Audes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Audes
Audes
Le château de la Crête.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Cher
(siège)
Maire
Mandat
Michel Cheymol
2020-2026
Code postal 03190
Code commune 03010
Démographie
Gentilé Audois
Population
municipale
419 hab. (2020 en diminution de 5,63 % par rapport à 2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 31″ nord, 2° 33′ 32″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 299 m
Superficie 28,26 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montluçon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Huriel
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Audes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Audes
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Audes
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Audes

Audes est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Audes est située sur la rive gauche du Cher. Le canal du Berry, qui longe le Cher en rive gauche, passe sur le territoire de la commune. Elle dispose de la gare de Magnette sur la ligne de Bourges à Miécaze.

Audes se trouve à 19 km au nord de Montluçon et 323 km au sud de Paris.

Du point de vue linguistique, Audes se situe dans une région qui se nomme le Croissant.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Audes est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montluçon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 58 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (83,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (58,2 %), zones agricoles hétérogènes (24,7 %), forêts (13 %), eaux continentales[Note 3] (2,7 %), zones urbanisées (1,2 %), terres arables (0,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1787, Audes s'écrivait Haudes (testament mural de Claude Gabriel Douet de Vichy présent dans l'église).

La commune d'Audes résulte de la fusion, en 1826, des anciennes communes d'Audes et de Preuille[7].

Preuille est un village situé au nord de la commune actuelle. Cette ancienne paroisse[Note 4] est attestée dès l'époque mérovingienne. Le village et le château sont établis sur une position dominant le ruisseau de la Forêt, qui coule du sud-ouest vers le nord-est en direction du Cher. Il reste une trace circulaire qui pourrait correspondre à une motte castrale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Audes est membre de la communauté de communes du Val de Cher, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Audes. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[8].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Montluçon, au département de l'Allier et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[9]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton d'Huriel pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[9], et de la deuxième circonscription de l'Allier pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1977 Jean Durin DVD Ingénieur
1977 1995 Robert Boulade    
1995 1998 Jean Durin DVD Ingénieur
1998 Serge Boulade[11] PS Agriculteur, député suppléant
En cours
(au )
Michel Cheymol[12],[13]   Retraité de la Poste[14]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Audes dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école primaire publique[15],[16].

La commune fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Chazemais et Saint-Désiré[16].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège de Vallon-en-Sully[17] puis dans les lycées de Montluçon (Paul-Constans ou Madame-de-Staël)[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont nommés les Audois[19],[13]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2020, la commune comptait 419 habitants[Note 5], en diminution de 5,63 % par rapport à 2014 (Allier : −2,17 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
502403539456732775732736735
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
753759802807800952889895892
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
825840822690686645560520564
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
538476409470461451446446437
2020 - - - - - - - -
419--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Entente sportive Audes Chazemais.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Crête avec chapelle du XIVe siècle.
  • Château de Preuille (XIXe siècle, néo-renaissance). Le corps de logis rectangulaire à cinq travées, flanqué de deux tourelles d'angles coiffées d'une toiture conique, présente deux niveaux plus un niveau de comble éclairé par de hautes lucarnes. Un escalier monumental donne accès au rez-de-chaussée surélevé[24].
  • Église Saint-Denis du XIXe siècle possédant de très beaux vitraux et certaines œuvres :
    • Le Saint Hubert : statue de procession, en bois polychrome recouvert à la feuille d'or (XVIIIe siècle) ;
    • Notre-Dame du Rosaire : ce tableau de la première moitié du XVIIe siècle rappelle la bataille navale contre les Turcs à Lépante (Ce tableau a été retiré inexplicablement) ;
    • L'Adoration des bergers.
    • Cloche datant de 1587, offerte par François de Beaucaire de Péguillon ; elle porte une inscription en caractères gothiques. Classée MH.
  • Chapelle Saint-Marien, consacrée au culte orthodoxe, ouverte en 2011[25].
  • Le canal de Berry, au bord duquel se trouve, au village de Magnette, le musée du canal de Berry, rouvert après rénovation en 2010[26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François de Beaucaire de Péguillon (1514-1591), cardinal, évêque de Metz, né au château de La Creste à Audes et inhumé en l'église d'Audes, où l'on peut voir son tombeau.
  • Florentin Bonnet (1894-1929), aviateur, né à Audes.
  • François Mitterrand, dont le grand-père Gilbert Mitterrand, chef de service aux chemins de fer, issu d'une famille berrichonne, est né à Audes le [27].
  • Roger Lanzac, dont la grand-mère demeurait dans le bourg.
  • Maurice (Jean François Marie) Laboureur (1882-1967), polytechnicien, est natif d'Audes. Il a écrit de nombreux ouvrages, seul ou avec des collaborateurs, notamment durant la première moitié du XXe siècle. Citons son Cours de calcul algébrique, différentiel et intégral. Leçons de mathématiques à l’usage des ingénieurs, édité chez Charles Béranger en 1913. Il a connu plusieurs éditions jusqu’en 1968.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. La paroisse était sous le vocable de Saint Bonnet[7].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Preuille », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  8. « communauté de communes du Val de Cher - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Audes », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Découpage électoral de l'Allier (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  11. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 5 juin 2014).
  12. « Michel Cheymol élu premier magistrat de Audes (Allier) », La Montagne, (consulté le ).
  13. a et b « Audes », sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalités de l'Allier (consulté le ).
  14. Supplément « Annuaire des maires Allier », La Montagne, , p. 21 (édition de l'Allier).
  15. « Ecole Primaire », sur education.gouv.fr, Ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  16. a et b Site de la mairie, consulté le 18 avril 2021.
  17. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  18. « Sectorisation des lycées du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le ).
  19. « Audes (03190) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  24. René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 328.
  25. Cahiers bourbonnais, no 216, été 2011, p. 129.
  26. Site du musée du canal du Berry.
  27. Généalogie de la famille Mitterrand.