Damazan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Damazan
Vue du centre-ville de Damazan.
Vue du centre-ville de Damazan.
Blason de Damazan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Nérac
Canton Lavardac
Intercommunalité Communauté de communes du Confluent et des Coteaux de Prayssas
Maire
Mandat
Michel Masset
2014-2020
Code postal 47160
Code commune 47078
Démographie
Gentilé Damazanais
Population
municipale
1 308 hab. (2014)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 17′ 28″ nord, 0° 16′ 35″ est
Altitude 40 m (min. : 28 m) (max. : 147 m)
Superficie 16,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Damazan

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Damazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Damazan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Damazan
Liens
Site web http://www.ville-damazan.fr

Damazan est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Damazanais et Damazanaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bastide située entre Bordeaux et Agen près d'Aiguillon.

La bastide de Damazan est située au bord du canal latéral à la Garonne, dominant la plaine de Garonne, à la naissance de la forêt des Landes et du vignoble de Buzet.

Avant la division de la France en départements, Damazan faisait partie du Condomois et de la Gascogne.

Elle est un point de passage obligé de l'Agenais vers les Landes (Mont-de-Marsan), le Pays basque (Bayonne), le Périgord (Périgueux) et la vallée du Lot (Villeneuve-sur-Lot, Cahors).

La commune de Damazan se trouve au centre du département, à mi-chemin entre Toulouse et Bordeaux.

Accès :

  • Par la route :
    • autoroute A62 sortie sortie 6 (nommée “Aiguillon” en fait située à Damazan).
    • routes départementales : D.8, D.300 et D.108.
  • Par bateau :
    • halte nautique aménagée sur le canal latéral à la Garonne à Damazan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Damazan
Puch-d'Agenais
Saint-Léon Damazan Saint-Léger
Caubeyres
Ambrus
Saint-Pierre-de-Buzet Buzet-sur-Baïse

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Damazan-le-Républicain[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Damazan Blason De gueules à la croix ancrée d'or[2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Ces armoiries ont été inscrites à l’armorial de d’Hozier en 1697, registre « Guyenne » (page 1068, no 32), cinquante livres ont été payées par la cité pour l’usage de ces armoiries.

Elles sont présentes sur les plaques de rues du bourg de Damazan, ainsi que sur le fanion d’une chorale du XIXe siècle conservé en la mairie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1900 Pierre Dupuy    
1900 1908 Léon Dupouy    
1908 1912 Sylvain Bacqué    
1912 1919 Léon Dupouy    
1919 1941 Gabriel Bacqué    
1941 1945 Gaston (Jean Gustave) Lalubin    
1945 1946 Elie Duffau    
1946 mars 1956 Pierre Landoyer    
mars 1956 mars 1977 Louis Bacqué    
mars 1977 mars 1989 Gilbert Cabaré    
mars 1989 juin 1995 Marcel Descomps    
juin 1995 mars 2008 Jean-Romain Argacha PS puis UMP Conseiller général
mars 2008 en cours Michel Masset SE Président de la Communauté de communes du Confluent et des Coteaux de Prayssas et de l'EHPAD
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 308 habitants, en augmentation de 3,73 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 690 1 086 1 255 1 336 1 592 1 684 1 789 1 744 1 741
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 802 1 835 1 844 1 871 1 827 1 762 1 734 1 648 1 573
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 543 1 464 1 414 1 293 1 346 1 315 1 349 1 305 1 333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 424 1 338 1 257 1 204 1 164 1 237 1 254 1 311 1 308
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • L'année où il y avait le plus d'habitants est 1793 : il y avait 2690 habitants ; la valeur de ce recensement est d'ailleurs sujette à caution.
  • L'année où il y en avait le moins est 1990 : il y avait 1164 habitants.
  • Avant la Première Guerre mondiale, il y avait 1414 habitants, or maintenant il y a 1251 habitants : donc il y a 163 habitants de moins.

L'évolution démographique montre que Damazan n'a que modérément profité de la présence inespérée de l'échangeur autoroutier à proximité immédiate du chef-lieu communal. Une zone d'activités s'est néanmoins récemment installée en face de cet échangeur.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Place centrale : élément caractéristique des Bastides, entourée de maisons à cornières, dont quelques-unes conservent encore leurs murs en torchis et colombages. La restauration du pavage de la place en 1998 a permis de rebâtir le puits qui alimentait jadis la ville en eau et la construction de la fontaine côté nord de la place. Les façades ont été repeintes en 2001, retrouvant des couleurs variées, comme au Moyen Âge.
  • Château comtal (à l’angle nord-ouest de la Place) : à l’origine résidence du gouverneur militaire nommé par le roi, il fut ensuite occupé par le magasin des tabacs à partir de 1832 ; en partie détruit par le feu en 1989, il est aujourd’hui en cours de restauration.
  • Église Notre-Dame du XVIIe siècle (à l’angle nord-est de la place) : le chevet dirigé vers l’orient, selon la coutume des chrétiens. De l’édifice du XIIIe siècle, incendié par les protestants en 1585, il ne reste rien, l’église actuelle étant de fondation gothique.
  • « Fontaine des Anglais » : fontaine médiévale de l’Avizon, restaurée en 1998 par l’Association des « Amis des Château Comtal ». Ces restaurations ont permis de mettre en évidence l’arc gothique en briques très épaisses et violines (datant certainement du Moyen Âge et de la première construction de la fontaine) ; le monument actuel de la fontaine date de 1731. À proximité de celle-ci se trouve un lavoir et un abreuvoir où les chevaux venaient boire et prendre un bain.
  • Tour d’angle et un reste de remparts boulevard du Midi et boulevard du Général-de-Gaulle.
  • Esplanade des Promenades : construite en 1863 sur les anciens fossés, avec pigeonnier cylindrique de type « hune », ancienne école des filles construite en 1885 longeant le côté nord des Promenades (transformée en « Hôtel des Associations ») et monument aux morts.
  • Lavoir d’Escoubet (au nord de la ville) : où jadis les lavandières de Damazan se réunissaient.
  • Canal latéral à la Garonne et son pont sur le canal, ses chemins de halage, sa halte nautique et le jardin public qui la surplombe. Le creusement du canal fut commencé en 1832 et dura jusqu’en 1846.
  • Stade vélodrome du « Betbèze », achevé dans les années 1920.
  • Château de Muges (site privé) en bordure de la RD 8 entre Saint-Léger et Damazan.
  • Château de Labarthe du XIVe siècle construit sur une motte artificielle, entre Damazan et Monheurt (site privé).
  • Vestiges de la « Grange de Fonclaire » ou « Maison des Moines », fondée au XIIe siècle par une communauté de moines défricheurs dans la forêt de Cazala, sur la route de l’Avizon.
  • Lac collinaire du Moulineau alimenté par l’Avizon, achevé en 1969.
  • Téléski nautique de Damazan (TND47), installé en 2013 par la société Wake-Attraction sur le lac du Moulineau (5 poulies + 2 poulies) ; il est le WAKEPARK du Lot-et-Garonne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :