Andermatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Roger Andermatt.

Andermatt
Andermatt
Andermatt l'été
Blason de Andermatt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton d'Uri Uri
Maire Hansueli Kumli
NPA 6490
N° OFS 1202
Démographie
Population
permanente
1 355 hab. (31 décembre 2016)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 00″ nord, 8° 35′ 00″ est
Altitude 2 194 m
Min. 1 316 m
Max. 2 963 m
Superficie 62,2 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Andermatt
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton d'Uri

Voir sur la carte administrative du Canton d'Uri
City locator 14.svg
Andermatt

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Andermatt

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Andermatt
Liens
Site web www.gemeinde-andermatt.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Gemsstock / Nätschen - Gütsch / Realp
Vue aérienne de la station.
Andermatt en hiver
Image illustrative de l’article Andermatt
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton d'Uri Uri
Site web www.andermatt.ch
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 57″ nord, 8° 35′ 31″ est
Massif Alpes uranaises
Altitude 1 444 m
Altitude maximum 2 955 m (Gemsstock) / 2 364 m (Gütsch)
Altitude minimum 1 444 m
Ski alpin
Lié à Sedrun
Domaine skiable Gotthard Oberalp Arena
Remontées
Nombre de remontées 10 (5 / 4 / 1)
Téléphériques 2 (2 / - / -)
Télésièges 3 (1 / 2 / -)
Téléskis 5 (2 / 2 / 1)
Débit 7 500 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 18 (8 / 9 / 1)
     Noires 8 (4 / 4 / -)
     Rouges 3 (1 / 2 / -)
     Bleues 7 (3 / 3 / 1)
Total des pistes 105 km (75 / 30) km
Installations
Nouvelles glisses
1 snowpark
Neige artificielle
Canons Partie du domaine

Andermatt (romanche : Ursera) est une commune ainsi qu'une grande station de sports d'hiver suisse, située dans le sud du canton d'Uri.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village d’Andermatt est situé à 33 kilomètres au sud d’Altdorf, sur la route du col du Saint-Gothard. Il se trouve dans la vallée d’Urseren. La rivière Reuss y coule.

Andermatt est un carrefour routier à l’intersection des routes menant vers les cols de l’Oberalp et de la Furka.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Andermatt a une superficie de 62,20 km2. Seuls 2 % de la commune est constructible. Les surfaces agricoles constituent 41 % de la superficie totale. Du fait de l'altitude élevée, seuls 5,5 % de la commune est boisé. Le reste (52 %) est constitué de zones non productives : eaux, montagnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire de la commune est liée à l’ouverture du passage alpin du col du Saint-Gothard, vers 1200.

En 1951, une douzaine de personnes ont trouvé la mort dans la série de trois avalanches du 20 janvier, ce qui valut à cet hiver l'appellation le terrible hiver.

En 2005, la station a fait la une de l’actualité avec la couverture du glacier du Gurschen par 3 000 mètres carrés de PVC afin de préserver celui-ci de la fonte due au réchauffement climatique.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Andermatt possède 1 258 habitants en 2008. Sa densité de population atteint 20 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Andermatt entre 1850 et 2008[3] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Photographies aérienne d'Andermatt au début du XXe siècle

Économie[modifier | modifier le code]

La commune abrite le "Centre de compétences du service montagnard de l'armée" (abréviation allemande : Komp Zen Geb D A) de l'Armée suisse. Ce centre forme les spécialistes de montagne de la division 1 (Geb Spez).

Transports[modifier | modifier le code]

Andermatt est le lieu de départ de deux routes cyclistes nationales : la Route du Rhône (qui mène à Genève) et celle du Rhin (qui conduit à Bâle) et de l'EuroVelo 15 (ou Véloroute Rhin qui rejoint Rotterdam aux Pays-Bas, via la France et l'Allemagne).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme joue un rôle important pour le village. Si l'architecture du village est - en dehors de son petit centre historique - relativement banale, c'est sa situation sur la route menant au Col du Saint-Gothard et les montagnes environnantes qui en constituent son principal attrait.

Un homme d'affaires égyptien, Samih Sawiris, a projeté avec sa société Orascom Hotels and Development de relancer la station en construisant un complexe touristique sur l'ancienne place d'armes d'Andermatt. Ce complexe doit compter 800 lits, un centre "wellness" — centre sportif et de loisirs avec patinoire et piscine couverte, un terrain de golf 18 trous. La surface du projet est de 1,46 km2. Pour la réalisation, la Andermatt Alpine Destination Company AADC fut créée en 2007. Les plans devaient être prêts au printemps 2008. Le début des travaux a eu lieu le 26 septembre 2009[4],[5]. Le 31 août 2010, une cérémonie est organisée, au cours de laquelle la pose de la première pierre eut lieu[6]. L'hôtel 5* The Chedi est désormais ouvert.

Le projet est soutenu à la fois par la commune, le Conseil fédéral — en tant que propriétaire du terrain de la place d'armes — et encore par le gouvernement de Uri.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Andermatt dispose de deux sous-domaines principaux, qui imposent de traverser pendant une quinzaine de minutes tout le village à pied pour pouvoir rejoindre l'autre versant.

Gemsstock
(2 963 m)
Il s'agit du domaine principal d'Andermatt. Il commence directement au niveau d'un vaste parking payant sur les abords du village. La dénivelé totale possible est de plus de 1 500 m, ce qui est rare dans la région. Les remontées mécaniques, majoritairement de conception ancienne, comptent les deux téléphériques de 60 et 80 places principaux. Comme les bennes partent à horaires fixes, les rotations y sont longues. En haute saison leur saturation fait que des files d'attente se crèent, pouvant durer jusqu'à une demi-heure. Les longues pistes qui partent du sommet de ce domaine de haute montagne sont aménagées sur glacier. Les pistes sont pour l'ensemble d'un niveau technique difficile, les pistes étant à majorité noires et rouges. Seules trois courtes pistes situées au niveau de l'intermédiaire du téléphérique — la Gurschenalp entre 2 000 et 2 200 m — sont de niveau bleu mais offrent un dénivelé relativement restreint. Ce secteur offre de très nombreuses possibilités pour la pratique du ski freeride, en terrain découvert sur le haut puis dans les arcostes sur le retour en vallée. Le retour en vallée n'est possible sinon que via une étroite et longue piste noire, difficile techniquement. Des enneigeurs ont été installés sur les pistes desservies par le télésiège et le téléski du milieu du domaine, ainsi que sur la majorité de la piste rouge partant du sommet du Gemsstock - sur sa partie haute une relativement étroite route enneigée devenant ensuite nettement plus large. Un centre d'entraînement de recherche de victimes d'avalanches a été installé au niveau de la Gurschenalp.
Nätschen - Gütsch
(2 344 m)
Ce secteur, desservi par deux archaïques et relativement lents télésièges principaux, est relativement plus exposé au soleil que Gemsstock. La partie basse du domaine est peu enneigée, le terrain - ni damé ni jalonné - sous le télésiège ne permettant pas d'y skier souvent. Le retour en station s'effectue donc via la piste de luge relativement plate. Ses pistes sont également d'un niveau technique plus approprié pour des skieurs de niveau débutant. Nätschen (1 842 m) constitue le milieu géographique du domaine. Des éoliennes ont été construites à Gütsch, le sommet du domaine. De là partent quelques pistes globalement raides et au relief très marqué, desservies par la seule remontée moderne du sous-domaine. Des enneigeurs ont été installés sur les tout derniers mètres de la piste de retour en station.
Realp
(1 538 m)
Ce très petit sous-domaine est situé directement aux pieds du tunnel de la Furka, relativement à l'écart du village. Il est équipé d'un unique téléski, desservant une courte piste bleue. Deux petites boucles de ski de fond y sont également aménagées. Une piste de ski de fond y part aussi, en direction du village.

Le domaine skiable voisin de Sedrun est accessible uniquement par la route, ainsi que par la Matterhorn-Gotthard Bahn depuis Nätschen. Il n'est par conséquent pas possible de parler de domaine relié skis aux pieds avec Andermatt.

La station est membre des regroupements de stations de ski Gotthard Oberalp Arena et Schneepass Zentralschweiz. Une offre forfaitaire journée limitée au secteur Nätschen - Gütsch existe. Sinon — et à partir de deux jours, c'est de toute façon automatique — le forfait donne droit automatiquement à l'ensemble du domaine Gotthard Oberalp Arena.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Autre[modifier | modifier le code]

Andermatt est connue pour sa forêt de protection (en allemand : Bannwald) caractéristique, située en amont du village. Depuis des siècles, cette forêt est strictement protégée: sa fonction est de protéger le village du risque d'avalanches.

Andermatt est jumelée avec la ville russe de Taldom.

En 1963 y fut tournée à une station-service une scène du film James Bond Goldfinger[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2016 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 5 septembre 2017).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009).
  4. (de) « Spatenstich-Feier » (consulté le 6 avril 2010).
  5. (de) « Spatenstich für Sawiris Milliarden-Projekt in Andermatt » (consulté le 6 avril 2010).
  6. Basler Zeitung: Jetzt geht es in Andermatt richtig los, 1er septembre 2010. Consulté le 1er septembre 2010.
  7. www.classicandperformancecar.com (Bild).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :