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richesses touristiques et archéologiques du canton de Saint-Trivier-sur-Moignans, ouvrage collectif, pré-inventaire publié en 2000.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]