Tréméreuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tréméreuc
La mairie
La mairie
Blason de Tréméreuc
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Pleslin-Trigavou
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte d'Émeraude
Maire
Mandat
Bruno Fontaine
2014-2020
Code postal 22490
Code commune 22368
Démographie
Gentilé Tréméreucois, Tréméreucoise
Population
municipale
725 hab. (2014)
Densité 175 hab./km2
Population
aire urbaine
31 638 hab. (2010[1])
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 33″ nord, 2° 03′ 51″ ouest
Altitude 60 m
Min. 20 m
Max. 82 m
Superficie 4,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Tréméreuc

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Tréméreuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tréméreuc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tréméreuc
Liens
Site web http://www.tremereuc.com/

Tréméreuc [tʁemeʁœk] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 9 km au sud de Dinard, à 5 km à l'ouest de la Rance, dans le canton de Ploubalay, à la limite du département d'Ille-et-Vilaine où elle jouxte la commune de Pleurtuit au nord, la commune de Tréméreuc a son point haut à l'est à 80 m, avec des landes et, au-delà du bourg, descend vers l'ouest jusqu'au Frémur à 20 m.

Le sous-sol granitique a pu fournir un granite de bonne qualité. Ainsi, vers 1847, la carrière de Rochefort a compté - marginalement - parmi la dizaine de carrières qui ont approvisionné la construction du viaduc de Dinan[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ecclesia Sainte Marie de Tremerreuc en 1163, Tremaruc à la fin du XIIe siècle, Tresmesroc en 1241, Tremerreuc et Tremerouc en 1277, Tremeroc vers 1330, Tremarreuc en 1337, Tremerreuc et Tremerrouc en 1363, Tremerreuc en 1405[3].

Le nom de la commune vient de tré qui signifie en breton village subdivision de paroisse, et à Mérec / Méreuc qui vient du vieux-breton Meroc / Meiroc, forme adjectivale impliquant un rituel à la Vierge Marie. Tréméreuc signifierait donc « village de la Vierge Marie »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Pleurtuit. Une famille chevaleresque de Tréméreuc était connue dès le XIIe siècle.

La commune a autrefois comporté une motte castrale, arasée au début du siècle dernier et que rappelle le nom de la place de la Butte, près de l'église.

La première municipalité fut élue au début de 1790. La commune était habitée par des cultivateurs et surtout par des marins faisant la grande pêche.

Au XIXe siècle ses "cimeriaux", des craquelins, étaient célèbres alentour.

En août 1944, sa situation juste aux abords de la poche de Saint-Malo, côté ouest, lui valut d'être le terrain de durs combats qui opposèrent troupes américaines et allemandes à proximité de l'aérodrome de Pleurtuit, commune sur le territoire de laquelle tombèrent un nombre important de GI du 121e régiment de la 8e division d'infanterie.

On compte une cinquantaine de résidences secondaires sur cette commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Pierre Laferté PS Retraité
mars 2014 en cours Bruno Fontaine SE Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 725 habitants, en augmentation de 18,66 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416 417 458 476 527 563 577 601 565
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
511 557 577 530 566 576 578 570 575
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
540 566 546 502 510 513 502 479 423
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
416 371 389 450 560 566 556 611 725
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent
  • Il faut passer par Sydney en venant du sud ou tourner vers Tréméreuc au rond-point de l'entrée sud de Pleurtuit au lieu de continuer vers Dinard, pour avoir la chance de voir la charmante église de Tréméreuc. Trapue, au clocher pointu sur une tour quadrangulaire, entourée d'un cimetière jusqu'en 1977, elle est dédiée à saint Laurent qu'un grand tableau du XVIIe siècle derrière le maître-autel, représente au supplice sur le gril. On y voit aussi un imposant retable tabernacle en bois doré datant de 1670. D'origine romane, l'église a été restaurée au XVIIe et au XVIIIe siècle. Outre les nombreux vitraux, on remarque à l'intérieur des statues en bois polychrome de saint Guillaume et de saint Laurent. Les maisons du bourg comportent de jolies lucarnes à linteaux de granite cintrés. Le bourg a aussi une croix de granite ancienne dans une ancienne cour de ferme.
  • Le Val du Frémur, aménagé en réserve d'eau offre, de ses berges, une jolie promenade à pied.
  • Un golf de 9 trous est situé à l'entrée sud du bourg, sur l'ancienne route Dinan-Dinard
  • Un four à pain a été créé par des personnes de la commune.
  • Une aire de repos accueillant et fleurissante est à disposition près du rond-point à l'entrée de Pleurtuit.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Marie Rose Emilie Le Feuvre (fille de Pierre marin et marchand malouin), née le 4.01.1869 à Tréméreuc ; émigre en Australie en 1878 où elle se marie et aura 11 enfants.
  • Catherine De La Motte (fille de Claudine Sarazin et Domique De La Motte), née le 6.09.1899 ; exilée aux Etats-Unis, elle devient une grande scientifique dans le domaine de la recherche médicale pendant la seconde guerre mondiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. INSEE : évolution de la population de l'aire urbaine de Dinard.
  2. Louis Chauris, Les carrières exploitées pour la construction du viaduc de Dinan (1846-1852), dans Le Pays de Dinan, 2002, p. 219-241.
  3. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Tréméreuc »
  4. « Saint Mérec : du saint légendaire à la Vierge Marie - Ar Gedour », sur Ar Gedour, (consulté le 17 juin 2016)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]