Saint-Parthem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Parthem
Saint-Parthem
La rue principale de Saint-Parthem.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Lot et Dourdou
Intercommunalité Decazeville Communauté
Maire
Mandat
Jean-Michel Reynes
2014-2020
Code postal 12300
Code commune 12240
Démographie
Gentilé Saint-Parthémois
Population
municipale
408 hab. (2016 en augmentation de 0,74 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 37″ nord, 2° 18′ 57″ est
Altitude Min. 180 m
Max. 592 m
Superficie 20,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Parthem

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Parthem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Parthem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Parthem

Saint-Parthem est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Santin Rose des vents
N Grand-Vabre
O    Saint-Parthem    E
S
Flagnac Almont-les-Junies

Site[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Raymond Molenat    
mars 2008 En cours Jean-Michel Reynes DVD Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2016, la commune comptait 408 habitants[Note 1], en augmentation de 0,74 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5685129209611 0521 2241 1701 2201 126
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1821 1661 2281 2451 2401 2161 1621 0691 029
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
953957933835806759747707634
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
621569540515466445454401408
2016 - - - - - - - -
408--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Parthem.
  • L'église de Saint-Parthem, de style roman, remaniée au cours des siècles, conserve les reliques de Saint-Parthem, évêque de Clermont, mort au IVe siècle. On peut y découvrir une croix de pierre sculptée du XVIe siècle.
  • Le château fort de Gironde mentionné au XIe siècle, domine la vallée du Lot au-dessus du village que traverse cette rivière, à proximité du port d'Agrès qui est attesté depuis le VIIIe siècle. Il appartenait depuis le XVe siècle à la Famille cantalienne de Bertrand, aujourd'hui éteinte. Le dernier seigneur de Gironde est Anthoine de Bertrand (qui n'est pas le compositeur bien connu Antoine de Bertrand). La chapelle du château de Gironde, lieu de pèlerinage du Rouergue, depuis le Moyen Âge, renferme le tombeau de Bégon II de Bertrand, seigneur de la Renaissance. Elle contient une nef en bois du XIXe siècle et une série de grandes toiles contemporaines représentant des scènes de la vie de la campagne rouergate. Cette chapelle est encore desservie au XXIe siècle à l'occasion des pèlerinages.
  • Le château de Lasmaries ou des Maries, appartenait au XVe siècle à Jean de Séguy, seigneur d'Anglars et de Lasmaries, marié à Marie de Corn de Sonnac, père de Géraud-Aymar, dit Marquès, seigneur de Lasmaries et de Lalaubie. Il reste dans la même famille jusqu'au mariage en 1658 de Gabrielle de Séguy, fille d'Antoine et d'Anne del Salès, avec Pierre V de Flavin, seigneur de Capelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, La Sala : Boissa, Flanhac, Las Juniás, Livinhac, Sent-Antin, Sent-Partem / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de La Sala, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 231 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-05-X, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36652253)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]