Vions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Vions
Image illustrative de l'article Vions
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Ruffieux
Intercommunalité Grand Lac
Maire
Mandat
Jean-Pierre Savioz-Fouillet
2014-2020
Code postal 73310
Code commune 73327
Démographie
Gentilé Mollardins
Population
municipale
418 hab. (2014)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 31″ nord, 5° 48′ 27″ est
Altitude Min. 224 m – Max. 397 m
Superficie 3,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Vions

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Vions

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vions

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vions

Vions est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 73327.png

Commune située sur les rives du Rhône, près des îles de Vion, sur le canal de Savières (existant déjà à l'époque romaine) qui relie le Rhône au lac du Bourget.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Vyon, selon la graphie de Conflans[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Ville qui relevait de la co-seigneurie, puis de la baronnie de Châtillon en Chautagne
  • Prieuré de chanoines au XIIe siècle, puis transformé en commanderie au XVIIe siècle.
  • Les Templiers auraient rapporté de Terre Sainte un plant de vigne, la « Mondeuse », à l'origine des vignes de la Chautagne et des environs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1860 ... Claude Blanc    
         
1971 1995 Raymond Machet PCF  
mars 2001 mars 2014 Jacqueline Perroud   retraitée de l'éducation nationale
mars 2014 en cours Jean-Pierre Savioz-Fouillet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 418 habitants, en augmentation de 10,88 % par rapport à 2009 (Savoie : 3,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
180 211 229 294 307 329 651 211 385
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
416 377 379 377 369 393 408 294 274
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
270 319 324 335 286 267 262 226 228
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
222 276 328 331 412 418 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À noter que deux écrivains contemporains ont passé tout ou partie de leur enfance à Vions[réf. nécessaire] : Patrick Laupin (né en 1950) animateur reconnu de rencontres littéraires, auteur de poésies et de romans et de recueils de nouvelles, ainsi que Gilles Calamand (né en 1949) écrivain et conférencier, spécialiste du roman historique et du roman policier.

Gilles Calamand, notamment a vécu tous les étés chez sa grand-mère. La famille Calamand est installée à Vions depuis 1850[6]. À noter que Vions apparaît dans plusieurs de ses romans, p.ex dans À brides abattues, un chapitre entier.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 23
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Référence de l'auteur lui-même