Condé-sur-Marne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condé.
Condé-sur-Marne
Condé-sur-Marne à la jonction du canal de l'Aisne à la Marne et du canal latéral à la Marne
Condé-sur-Marne à la jonction du canal de l'Aisne à la Marne et du canal latéral à la Marne
Blason de Condé-sur-Marne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Canton Châlons-en-Champagne-2
Intercommunalité CA Cités-en-Champagne
Maire
Mandat
Romain Sinner
2014-2020
Code postal 51150
Code commune 51161
Démographie
Gentilé Condéen
Population
municipale
785 hab. (2014)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 45″ nord, 4° 10′ 49″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 122 m
Superficie 12,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Condé-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Condé-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condé-sur-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condé-sur-Marne
Liens
Site web www.conde-sur-marne.fr

Condé-sur-Marne est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe sur la rive droite de la Marne et de son canal latéral. Condé-sur-Marne est un carrefour. Au niveau routier, le village est desservi par les routes départementales 1 (vers Ay et Châlons-en-Champagne), 34 (vers Louvois), 37 (vers Ambonnay et Jâlons) et 701 (vers Isse). Au niveau des cours d'eau : le canal de l'Aisne à la Marne y rejoint la canal latéral à la Marne et les ruisseaux Isse, les tarnauds ainsi que la Gravelotte y rejoignent la Marne[1].

Communes limitrophes de Condé-sur-Marne
Ambonnay Isse
Tours-sur-Marne Condé-sur-Marne Aigny
Jâlons

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Condetum supra Matronam, Condati ou Condiacum en 850 [2], Condatum en 868.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques ont montré que l'emplacement du village était habité depuis la nuit des temps puisque des vestiges (restes de palissades, bâtiments et silos) du mésolithique moyen (7500 av. J.-C.) et du néolithique final (4000 av. J.-C.). D'autres vestiges gallo-romains et médiévales (morceaux de céramique, de tuile) ont été trouvés au cours de fouilles[3].

On commence à trouver le nom de Condé sur Marne (Condetum supra Matronam, Condati ou Condiacum) en 850 dans le cartulaire du chantre Guérin puis dans les archives de l'abbaye de Saint Remy de Reims en 1297 en parlant de Frédéric prévôt de Condé. Condé sur Marne était, semble-t-il, un assez gros village fortifié, chef-lieu de deux autres villages Brabant et Clairefontaine (aujourd'hui disparus)[4].

Durant la guerre de cent ans, en 1380, après le passage du Duc de Glocester avec ses 3000 archers le village fut totalement incendié ceux-ci. Le village est à nouveau brûlé le 25 août 1652 par les soldats de Charles IV de Lorraine durant la fronde de Champagne.

Durant la Révolution, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom le 28 nivôse de l'an II (7 janvier 1794) pour devenir Montagne-sur-Marne[5] pour reprendre son nom d'origine le 1 brumaire de l'An IV (23 octobre 1795).

Le 18 juillet 1814, durant la Campagne de France , le Général russe Wlasoff ,commandant des 23e et 24e régiment de cosaques pris ses quartiers à Condé sur Marne avec ses officiers pendant 50 jours, les troupes campèrent à l'extérieur. Le village perdit beaucoup d'animaux et de foins réquisitionnés par les cosaques.

De 1837 à 1869 le village verra la construction du canal latéral à la Marne et celui de l’Aisne à la Marne dont il sera le nœud fluvial, les deux canaux ce rejoignant dans sa partie Est.

La guerre 1870/71 ne fera pas de victimes dans le village mais verra l’arrivée le 24 Aout 1870 des prussiens  et quelques Uhlans envahir ses terres avec son lot de réquisitions de nourriture et fourrage. Des jeunes Condéens participeront à des opérations militaires contre l’ennemi au sein de la première et deuxième section du premier bataillon de la garde nationale mobile. Sosthène Onésime Delacour, maire du village de 1884 à 1904, sera décoré de la médaille de la guerre 1870/71 pour ses états de service durant la guerre.

Le 8 avril 1904, le village verra passé le CBR (Compagnie de la Banlieue de Reims) petit train reliant Reims à Châlons en Champagne et Epernay. Condé sur Marne le seul village de la ligne à avoir deux arrêts. Un à la gare, rue neuve et un autre au niveau de la halle.

La première guerre  mondiale apportera son lot de malheurs également, 31 Condéens sont morts au champ d’honneur, le village verra passer les troupes allemandes en septembre 1914 repoussées par la suite après leur défaite aux marais de Saint Gond. Le village servira de base arrière pour les troupes françaises (9e et 24e Dragons, 4e Chasseurs à cheval, 3e et 4e bataillons du 4 e régiment de zouaves, 10e régiment d’artillerie). L’évènement le plus traumatisant de cette guerre est sans aucun doute le bombardement du village le 2 Mai 1917 vers 22h30 par des Gothas G de la Luftwaffe qui tua un soldat, en blessa deux autres au niveau humain et côté matériel détruisit une grande partie de l’église, l’école des filles, la garderie, deux bombes tombèrent dans les rues ne faisant que des dégâts légers (vitres et vitrines des magasins) et une dernière tomba dans une étable tuant quatre vaches et blessant des chevaux. Il faudra attendre 1925 avant de voir l’église restaurée.

La deuxième guerre mondiale blessera à nouveau le village. Les premiers allemands entreront dans Condé sur Marne le 12 Juin 1940 cela donnera lieu à de violents combats entre l’ennemi arrivant en nombre et des éléments du 23eme régiment de chasseurs (chars) et d’infanterie regroupé dans la ferme de Roland Lemoine. 22 militaires français y perdirent la vie. Le village subira 2 jours d’intenses bombardements. Le clocher de l’église sera décapité par un obus français tuant deux allemands qui avaient pris position avec une mitrailleuse lourde. Les trois quarts des maisons de Condé furent détruites ou endommagées au cours de cette bataille. Le village restera aux mains des troupes allemandes jusqu’au 29 Aout 1944 où les troupes américaines du Général Searby rentrent dans le village vers les 10h du matin et chassent les derniers allemands, les autres aillant déjà fuient en débandade durant la nuit du 28 au 29 Aout.

Depuis ce temps, le village vit dans la paix et est revenu ce petit village paisible et accueillant des bords de Marne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[6], la commune antérieurement membre de la communauté de communes de la Région de Condé-sur-Marne, est désormais membre de la nouvelle communauté d'agglomération Cités-en-Champagne.

Celle-ci résulte en effet de la fusion, au 1er janvier 2014, de l'ancienne communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne, de la communauté de communes de l'Europort, de la Communauté de communes de Jâlons (sauf la commune de Pocancy qui a rejoint la Communauté de communes de la Région de Vertus) et de la Communauté de communes de la Région de Condé-sur-Marne[7],[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1965 Marcel Loré    
1965 1977 Roger Potié    
1977 1983 Gaston Grandjean    
1983 1999 Yannick Lemoine    
1999 2014 Jean-Jacques Loré[9]    
2014[10] en cours
(au 4 juillet 2014)
Romain Sinner    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont les Condéens et les Condéennes[11].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 785 habitants, en augmentation de 10,56 % par rapport à 2009 (Marne : 0,82 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
539 526 526 587 555 542 556 581 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
548 529 553 567 563 543 508 496 503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
529 529 503 480 526 521 504 444 451
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
528 504 477 594 566 599 654 710 785
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Condé sur Marne, situé en zone rurale est surtout orienté vers l'agriculture (blé, luzerne, maïs, pomme de terre ...) avec plusieurs exploitations agricoles et la viticulture avec trois maisons de Champagne. L'économie du village réside aussi sur ses nombreux artisans (Un coiffeur à domicile, 5 entreprises de maçonnerie et bâtiments, une de plâtrerie, un paysagiste et une entreprise de pulvérisation). Pour sa vie locale le village possède une boulangerie (faisant relais de poste et épicerie de secours) et un bar. Condé sur Marne est également un village étape pour le tourisme avec ses nombreuses chambres d'hôtes et son petit port de plaisance.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Rémi de Condé-sur-Marne est d'architecture romane et date du XIIe siècle. Son clocher, rare en Europe, est constitué d'un empilement d'étages de plus en plus étroits. Elle comporte aussi un porche champenois de la Renaissance. La tour et ce porche sont les derniers vestiges de l'église du XIIe siècle[15]. Elle est classée monument historique depuis 1918[16], l'année suivant son bombardement.
  • L'Aqueduc sert au relevage des eaux. Il fait partie du système d'écluses du canal de la Marne à l'Aisne.
  • La Halle en bois date d'avant la Révolution française. Elle a été déplacée de quelques mètres en 1844 pour laisser le passage direct à la rue de Chalons, crée à l'occasion de la construction du canal de l'Aisne à la Marne et du pont de l'écluse. Antérieurement, la circulation vers Chalons-en-Champagne se faisait par la rue du 14 juillet (rue du bas à l'époque). Le changement de la Halle s'est fait sans la démonter. Seules, les tuiles ont été enlevées et remplacées par des ardoises, au remontage.
  • La Halte Nautique se situe à l'embranchement entre le canal latéral à la Marne et le canal de l'Aisne à la Marne. Un joli petit port a été créé où les péniches et bateaux de plaisance viennent y accoster.
  • L'Ecole de la Biodiversité: Le jardin a été cré par les Maîtresses d'école, les écoliers des villages d'Aigny, de Condé-sur-Marne et d'Isse et de bénévoles. On peut y découvrir la vie des insectes et y cueillir toutes sortes d'aromates.
Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Condé-sur-Marne

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

tiercé en pairle : au premier d'or aux trois fleurs de lys de gueules, au deuxième d'azur à l'église d'argent couverte de gueules, au troisième de gueules à la gerbe de blé d'or liée d'argent.

Manifestations communales[modifier | modifier le code]

- Le foyer rural et la maisons des associations accueillent les nombreuses activités de Familles rurales Condrouillates (Théâtre (Acte1), danse country (Rednex), gym, Art (peinture et modelage sur terre), guitare, Piano, scrapbooking et cinéma.

- Club la Détente condéenne (pour les anciens)

- Brocante le lundi de Pâques. Celle-ci est réputée et accueille près de 200 exposants. Une restauration est disponible sur place.

- Fête patronale tous les deuxièmes weekend du mois de juin.

- Fête nationale: Retraite aux lampions, feu d'artifice et bal le 13. Défilé et pot de l'amitié le 14 juillet.

- Point de départ du véloroute allant jusqu'à Damery. 28 km à faire en vélo, patins à roulettes ou à pied le long du canal latéral à la Marne.

- Terrain multisports

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Rémi Martin RIGOLLET: Un héros condéen parmi les grognards de Waterloo. Né à Condé sur Marne le 8 février 1788, Rémi Martin RIGOLLET s'engagea dans la Garde Impériale le 9 juin 1805 et affecté au 105e Régiment d'Infanterie de Ligne sous le commandement du Colonel Jean LANNES (futur Maréchal d'Empire) en Espagne. Il sera blessé une première fois d'un coup de lance le 2 mai à Madrid puis une deuxième fois par un coup de feu dans le genou gauche le 9 février 1813 aux Carrascal toujours en Espagne. Il rejoindra l'armée du nord en 1815 et participera à la bataille de Waterloo. Au cours de cette bataille il recevra 3 coups de lance au côté droit, trois coups de sabre sur la tête, sera fait prisonnier à l'issue de la bataille et envoyé en Angleterre où il ne restera que quelque temps. Invalide, il est remis à la vie civile avec le grade de Sous-Lieutenant. Le 15 février 1853 il sera fait Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur (Décret 88486 du 26/12/1852 signé par le Ministre de la Guerre). Rémi Martin RIGOLLET décédera le 16 avril 1859 à l’Hôpital des invalides à Paris.

Alexandre Alfred BATILLIOT: Un héros chez les FFI. Né à Condé sur Marne le 11 août 1908, Alexandre BATILLIOT est mobilisé en 1939 et rejoint le 5e bataillon des forces françaises de Loire Inférieure où il monte au grade de Sergent avec la spécialité de scaphandrier. Fait prisonnier par les allemands en 1940 qui le libèrent rapidement par la suite ayant besoin de scaphandriers pour leur base navale de Saint Nazaire. Alexandre profite de cette liberté pour disparaître et rentrer dans l'armée des ombres et c'est sous les ordres du Lieutenant-Colonel FFI Jacques CHOMBARD DE LAUWE (alias Félix) qu'il combattra. C'est au cours d'une mission de harcèlement qu'il sera tué par les allemands d'une balle en plein front le 2 avril 1945 à 8h00 du matin au lieu-dit Carheil près de Plessé (Loire Atlantique). En son honneur la place de la mairie de Condé sur Marne porte son nom depuis le 1er mars 1946.

Jean SIOT: Un héros de la résistance. Né à Mareuil sur Ay (Marne) en 1922, Jean Siot a passé toute son enfance Condé sur Marne. Le 5 mars 1943 il reçoit une convocation du Préfet de Chalons en Champagne Perreti Della Rocca pour le STO (Service du travail Obligatoire) et est envoyé à la ligne de forts du côté de Soisson puis sur le mur de l'Atlantique. Considéré comme insoumis il est appréhendé par la police française le 27 avril 1944 avec 8 de ses camarades. Envoyé à Brest, il s'échappe le lendemain et muni d'une fausse identité il se rend à Hénon dans les Cotes d'Armor pour y entrer dans la clandestinité. Agent de liaison puis chef du groupe 14 et promu Lieutenant le 1er juin 1944. Le 9 juillet 1944 200 soldats allemands encerclent Hénon et tous les hommes du village sont arrêtés puis envoyés au siégé de la Gestapo à Uzel. Torturé il ne parle pas et arrive à faire innocenter 25 prisonniers qui seront libérés. Lui et une vingtaine de ses camarades seront retrouvés dans un charnier en forêt de Lorge (Cotes d'Armor). Ils avaient été fusillés. Le village de Hénon a donné son nom à sa rue principale et Condé sur Marne a donné son nom à la place où se trouve la Halle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN de Condé-sur-Marne sur Géoportail (consulté le 19 septembre 2013).
  2. Dans le cartulaire du chantre Guérin
  3. archives de la Mairie de Condé sur Marne
  4. Abbé Constant Paulet, Mon Fief sur la Marne, Vraux, Aigny, Condé sur Marne, Isse, Billy le grand, Vaudemange, Imprimerie du centre professionnel Guénange,
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  7. « Cités en Champagne », Les intercommunalités, Syndicat Mixte du SCoT et du Pays de Châlons-en-Champagne (consulté le 18 juillet 2015).
  8. « La communauté d'agglomération passera de 14 à 38 communes en 2014 Le financement de la future intercommunalité fait débat : De Vatry à Aigny, en passant par La Veuve, le futur établissement public, dont la création vient d'être validée par le préfet, aura des allures de géant. Mais la définition de ses compétences, notamment en zone rurale, suscite des craintes », L'Union,‎ (lire en ligne).
  9. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008).
  10. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  11. « Condé-sur-Marne », sur Pays de Châlons-en-Champagne (consulté le 19 septembre 2013).
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « L'église Saint Rémy de Condé-sur-Marne », sur site de la commune de Condé-sur-Marne (consulté le 19 septembre 2013).
  16. Notice no PA00078671, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19 septembre 2013.