Sulignat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Ain
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Ain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Sulignat
Église de la Nativité de Notre-Dame de Sulignat.
Église de la Nativité de Notre-Dame de Sulignat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Châtillon-sur-Chalaronne
Intercommunalité Dombes
Maire
Mandat
Bernard Jarnet
2014-2020
Code postal 01400
Code commune 01412
Démographie
Gentilé Sulignacois, Sulignacoise
Population
municipale
558 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 42″ nord, 4° 57′ 51″ est
Altitude Min. 202 m – Max. 278 m
Superficie 10,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Sulignat

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Sulignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sulignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sulignat
Liens
Site web sulignat.fr

Sulignat est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont les Sulignacois et les Sulignacoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du territoire.

Localisation[modifier | modifier le code]

Sulignat dans l'Ain et le canton de Châtillon-sur-Chalaronne.

Sulignat est un petit village situé au centre-est de la France localisé dans le département de l'Ain de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Au niveau local, le village appartient à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse et au canton de Châtillon-sur-Chalaronne. L'altitude de la commune est aux environs de 260 mètres, sa superficie est de 10,80 km2.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Illiat Saint-Julien-sur-Veyle Vonnas Rose des vents
L'Abergement-Clémenciat N Neuville-les-Dames
O    Sulignat    E
S
L'Abergement-Clémenciat Châtillon-sur-Chalaronne

Points extrêmes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • La Renon traverse l'est vers Dagallier Bas. La rivière forme une frontière avec Neuville-les-Dames et Vonnas.
  • Le Bief Bourbon naît au sud-ouest la commune entre le Bois des Bones et Les Renardières. Ce cours d'eau forme une partie de la frontière que le village partage avec Saint-Julien-sur-Veyle, Illiat et L'Abergement-Clémenciat, il se jette à Biziat dans la Petite Veyle.
  • Le Bief Berthelon prend aussi sa source dans la commune à l'ouest du bourg dans le hameau de Montessuy avant de se jeter dans le Bief Bourbon près de la frontière avec Biziat.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat de Sulignat est un climat tempéré à légère tendance continentale. La station la plus proche est celle de Mâcon qui lui confère donc les données climatiques de la ville-préfecture qui sont les suivantes pour la période entre 1981 et 2010.

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Ensoleillement (h) 61,9 91,5 154,9 182 212,9 245,3 267,7 242,4 185,6 116,9 70,3 50,5 1 881,9
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[1]
Temperature down.svg
Temperature up.svg
Rain icon.svg
Rain icon.svg
Sun01.svg
Sun01.svg
Température

minimale

Température

maximale

Hauteur de

précipitations

Nombre de jours

avec précipitations

Durée

d’ensoleillement

Nombre de jours avec

bon ensoleillement

7,4 °C 16,1 °C 859,3 mm 113,9 j 1881,9 h 73,25 j

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Carte des axes de communication.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Aucune voie ne traverse la commune mais la ligne de Mâcon à Ambérieu, desservie par les TER de la région Rhône-Alpes[2], passe à proximité. Les trains TER de la ligne s'arrêtent à la gare de Vonnas.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée du village.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Noms successifs[modifier | modifier le code]

Les premières mentions du village date de 1272 sous les noms de Suligniacus ou Suligna[3]. En 1443, Sulligniacus est utilisé par les archives de l'Ain pour se référer au village. À la fin du siècle, on trouve en 1495 Suliniacus sur la pancarte des droits de cire.

En 1563, Sullignaz est évoqué dans les archives de la Côte-d'Or, Sulligna est mentionné en 1656. On trouve le nom actuel de Sulignat vers 1734 dans la Description de Bourgogne. Toutefois, le Pouillé du diocèse de Lyon cite Sulligniat en 1743.

Histoire[modifier | modifier le code]

Très ancienne paroisse, Sulignat faisait partie de la Bresse sous le vocable de la Nativité de Notre Dame, puis devint savoyarde en 1272.

En 1601, après la fin de la guerre franco-savoyarde qui se termine par le Traité de Lyon, Biziat intègre la France avec l'acquisition de celle-ci de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex. Elle est par la suite intégrée à la province bourguignonne.

Entre 1790 et 1795, elle devient un municipalité du canton de Châtillon-les-Dombes, et dépendait du district de Châtillon-les-Dombes. Durant cette période, Châtillon-sur-Chalaronne absorbe la commune, L'Abergement et Clémenciat, le village devient alors un hameau. Tandis que ces deux derniers quittent Châtillon pour former L'Abergement-Clémenciat en 1857, Sulignat redevient une commune en 1809 et M. Garron de la Bevière devient alors le premier maire.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, un camp de maquisards portant le nom de Catane et formé par 75 hommes était installé dans les bois de Marmanant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Lors des réunions du conseil municipal, le maire est entouré de ses quatre adjoints et de ses dix autres conseillers municipaux[4]. Ces conseillers se regroupent dans différentes commissions : budget, appels d’offres, éducation, action sociale, culture, associations, sports, loisirs, tourisme, communication, ruralité, aménagement durable du territoire, urbanisme, lotissement, autorisations d’urbanisme, patrimoine, bâtiment, juridique, cimetière.

Maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Jean-Paul Janichon    
2001 2008 Bernard Comas    
2008 En cours Bernard Jarnet SE Industriel - Réélu en 2014

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 558 habitants, en diminution de -2,96 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861
387 498 441 480 476 531 518 501 502
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
574 555 593 595 570 551 525 529 505
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
507 456 453 470 450 431 392 395 367
1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 - -
348 370 434 485 569 556 558 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École.

L'école de la commune forme avec celles de Saint-Julien-sur-Veyle et de Biziat un RPI depuis le [9]. On y trouve trois classes regroupant les trois niveaux de la maternelle[10].

Les élèves de cette école passant en 6e sont dirigés au collège du Renon de Vonnas. Enfin, le lycée de secteur de la commune est le lycée Lalande, situé à Bourg-en-Bresse.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 1977[11], le village accueille la fête de la frite. Cette fête a lieu chaque 14 juillet où des frites fraîches sont en vente. De nombreuses animations sont aussi proposées durant cette journée.

Sports[modifier | modifier le code]

  • L'union sportive Sulignat est un club de basketball créé au milieu des années 1970.
  • La boule du Maronnier permet la pratique de sport de boules au boulodrome situé près des halles.

Médias locaux[modifier | modifier le code]

  • Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes de l'Ain. Il paraît du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènements sportifs et culturels au niveau local, national, et international.
  • Le journal Voix de l'Ain est un hebdomadaire publié les vendredis qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain.
  • La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Numérique[modifier | modifier le code]

La commune dispose du très haut débit avec la fibre optique grâce au réseau publique de fibre optique LIAin régi par le syndicat intercommunal d'énergie et de e-communication de l'Ain[12].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille une quinzaine d’entreprises, des restaurants, des chambres d’hôtes, un gîte rural, un commerce multiservices et une douzaine d'exploitations agricoles[13].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de la Nativité de Notre-Dame fut construite vers 1001, elle perdit son clocher durant la Révolution française. La bâtiment subit une transformation importante lors de sa restauration en 1865, le chœur devient l'entrée de l'édifice.
  • La grange de Biziat était une propriété de l'hôpital de Châtillon-sur-Chalaronne. Le bâtiment est caractéristique des anciennes constructions en pans de bois.
  • Près de l'église, la halle fut récemment construite sur la place du marronnier. Accueillant les toilettes publiques, elle fut édifiée avec les matériaux d'un ancien presbytère[13].
  • Le Château de Longes fut construit en 1240[14] et était à l'origine une maison forte. Entre 1660 et 1671, le bâtiment fut restauré et fut inscrit au titre des monuments historiques en 1991.
  • À la sortie du bourg en direction de Châtillon-sur-Chalaronne, le château d'eau est situé le long de la route D2.
  • En face de l'église, un monument honore les soldats de la commune tués au combat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les spécialités culinaires sont celles de la région bressane, c'est-à-dire la volaille de Bresse, les gaudes, la galette bressane, les gaufres bressanes, la fondue bressane[15].

La commune se situe dans l'aire géographique de l'AOC Crème et beurre de Bresse[16] et de l'AOC Volailles de Bresse[17].

Elle a aussi l'autorisation de produire le vin IGP Coteaux de l'Ain (sous les trois couleurs, rouge, blanc et rosé)[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]