Ambilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ambilly
Ambilly
La place du 7 au 11 janvier 2015, devant la mairie.
Blason de Ambilly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Annemasse
Intercommunalité Annemasse - Les Voirons Agglomération
Maire
Mandat
Guillaume Mathelier
2014-2020
Code postal 74100
Code commune 74008
Démographie
Gentilé Ambilliens
Population
municipale
6 175 hab. (2015 en augmentation de 4,84 % par rapport à 2010)
Densité 4 940 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 45″ nord, 6° 13′ 29″ est
Altitude Min. 410 m
Max. 435 m
Superficie 1,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Ambilly

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Ambilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ambilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ambilly
Liens
Site web ambilly.fr

Ambilly est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'agglomération transfrontalière du Grand Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ambilly se situe dans la banlieue nord d'Annemasse, à la frontière avec la Suisse. Elle est la plus petite commune du département de la Haute-Savoie, mais aussi des Savoie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Thônex (Drapeau de la Suisse Suisse, GE) Puplinge (Drapeau de la Suisse Suisse, GE) Ville-la-Grand Rose des vents
N Annemasse, Ville-la-Grand
O    Ambilly    E
S
Gaillard Annemasse

( )

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Anblyi (graphie de Conflans) ou Ambelyi (ORB)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Nombreux vestiges romains, notamment un aqueduc et des objets (tuiles, amphores, poteries, etc.)[2]. L'ancien site d'implantation devait se situer entre le Château Pictet et la Tour[2]. Il s'agit probablement d'une villa qui a laissé son nom à la commune, on trouve en effet les formes Ambiliaci en 859 et Ambilliacum en 1022[2]. Les plus grandes découvertes sont mises à jour avec la construction de l'hôpital en 1965[2].

Entre 1780 et 1837, Ambilly fait partie de la province de Carouge, division administrative des États de Savoie.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 1], dont 31 pour la commune[5],[6]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1969 juin 1995 Jean Beauquis CD puis
UDF-CDS
Conseiller général du canton d'Annemasse-Nord (1973 → 1985)
juin 1995 mars 2001 Angel Erbeia UDF  
mars 2001 mars 2008 Jean-Michel Duret UDF Vice-président du SIFOR[8], de la CARA et du CDG
mars 2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Guillaume Mathelier PS Professeur de faculté
Vice-président d'Annemasse Agglo
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Ambilliennes et les Ambilliens[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2015, la commune comptait 6 175 habitants[Note 2], en augmentation de 4,84 % par rapport à 2010 (Haute-Savoie : +7,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1721611616031 134288224218233
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
192186180222332352411508509
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
5879581 3911 8162 3352 5903 2544 3375 582
1982 1990 1999 2005 2010 2015 - - -
5 2245 9045 8085 7455 8906 175---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Ambilly est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école primaire « la Fraternité » qui regroupe 252 élèves[14], une école maternelle « la Paix » (107 enfants)[15] et l'école élémentaire « la Paix » qui compte 159 élèves[16].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune abrite le gymnase municipal Lucien Veyrat. Dans ce gymnase de deux étages, plusieurs associations viennent régulièrement pratiquer leur sport. Il y a notamment le club d’athlétisme, de football ou encore de tennis de table.

Tennis de table[modifier | modifier le code]

Le club de tennis de table de l'Entente Pongiste Ambilly a été fondé en 1958 par Lucien Veyrat. Après avoir hissé sa première équipe en nationale 2 dans les années 80, le club a connu une période plus délicate qui a failli conduire à l'extinction. Heureusement, depuis quelques années, l'EPA a connu un vif renouveau qui se traduit par le nombre de licenciés en constante augmentation et par des résultats de plus en plus probants chez les jeunes joueurs. En juin 2018, le club accède à la régionale 2. Avec plus d'une centaine de membres et près de 70 jeunes, l'Entente Pongiste se positionne comme un des plus grands clubs savoyards.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Faucigny, le Courrier savoyard.

Internet[modifier | modifier le code]

Ambilly a été récompensée pour sa politique Internet par le label « Ville Internet » en 2011 et 2014 par @@[Note 3].

Économie[modifier | modifier le code]

Il reste encore quelques maraîchers dont les serres n’ont pas été grignotées par l’expansion immobilière. Leur activité est essentiellement tournée vers la culture biologique de la fraise avec la mise au point d’un système d’irrigation innovant qui utilise les eaux très froides de l’Arve, et du Foron (technique dite de l’OGA).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clos Babuty, grande maison de style jurassien, jadis propriété de Joseph Babuty qui fut maire d'Ambilly pendant 40 ans. La maison et le clos ont été vendus par la famille de Buttet, descendant des Babuty, à la commune d'Ambilly en 1995.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Parc Jean-Beauquis, aménagé en 1978-79 par la municipalité Beauquis (1969-1995) à la suite du don du terrain par la baronne de Buttet.

La commune avait vu une partie de son territoire cédé au canton de Genève à la suite du traité de Paris (1815). Librement cultivables par les habitants, ces 20 hectares de terres ont alors été exploitées par les habitants qui traversaient chaque jour la frontière. En 2012, la commune a décidé de vendre 70 % du terrain et de louer le reste[18].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Fidèle reproduction d'une colonne antique grecque.

La rue du Bief accueille une fidèle reproduction d'une colonne antique grecque, visible à l'origine sur le site de l'Acropole d'Athènes.[réf. nécessaire]

La mairie abrite un tableau encadré de Maurice Boitel prêté par le Fonds National d'Art Contemporain : "le port de la Meule, Ile d'Yeu,"1960, huile sur toile, 41x120cm, signé en bas à gauche[réf. nécessaire]. Ce tableau appartient à l'une des plus intéressantes périodes du peintre. De cette époque, il ne reste que peu de tableaux en France, la quasi-totalité ayant été vendue en Grande-Bretagne et aux États-Unis.[réf. nécessaire]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Ambilly

Les armes d' Ambilly se blasonnent ainsi :

D'azur à une rivière d'argent en pal passant sous un pont d'or mouvant de la pointe, chapé, à dextre, aussi d'argent chargé d'une feuille de chêne de sinople et, à senestre, aussi d'or chargé d'une feuille de chêne aussi de sinople, au chef de gueules chargé d'une croix d'argent.

Les éléments héraldiques utilisés s'expliquent ainsi : les trois couleurs fondamentales : l'azur, l'or et l'argent, nous ont été données par trois familles qui ont occupé, jadis, une situation prédominante à Ambilly.

  • Les Nobles Bochet, originaires d'Évires, fixés à Ambilly à la fin du XVe siècle, en la personne de maître Hugonin Bochet, notaire, soit sept générations vivront dans la commune. Leurs armoiries étaient : d'argent à trois fasces de sable.
  • Les Nobles Voland (ou de Volland) sont venus à Ambilly par mariage. Égrège[20] Claude Voland épousa Françoise Bochet, il fut anobli en 1567 et reçut les armoiries suivantes : d'azur à trois ailes d'or. Son petit-fils, Noble Philibert Voland, seigneur de Compois est également qualifié seigneur d'Ambilly.
  • La Maison de Seyssel : Antoine de Seyssel, seigneur de Sothonod, en épousant Diane de Voland, héritière de sa famille, devient seigneur d'Ambilly, titre qui restera celui de ses descendants jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.

Les Seyssel, seigneurs d'Ambilly, descendaient d'une des plus anciennes familles de la noblesse savoyarde, leurs armes étaient : gironné d'or et d'azur.

Des armoiries des Bochets nous avons pris l'argent, des Voland l'azur et des Seyssel l'or.

La rivière d'argent mise en pal, figure le Foron qui traverse le territoire de la commune d'Ambilly.

Le pont frontière de la Pierre à Bochet est symbolisé par le pont d'or.

Les deux feuilles de chêne sont représentatives des anciennes chênaies qui occupaient jadis une grande étendue des terres d'Ambilly. Les communes genevoises voisines dont une partie du territoire actuel appartenait autrefois à la Savoie, Chêne-Bougeries, Chêne-Bourg et Thônex (Chêne-Thônex divisé en 1869, en Chêne-Bourg et Thônex) ont également dans leurs armoiries soit un chêne (Chêne-Bourgeries) soit des feuilles de chêne (Chêne-Bourg et Thônex).

La devise PARVULA SED NON MINIMA signifie : la plus petite commune de la Haute-Savoie mais non la moindre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[3],[4].
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  3. Le palmares des Villes Internet (1999 à aujourd'hui) sur le site officiel de l’association « Ville Internet » indique pour Ambilly[17] :
    • 2011, 2014 « @@ ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. a b c et d Pierre Broise, « Antiquités gallo-romaines du Faucigny », Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, vol. 3, t. XVIII,‎ , p. 235-238, « Ambilly » (lire en ligne).
  3. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  4. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 163.
  5. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 20.
  6. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9, lire en ligne).
  7. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  8. Syndicat Intercommunal du Foron
  9. « Ambilly », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 5 août 2015), Ressources - Les communes.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Haute-Savoie (74) > Ambilly > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 août 2015).
  15. « Haute-Savoie (74) > Ambilly > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 août 2015).
  16. « Haute-Savoie (74) > Ambilly > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 août 2015).
  17. « Liste des Villes Internet » (consulté le 6 juillet 2015) (année à sélectionner)
  18. Une commune touche 20 ans de budget municipal en vendant des terrains en Suisse
  19. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  20. « ÉGRÈGE, adj., masc, titre ou qualité qu'on donnait quelquefois dans les actes du quinzième siècle à un homme d'un grand savoir, et d'une grande probité ; il accompagnait ordinairement celui de noble, ou de magnifique. »

    — Nicolas Nicolas Viton de Saint-Allais, Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France, Paris, (lire en ligne)