Fegersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fegersheim
Mairie de Fegersheim.
Mairie de Fegersheim.
Blason de Fegersheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg
Canton Lingolsheim
Intercommunalité Strasbourg Eurométropole
Maire
Mandat
Thierry Schaal
2014-2020
Code postal 67640
Code commune 67137
Démographie
Gentilé Fegersheimois, Fegersheimoises
Population
municipale
5 438 hab. (2014)
Densité 870 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 29″ nord, 7° 40′ 52″ est
Altitude Min. 142 m – Max. 149 m
Superficie 6,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Fegersheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Fegersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fegersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fegersheim

Fegersheim (prononcé [fegəʁshaim] ou [fegəʁsaim][1]) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

« Feg » est une appellation familière pour désigner la ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fegersheim est située en France à 12 km au sud de Strasbourg, entre l'Andlau, la Scheer et l'Ill.

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte de tombes datant du IIIe siècle av. J.-C., atteste une occupation du site dès l'époque celtique.

Fergersheim est cité pour la première fois au XIe siècle, le couvent des bénédictines d'Eschau y possédant une importante propriété. Fegersheim et son annexe Ohnheim appartiennent successivement comme fief épiscopal aux Ochsenstein, Hanau-Lichtenberg et Rathsamhausen qui en sont seigneurs jusqu'à la Révolution. En 2016, l'annexe de Ohnheim n'est plus disponible sur les panneaux de la ville. Le nom Fegersheim est alors généralisé à toute la commune.

En 1680, la cour du Roi-Soleil, suivi de Bossuet et de Mme de Maintenon, séjourne à Fegersheim, où elle attend Marie Anne Christine de Bavière, future épouse du Grand Dauphin. Ce sont cinq jours de fêtes éblouissantes et de réjouissances publiques.

Village traditionnellement agricole, Fegersheim devient un centre de plus en plus attractif à la fin du XIXe siècle.

En 1933 s'y installe la première entreprise, Cajofé, une fabrique de jouets.
En 1962, la municipalité aménage une des premières zones industrielles du secteur pour fournir des emplois sur place.
Cette zone n'a cessé de se développer depuis ce temps. Avec la construction, à proximité, du contournement de Strasbourg et la facilité d'accès, l'avenir devrait permettre à la ville de s'affirmer au sein de la communauté urbaine de Strasbourg...

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Fegersheim

Les armes de Fegersheim se blasonnent ainsi :
« D'or au phi lettre capitale grecque de sable. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Fegersheim a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 ? 2001 Antoine Kauffmann SE  
2001 2014 René Lacogne[4] DVD  
2014 en cours Thierry Schaal    
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[5] :

  • total des produits de fonctionnement : 5 234 000 , soit 946 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 4 164 000 , soit 753 par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 1 900 000 , soit 343 par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 1 884 000 , soit 341 par habitant ;
  • endettement : 2 668 000 , soit 482 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 15,77 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 13,62 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 60,76 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 438 habitants, en augmentation de 2,33 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 029 1 051 1 219 1 459 1 473 1 758 1 771 1 873 1 803
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 824 1 852 1 938 1 883 1 823 1 895 1 829 1 799 1 782
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 764 1 764 1 717 1 634 1 804 1 919 1 936 1 829 1 857
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 153 2 350 2 900 3 646 3 953 4 533 4 846 5 314 5 438
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

et l'orgue de Wegmann / Stiehr de 1842 restauré en 1996[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16].
  • La chapelle et la fontaine Saint-Ulrich[17],[18],[19].
  • La première synagogue de Fegersheim datait de 1809 et a été remplacée en 1894 par un nouveau bâtiment qui sera très endommagé au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ce qui conduit à sa destruction vers 1974[20],[21], les deux pierres du bâtiment conservées à la Fondation Elisa-Moulin-Vert à Geispolsheim[22],[23] en sont les seuls vestiges.
  • Château acheté en 1590 par Rudolf de Breitenlandenberg aux Rathsamhausen[24].
  • Maison en pan de bois du XVIIIe siècle[25].
  • Hôtel du maître de poste.
  • Auberge Au Soleil d'Or.
  • Ancien moulin daté 1747[26].
  • Monuments et lieux de mémoire :
  • Monuments funéraires :
    • de Caroline Chaveneid Trapp et Charles Trapp[35] ;
    • d'Edgar Roth[36] ;
    • de Jacob Walter et Eugène Mannel[37] ;
    • de la famille Ehrhard[38].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le village a un club de basket, le CSSA Ohnheim (www.cssa-basket.fr). Le club se distingue en 2016 en remportant le tournoi des sangliers de Givet.
  • Un club de football est aussi présent dans le village (csfegersheim.footeo.com). Leur mentor et parrain est Jean-Pierre Papin. Ce dernier leur a offert son short fétiche, visible dans le hall de la mairie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation et prononciation des noms de lieux d'Alsace commençant par I, J ou K », sur elsasser.free.fr (consulté le 21 octobre 2014)
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  3. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  4. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  5. Les comptes de la commune
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Notice no PM67001012, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  11. Notice no PM67000520, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : buffet d'orgue
  12. Notice no PM67000084, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  13. Notice no IM67000166, base Palissy, ministère français de la Culture orgue
  14. Notice no IM67000148, base Palissy, ministère français de la Culture garde-corps de tribune : sainte Odile d'Alsace, saint François d'Assise, saint Grégoire le Grand, saint Louis, sainte Elisabeth de Hongrie, sainte Cécile de Rome, saint Antoine de Padoue, sainte Catherine de Sienne
  15. Notice no PM67000521, base Palissy, ministère français de la Culture garde-corps de tribune : thème du cantique des trois enfants
  16. « Présentation de l’instrument restauré par la Manufacture d’orgues Muhleisen »
  17. « Chapelle Saint-Ulrich », notice no IA00023137, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. La chapelle Saint-Ulrich
  19. La fontaine Saint-Ulrich
  20. Synagogue et communauté juive
  21. « Synagogue », notice no IA00024123, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Centenaire de la Fondation de l'Hospice Elisa par Louis Ratisbonne, par Max Warschawski
  23. Livret d’accueil de la Fondation Eliza
  24. « Dolmen de la Gastée », notice no PA00081562, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Maison en pan de bois », notice no PA67000039, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Moulin », notice no IA00024125, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. Monument aux morts devant l'église
  28. Centre de Recherches sur l'Histoire des Familles
  29. « Cimetière juif », notice no PA00135148, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Cimetière de Juifs », notice no IA00075623, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Cimetière », notice no IA00075622, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « Cimetière », notice no IA00024124, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. Le cimetière israélite de Fegersheim
  34. Le cimetière juif de Rosenwiller, par Robert Weyl
  35. Notice no IM67000170, base Palissy, ministère français de la Culture monument funéraire (monument sépulcral) : de Caroline _Chaveneid Trapp et Charles Trapp
  36. Notice no IM67000169, base Palissy, ministère français de la Culture monument funéraire (monument sépulcral) : d'Edgar Roth
  37. Notice no PA00107323, base Palissy, ministère français de la Culture croix monumentale
  38. Notice no IM67000167, base Palissy, ministère français de la Culture monument funéraire (monument sépulcral) : de la famille Ehrhard
  39. « Ferme », notice no IA00023139, base Mérimée, ministère français de la Culture