Montferrand (Aude)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montferrand
Montferrand (Aude)
La mairie.
Blason de Montferrand
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité Communauté de communes Castelnaudary Lauragais Audois
Maire
Mandat
Christophe Pradel
2020-2026
Code postal 11320
Code commune 11243
Démographie
Gentilé Montferrandais
Population
municipale
583 hab. (2018 en augmentation de 11,26 % par rapport à 2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 55″ nord, 1° 49′ 12″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 301 m
Superficie 17,93 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Bassin chaurien
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Montferrand
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Montferrand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montferrand
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montferrand

Montferrand Écouter est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montferrandais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans le Lauragais sur la rigole de la plaine en Pays Lauragais. C'est une commune limitrophe avec le département de la Haute-Garonne. C'est sur la commune que se trouve le seuil de Naurouze.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Montferrand est limitrophe de cinq autres communes dont une dans le département de la Haute-Garonne.

Carte de la commune de Montferrand et de ses proches communes.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-d'Alzonne (Elusiodunum[2] Ier siècle av. J.-C., Mansio Elusione[3] IVe siècle, Eluso IVe siècle) dont le nom est une corruption par l'hydronyme Alzonne d'une racine préceltique Elus- de sens obscur (cf. Eauze, ancienne Elusa.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Fresquel, la Rigole de la plaine et le canal du Midi.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 793 hectares ; son altitude varie de 186 à 301 mètres[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec l'autoroute A 61 et les routes départementales D 6113 (ex-RN 113) et la D 218 ainsi qu'avec la via Tolosana, le canal du Midi et la voie verte du canal du Midi en Haute-Garonne.

La commune est desservie par la ligne 955 du réseau liO.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Montferrand est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Montferrand correspond probablement à l'ancien carrefour routier du bourg gallo-romain d'Elesiodunum, cité par Cicéron dans son discours Pro Fonteio (69 av. J.-V.), où un des péages instauré par le gouverneur romain Fonteius collectait une taxe sur le vin exporté d'Italie vers la Gaule indépendante. Pendant la croisade des Albigeois, un siège (oc) y eut lieu en 1210. Il est cité, sous le nom de Mansio Elusione, comme une des étapes du pèlerinage de Bordeaux à Jérusalem au IVe siècle. Sulpice Sévère y a résidé à la fin du siècle. Par la suite, l'insécurité a amené les habitants à déplacer leur habitat vers la hauteur qui a pris le nom de Montferrand[9].

Découvert en 1955 par un minotier, le complexe architectural et funéraire chrétien de l'antiquité tardive et du Haut Moyen-Âge (IVe-VIIIe siècles après J.-C.) situé à Peyre Clouque est unique dans le Lauragais[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montferrand Blason
D'azur à un monde d'or, au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[11],[12].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Carcassonne de la communauté de communes de Castelnaudary Lauragais Audois et du canton du Bassin chaurien (avant le redécoupage départemental de 2014, Montferrand faisait partie de l'ex-canton de Castelnaudary-Sud) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes de Castelnaudary et du Bassin Lauragais.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Christophe Pradel SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2018, la commune comptait 583 habitants[Note 3], en augmentation de 11,26 % par rapport à 2013 (Aude : +2,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
740776752815889961960990940
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
962974863830792710730608640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
597574561535569565539485497
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
480438395352356410459496533
2018 - - - - - - - -
583--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[17] 1975[17] 1982[17] 1990[17] 1999[17] 2006[18] 2009[19] 2013[20]
Rang de la commune dans le département 114 128 167 138 136 136 137 131
Nombre de communes du département 439 436 435 437 438 438 438 438

Économie[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montferrand fait partie de l'académie de Montpellier.

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Seuil de Naurouze

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg, « A propos du mobilier métallique récemment découvert à Peyre Clouque, Montferrand (Aude) », (2005) - In : La Méditerranée et le monde mérovingien, pages 193-205.
  • Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg, « Le complexe architectural et funéraire de Peyre Clouque à Montferrand (Aude) (Ve-Modèle:VIle siècles) », (2005) - In : L'édifice cultuel entre les périodes paléochrétienne et carolingienne pages 143-154.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Cicéron, Pro Fonteio.
  3. Itinerarium Burdigalense
  4. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  9. Henri-Paul Eydoux, Lumières sur la Gaule, Plon, 1960, p. 191 à 215.
  10. « Archéologie: Peyre Clouque ouvre ses portes », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  11. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  12. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 18 août 2020).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).