Soultz-Haut-Rhin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soultz.
Soultz-Haut-Rhin
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Soultz-Haut-Rhin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Canton Guebwiller
Intercommunalité C.C. de la région de Guebwiller
Maire
Mandat
Denis Meyer
2014-2020
Code postal 68360
Code commune 68315
Démographie
Population
municipale
7 190 hab. (2014)
Densité 243 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 12″ nord, 7° 13′ 47″ est
Altitude Min. 239 m – Max. 1 421 m
Superficie 29,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Soultz-Haut-Rhin

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Soultz-Haut-Rhin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soultz-Haut-Rhin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soultz-Haut-Rhin
Liens
Site web http://www.tourisme-soultz.fr
Panorama sur Soultz-Haut-Rhin, depuis le vignoble du Hornstein

Soultz-Haut-Rhin est une commune française située à 19 km au nord-ouest de Mulhouse, dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Dans le découpage social-économique, elle intègre la zone Sud-Alsace.

Ses habitants sont appelés les Soultziens et les Soultziennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ville de l'arrondissement de Thann-Guebwiller, dans le département du Haut-Rhin, est bordée par les cantons d'Ensisheim, de Rouffach, de Guebwiller, et par les cantons de Saint-Amarin, de Thann, et de Cernay. Le territoire est en partie montagneux et en partie situé dans la plaine. La ville est située à 27 km de Colmar et 20 km de Mulhouse. La commune de Soultz-Haut-Rhin possède une enclave située au nord-est de Goldbach-Altenbach. La ville de Soultz s'est construite autour d'une source d'eau salée qui est à l'origine de son nom[1],[2].

C'est une des 188 communes[3] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal se trouve au nord du bassin potassique alsacien et du bassin houiller sous-vosgien.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 456 : Munitio Sultze
  • 667 : Sulza, Sulz (« eau salée »)
  • 700 : Sulze
  • 1210 : Sulze
  • 1251 : Oppidum Sultze
  • 1284 : Ober-Soultz

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Les origines de Soultz remontent au VIIe siècle. En 667, époque à laquelle Etichon-Aldaric, duc d'Alsace,père de Sainte Odile seconde à l'abbaye d'Ebersmunster, la cour seigneuriale de Soultz (curtis dominica) dont on voit encore quelques traces au lieu-dit Capell-Hof. Là, s'élevait autrefois une belle église, consacrée aux Trois-Rois, et un couvent occupé par des moines cisterciens, relevant de l'abbaye du Lieu-Croissant. En 1079 Soultz fut incorporé au haut-Mundat et resta la propriété de l'évêque de Strasbourg jusqu'en 1789. Une belle commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem existait à Soultz depuis 1210. L'un de ses bâtiments restants abrite aujourd'hui la Nef des Jouets ; il en reste aussi quelques pierres tumulaires et deux inscriptions. Le couvent des Capucins construit en 1632, a été converti en hospice; à côté existait jadis la léproserie.

Les villages disparus[modifier | modifier le code]

Près de Soultz existait le village d'Alschwiller (Alswiller en 1135, Almswilr en 1265) détruit en 1375 ou 1376 par les Routiers. Au canton de Soultz dit Orschwillerburg (Alschwillerburg), se dessine la butte de Saint-Georges qui renferme les ruines d'un burg. À côté de cette butte se dressait la chapelle de Saint-George et la statue équestre de ce saint (1202). Un autre village était Alrichswiller en 848, sans doute situé près du petit ruisseau appelé Hechtengraben.

L'architecture militaire[modifier | modifier le code]

Il reste encore de nombreux restes des anciennes fortifications, tours et murailles du Moyen Âge. De l'antique castel de Buchneck dont parlent les Dominicains de Colmar, il ne reste plus qu'une jolie demeure. Une quinzaine de maisons, portant toutes le millésime du XVIe siècle (1515-1590), offrent cette particularité de posséder un escalier en spirale se trouvant encadré dans une tourelle qui rappelle le donjon des anciens châteaux.

Autres curiosités[modifier | modifier le code]

Il existait jadis à Soultz, dans une rue collatérale qui conduit vers la porte de Bollwiller, un bâtiment d'une structure très ancienne et gothique, désigné sous le nom de Heidentempel. Près de cet ancien édifice on voit le Maerzenbrunnen, source qui provient des hauteurs d'Alschwiller. Dans la forêt de Soultz on aperçoit encore une énorme pierre appelé le Hexenstein ou Breitenstein. Cette pierre était sans doute consacrée au culte du Dieu-Soleil.

Le château de Jungholtz[modifier | modifier le code]

Ce château se trouve à la gauche du village de ce nom et date du XIVe siècle. Après l'extinction des nobles de Jungholtz, il fut habité par les Schauenbourg. Un vaste cimetière israélite entoure les ruines du château[4].

Les périodes de guerre[modifier | modifier le code]

La guerre de 1870[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La commune a été décorée le 02 novembre 1921 de la croix de guerre 1914-1918[5].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Soultz-Haut-Rhin

Les armes de Soultz-Haut-Rhin se blasonnent ainsi :
« De gueules à la croix d'argent cantonnée de quatre oiseaux passants de sable. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1664 1668 Paul Beutelrock    
mars 1989 avril 2014 Thomas Birgaentzlé UDF-CDS puis UDI (NC)  
avril 2014 en cours Denis Meyer DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Cette sous-section présente la situation des finances communales[6] de Soultz-Haut-Rhin[Note 1].

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Soultz-Haut-Rhin s'établit à 8 880 000 € en dépenses et 8 084 000 € en recettes[A2 1] :

En 2013, la section de fonctionnement[Note 2] se répartit en 6 078 000 € de charges (821 € par habitant) pour 7 006 000 € de produits (947 € par habitant), soit un solde de 928 000 € (125 € par habitant)[A2 1],[A2 2] :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des charges de personnels[Note 3] pour une somme de 2 675 000 € (44 %), soit 362 € par habitant, ratio inférieur de 29 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (513 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 344 € par habitant en 2012 et un maximum de 366 € par habitant en 2010 ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux[Note 4] pour une valeur de 2 238 000 € (32 %), soit 302 € par habitant, ratio inférieur de 33 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (448 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio augmente de façon continue de 267 € à 302 € par habitant.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Soultz-Haut-Rhin[A2 3]. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012[A2 3] :

La section investissement[Note 5] se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance[A2 4] :

  • des dépenses d'équipement[Note 6] pour une somme de 2 203 000 € (79 %), soit 298 € par habitant, ratio inférieur de 23 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (385 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 69 € par habitant en 2012 et un maximum de 329 € par habitant en 2009 ;
  • des remboursements d'emprunts[Note 7] pour un montant de 554 000 € (20 %), soit 75 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate.

Les ressources en investissement de Soultz-Haut-Rhin se répartissent principalement en[A2 4] :

  • subventions reçues pour une valeur totale de 184 000 € (17 %), soit 25 € par habitant, ratio inférieur de 64 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (70 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 25 € par habitant en 2013 et un maximum de 71 € par habitant en 2010 ;
  • fonds de Compensation pour la TVA pour un montant de 74 000 € (7 %), soit 10 € par habitant, ratio inférieur de 76 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (41 € par habitant).

L'endettement de Soultz-Haut-Rhin au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette[Note 8], l'annuité de la dette[Note 9] et sa capacité de désendettement[Note 10] :

  • l'encours de la dette pour une valeur totale de 7 026 000 €, soit 949 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 949 € par habitant en 2013 et un maximum de 1 106 € par habitant en 2011[A2 5] ;
  • l'annuité de la dette pour une somme de 850 000 €, soit 115 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 89 € par habitant en 2009 et un maximum de 117 € par habitant en 2012[A2 5] ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour une valeur totale de 1 218 000 €, soit 165 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 119 € par habitant en 2010 et un maximum de 165 € par habitant en 2013[A2 6]. La capacité de désendettement est d'environ 5 années en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio présente un minimum d'environ 4 années en 2003 et un maximum d'environ 14 années en 2004.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 11].

En 2014, la commune comptait 7 190 habitants, en diminution de -1,66 % par rapport à 2009 (Haut-Rhin : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 524 3 945 4 579 5 252 4 016 4 152 3 432 3 575 3 660
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
3 996 3 989 4 635 4 999 5 518 4 630 4 511 4 436 4 444
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 514 4 704 4 852 4 383 4 583 4 567 4 241 4 091 4 120
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
4 750 4 910 5 689 5 696 5 867 6 640 7 131 7 238 7 190
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Soultz a plusieurs écoles maternelles (dont deux bilingues) et deux écoles élémentaires « Katia et Maurice Krafft ».
Soultz a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Robert Beltz.

Énergie[modifier | modifier le code]

Une installation solaire citoyenne d'une puissance de 31 kWc a été installée sur les toits de bâtiments industriels[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Orgue Silbermann.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annette Saemann, Mini-guides des châteaux d’Alsace, Strasbourg, Centre d’étude des châteaux-forts, 16 p.
    Châteaux, et manoirs de Soultz (2005)
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Soultz, pp. 425 à 430
  • Charles-Laurent Salch, Nouveau Dictionnaire des Châteaux Forts d’Alsace, Ittlenheim, éditions alsatia. Conception et réalisation Lettrimage, , 384 p. (ISBN 2-7032-0193-1)
    Soultz pp. 303-304
  • Charles-Laurent Salch, Imagiers des châteaux et remparts d’Alsace, 1370-1970, vol. 2, Strasbourg, Châteaux-forts d'Europe-Castrum Europe, , 581 p. (ISSN 1253-6008)
    N°63/64/65/66 2013. Tome 3 : P à Z
    • Soultz. 1993, Regards sur le passé de Soultz, recueil édité par les Amis du Vieux Soultz, p. 478

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette sous-section Finances locales est issue d'une synthèse des données du site alize2.finances.gouv.fr du ministère de l'Économie et des Finances. Elle est présentée de façon standardisée pour toutes les communes et ne concerne que le périmètre municipal. Pour constituer cette partie, l'outil Finances locales version 1.2.1 : Yin Yang Kappa Logo de l'outil Finances localesLettre grecque Kappa en majuscule et minuscule a effectué la synthèse des 98 pages du site alize2.finances.gouv.fr concernant Soultz-Haut-Rhin. Finances locales est un logiciel libre distribué en copyleft sous licence GNU GPL version 3.
  2. La « section de fonctionnement » est constituée des dépenses courantes et récurrentes nécessaires au bon fonctionnement des services municipaux et à la mise en œuvre des actions décidées par les élus, mais sans influence sur la consistance du patrimoine de la commune.
  3. Les « charges de personnel » regroupent les frais de rémunération des employés par la commune.
  4. Les « impôts locaux » désignent les impôts prélevés par les collectivités territoriales comme les communes pour alimenter leur budget. Ils regroupent les impôts fonciers, la taxe d'habitation ou encore, pour les entreprises, les cotisations foncières ou sur la valeur ajoutée.
  5. La section « investissement » concerne essentiellement les opérations visant à acquérir des équipements d’envergure et aussi au remboursement du capital de la dette.
  6. Les « dépenses d’équipement » servent à financer des projets d’envergure ayant pour objet d’augmenter la valeur du patrimoine de la commune et d’améliorer la qualité des équipements municipaux, voire d’en créer de nouveaux.
  7. Les « remboursements d'emprunts » représentent les sommes affectées par la commune au remboursement du capital de la dette.
  8. L'« encours de la dette » représente la somme que la commune doit aux banques au de l'année considérée
  9. L'« annuité de la dette » équivaut à la somme des intérêts d'emprunts de la commune et du montant de remboursement du capital au cours de l'année
  10. La « capacité de désendettement » est basée sur le ratio suivant défini par la formule : ratio = encours de la dettecapacité d'autofinancement. Ce ratio montre, à un instant donné, le nombre d'années qui seraient nécessaires au remboursement des dettes en considérant les ressources de Soultz-Haut-Rhin.
  11. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Base de données du ministère du Budget, relative aux comptes des communes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Balade à Soultz
  2. Annexe 2 Fiche d'identité et action de la commune de Soultz-Haut-Rhin, page 15
  3. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  4. Le cimetière israélite de Jungholtz
  5. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  6. Les comptes des communes : Données Individuelles Budget principal seul - Données consolidées "Budget principal et budgets annexes" - données exprimées en euros : Département du Haut-Rhin : Soultz-Haut-Rhin
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. centrale solaire site web energies-partagees-alsace.coop
  12. « Eglise Saint-Maurice », notice no PA00085681, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Eglise paroissiale Saint-Maurice », notice no IA00111946, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Inventaire de l'orgue
  15. « orgue de tribune », notice no PM68000943, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue », notice no PM68000517, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « orgue de tribune : buffet d'orgue ; garde-corps de tribune (panneaux sculptés) », notice no PM68000348, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IM68004161, base Palissy, ministère français de la Culture orgue, garde-corps de tribune (grand orgue à positif)
  19. Notice no IM68004144, base Palissy, ministère français de la Culture peinture murale : saint Christophe, Vierge à l'Enfant, sainte Véronique
  20. Notice no IM68004143, base Palissy, ministère français de la Culture tableau : délivrance de saint Pierre par un ange
  21. La synagogue actuelle a été construite en 1838
  22. « Synagogue », notice no IA00111950, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Synagogue inscrite sur l'inventaire supplémentaire des MH », notice no PA00085684, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Ancien Béguinage, dit maison sur la Hoelle », notice no PA00085677, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Couvent de Capucins Saint-Maurice », notice no IA00111949, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Notice no IM68008092, base Palissy, ministère français de la Culture Monument funéraire des soldats morts à l'Hartmannswillerkopf
  27. Monument aux Morts place de l'Eglise, Monument aux Diables Bleus au sommet du Grand Ballon, Stèle commémorative, Mémorial du Rote-Rain 1942-1945
  28. Le monument aux chasseurs alpins du Grand Ballon : Lieux de mémoire le plus haut sommet des Vosges, si haut...et si convoité pendant la Grande Guerre
  29. Monument aux morts sur le site du Centre de Recherches de l'Histoire des Familles
  30. « Oratoire dit Schaecher », notice no IA00111983, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. Site internet du Bucheneck
  32. Site internet de la Nef des Jouets
  33. « Hôtel de ville », notice no IA00111951, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. « Demeure de notable dite Château Heeckeren d'Anthes », notice no IA00111954, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. L'inventaire du patrimoine réalisé par le "service régional de l'inventaire d'Alsace"
  36. Notice no IM68004174, base Palissy, ministère français de la Culture Borne datée 1743
  37. « Statue de Saint-Maurice », notice no PA00085683, base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. Catalogue des peintures.
  39. icône Wikisource Joseph-Marie Quérard, « Méglin (Jean Antoine) », La France littéraire, ou Dictionnaire bibliographique, vol. 6e, Paris, Firmin Didot frères, (lire en ligne), p. 15
  40. De son nom russe Ekaterina Gontcharova. Inhumée à Soultz dans le carré réservé à la famille de Heeckeren-d'Anthès.
  41. Le duel et l'épopée des pistolets
  42. Voir Wertheimer, Joseph.
  43. Bibliographie der Schweizergeschichte : Bibliographie de l’histoire suisse
  44. Article de la Gazette de la Chambre des Métiers d'Alsace.