Cernay (Haut-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cernay
Cernay (Haut-Rhin)
L'hôtel de ville[1].
Blason de Cernay
Blason
Cernay (Haut-Rhin)
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes de Thann-Cernay
(siège)
Maire
Mandat
Michel Sordi
2020-2026
Code postal 68700
Code commune 68063
Démographie
Gentilé Cernéens
Population
municipale
11 326 hab. (2018 en diminution de 2,9 % par rapport à 2013)
Densité 628 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 26″ nord, 7° 10′ 36″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 358 m
Superficie 18,04 km2
Élections
Départementales Cernay
(bureau centralisateur)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Cernay
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Cernay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cernay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cernay
Liens
Site web ville-cernay.fr

Cernay Écouter /sɛʁ.nɛ/, en allemand Sennheim, en alsacien Sanna, est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Elle est le bureau centralisateur d'un canton dépendant de l'arrondissement de Thann, dans l'aire urbaine Thann-Cernay.

Ses habitants sont appelés les Cernéens Écouter et les Cernéennes Écouter.

Géographie[modifier | modifier le code]

Arrosée par la Thur, bordée à l'ouest par le massif vosgien, Cernay est traditionnellement un lieu de passage, au carrefour des nationales 66 et 83, à 6 km de Thann, 12 km de Guebwiller, 18 km de Mulhouse, 36 km de Colmar et 35 km de Belfort.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Saint-André : lieu-dit situé à 2 km de la mairie, au sud de la ville. Saint-André été durement éprouvé durant les deux grandes guerres. Il accueille depuis 1891 un institut d'accueil de personnes handicapées mentales et une zone horticole.

Unité urbaine de Cernay[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En allemand : Sennheim[2].
  • Sennenheim (1144), Sennenhem (1156), Senneheim (1179), Senene (1191), Senheim (1259), Senhin (1275), Seyreney (1307), Senhein (1312), Sennen (1576), Cernay (1793).
  • Le nom de Cernay est mentionné sous les formes Sennenheim en 1144 (d'où la forme allemande), Sennene en 1184 (d'où la forme alsacienne), Seyrenay en 1327 d'où la forme française Cernay, dont la graphie actuelle apparait seulement au XIXe siècle.
  • Il s'agit donc d'une adaptation française de son nom germanique et est donc sans rapport avec les toponymes du type Cernay qui dérivent du celtique *(i)sarnāko- « lieu où il y a du fer », latinisés en Sarnacum. Dans les régions germanisées, le suffixe -acum aurait abouti à -ich ou -ach.
  • Le premier élément s'explique par un nom de personne germanique, comme c'est le plus souvent le cas dans ce type de formation en -heim.
    <mapframe> : Impossible d'analyser JSON : Erreur de syntaxe

Géologie[modifier | modifier le code]

Le bassin houiller stéphanien sous-vosgien est situé au sud-ouest du territoire communal, à proximité de la ville[3]. La

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cernay est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. Elle appartient à l'unité urbaine de Thann-Cernay, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[7] et 31 650 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mulhouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est probablement aux environs de Cernay, en septembre 58 av. J.-C., que Jules César, aidé de quelques troupes gauloises éduennes et séquanes, battit Arioviste chef des Germains Suèves, qui menaçait d'envahir la Gaule du Nord-Est. En l'absence de preuves archéologiques et compte tenu de l'imprécision des écrits de Jules César, un grand nombre d'historiens comme C. Oberreiner et J.J. Hatt s'accordent à situer le lieu de la bataille dans un quadrilatère situé entre Cernay, Reiningue, Mulhouse et Wittelsheim, peut-être dans cette grande plaine alluviale qu'est l'Ochsenfeld. Cette bataille opposa environ 40 000 Romains/Éduens à 60 000 Germains et se solda par la débâcle des troupes d'Arioviste, dont les rares survivants réussirent à franchir le Rhin. {Le proconsul César disposait de six légions}.

Dénommé Sennenheim en 1144, la cité fut fortifiée dès 1268. Faisant partie du comté de Ferrette, elle passa aux Habsbourg en 1324. Elle devint française, comme une grande partie de l'Alsace, par les traités de Westphalie du . La ville possédait alors les villages de Steinbach et de Birlingen.

La ville a été en grande partie détruite en 1914 et 1915, durant la bataille de Mulhouse (1914) et à nouveau très endommagée début 1945 par les combats de la « poche de Colmar ».

La commune a été décorée le 2 novembre 1921 de la croix de guerre 1914-1918[12].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que la ville se trouvait en zone annexée au Reich allemand, l'ancien asile psychiatrique servit de centre d'instruction pour les volontaires et sous-officiers de la Waffen-SS, en particulier pour les membres des divisions francophones, comme la division Charlemagne.

En janvier 1945 (19 au 6 février), les Commandos d'Afrique mènent de durs combats sur les Hauts-de-Cernay/Thann/Aspach, face à des troupes allemandes parfaitement équipées pour le froid et la neige (Alpenjäger).

La commune a été décorée, le 27 mai 1952, de la croix de guerre 1939-1945[13] avec étoile d'argent.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Cernay

Les armes de Cernay se blasonnent ainsi :
« De gueules à la tour couverte et maçonnée d'argent, ajourée du champ, accostée de deux bars adossés également d'argent. »[14]

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'espace Grün devant la Thur.
  • Le château du Herrenfluh situé sur le col du Herrenfluh. Le château est coupé en deux par le territoire communal entre Uffholtz et Wattwiller. Château de la renaissance, a été occupé par les Français comme poste de reconnaissance pendant la guerre de 14-18 et il n'en reste qu'un pan du mur.
  • La chapelle Saint-Morand, chapelle close dans les vignes détruites en 1803 mais rénovée. La chapelle remémore le moine clunisien Morand de Cluny surnommé « l'apôtre du Sundgau ».
  • Cour de Ferrette, ancienne ferme domaniale abritant les restes d'une tour de ferme avec enceinte.Fresque en face de la ruine.
  • Les rives de la Thur, parc traversant Cernay et longeant la Thur. Il y a dans ce parc 2 terrains de jeu et un parcours vita, piste cyclables, tour touristique.
  • Forêt de Cernay
  • Étangs de Cernay à côté de la voie rapide. Environ 2/3 kilomètres du centre-ville.
  • Hartmannswillerkopf à 12 km. Cimetière nationalement connu. Il fut l'endroit de l'un des principaux combats durant la grande guerre.
  • Le parc à cigognes : la cigogne, symbole de l'Alsace, est aussi celui de Cernay. En 1938, l'Alsace comptait 140 couples nicheurs. Leur nombre diminua fortement après la guerre pour atteindre 7 couples en 1967. Un parc de réintroduction des cigognes est créé à Cernay en 1978, sous l'impulsion du maire de l'époque et en étroite collaboration avec le Centre Régional de Baguage d'Oiseaux. Après 10 ans  : Cernay était redevenue, « Cernay, cité des cigognes ». On peut venir voir le nourrissage de ces cigognes en hiver.
  • Espace Grün, centre culturel.
  • Train Thur Doller Alsace, dans la vallée de la Doller de Cernay à Sentheim.
  • La Fête de l'Eau à Wattwiller (3 km), parcours d'art contemporain chaque année en juin.
  • Festival des fenêtres de l'Avent à Uffholtz (1 km) du 1er au 24 décembre : festival de théâtre itinérant, buvette, etc.

Ancienne ville fortifiée au Moyen Âge, Cernay a su préserver certains vestiges de cette époque : les rues du centre-ville sont restées fidèles au plan carré de la vieille ville et la Porte de Thann abrite le musée historique. Spécialisée dans le secteur textile au XIXe siècle, Cernay est aujourd'hui un pôle économique et industriel[15].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises et chapelles et bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

Église saint Étienne avant sa rénovation.

L'église Saint-Étienne : de style néo-gothique, sa construction date de 1925 en remplacement de l'ancienne église détruite pendant la Première Guerre mondiale. Son plan de construction est celui d'une église classique en forme de croix latine (avec un transept). Elle comprend une nef principale, deux bas-côtés, un chœur flanqué d'une sacristie. Le clocher, dont la flèche élancée est recouverte d'une toiture de cuivre, se trouve en position latérale à côté du chœur[16],[17]. Les murs de la nef sont décorés de 10 tableaux qui sont l'œuvre du artiste-peintre alsacien René Kuder (1882-1962). À la voûte de la croisée du transept se trouve accroché un Christ en croix de 5 m de haut appelé « le Grand Bon Dieu » ; elle contient également une statue de la Vierge à l'Enfant provenant de la chapelle du village disparu de Birlingen. L'orgue a été construit par le facteur Joseph Rinckenbach, tandis que son buffet est l'œuvre des ateliers Klem de Colmar[18].

  • Chapelle Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, dite chapelle de l'Ochsenfeld[19].
  • Chapelle Saint-Henri, chapelle de l'hôpital[20].
  • Chapelle du Saint-Esprit[21].
  • Temple protestant[22].
  • Mosquée actuellement dans un immeuble.

Monuments commémoratifs[modifier | modifier le code]

  • Monuments au mort, c'est à ce monument que se déroule la plupart des commémorations. Il se situe au centre-ville à 3 min de marche de l'église.
  • Obélisque de la 4ème division marocaine de montagne (4ème DMM). C'est une obélisque situé près du Leclerc de Cernay. Elle remémore la seconde guerre mondiale. Des commémorations peuvent y être organisé[23].
  • Plaque des Incorporés de force. Elle commémore l'enfer des malgré nous. Déporté sur le front soviétique. Elle est actuellement sur la façade de la gare de Cernay.
  • Statue des Incorporés de force et des Déportés.[24] C'est une statue construite en 1990 situé près de la porte de Thann.
  • Stèle du 3ème groupement de choc. C'est une stèle qui commémore la libération de Cernay par les français. Elle été placé dans la zone industrielle Europe en raison des conflits qui ce sont déroulés à cet endroits. Les conflits ont opposé les commandos d’Afrique et les soldats nazis.

Cimetières militaires et civil[modifier | modifier le code]

  • Cimetière militaire français. Ce cimetière est à la sortie de Cernay vers Uffoltz. Il est situé près du collège rené Cassin[24].
  • Cimetière allemands. Ce cimetière militaire est situé derrière le quartier bel aire[24].
  • Cimetière juif de Cernay[25],
  • Cimetière civil. Ce cimetière a été déplacé de sa place originelle qui était près de l'église. De ce fait, il y a moins de tombes anciennes. Il en subsistent néanmoins certaines datant de 1833. Un parcours touristiques des 52 tombes remarquables a été réalisé[24].

Fortifications et anciens bâtiments[modifier | modifier le code]

  • La porte de Thann[26] situé dans une porte médiévale classée monument historique, le bâtiment s'intégrait dans les fortifications de la ville depuis le XIIIe siècle[27]. Cette porte a été construite en deux temps.
  • La tour d'angle sud-est du rempart médiéval : la massive tour ronde qui s'élève au bord du canal usinier défendait l'angle sud-est des anciennes fortifications de la ville. Construite en 1422, elle présente un mur de plus de 3 mètres d'épaisseur à la base et une voûte en cul-de-four. Avant la Première Guerre mondiale, la Tour est convertie en cave couverte ou brasserie, elle est alors agrémentée d'un balcon. Elle est maintenant classée Monument Historique[28],[29],[30].
  • L'hôtel du Maréchal de Schönbeck[31] : dès 1643, Louis XIII octroie la seigneurie de Cernay au Général Major de Schönbeck, colonel d'un régiment d'infanterie de l'armée suédoise du duc de Weimar. Après la mort du duc, son armée passe au service de la couronne française en 1639. Le maréchal de Schönbeck acquiert la maison en 1647. Ses gendres et lui-même l'agrandissent, un donjon est ajouté au corps de logis. Vendu après la Révolution française, l'Hôtel appartiendra à un notaire jusqu'à la veille de la guerre de 1870. L'Hôtel du Maréchal de Schönbeck est devenu célèbre pour avoir accueilli le Roi Soleil, Louis XIV, ainsi que la reine et leur suite, dans la nuit du 22 au 23 juin 1683.
  • Maison dite villa Jeannot Lapin[32].
  • Demeure dite cour de Lucelle[33].
  • Ancien tribunal cantonal[34],[35].
  • Fontaine monumentale[36].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[37],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 11 326 habitants[Note 4], en diminution de 2,9 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0192 1751 8541 9083 4163 0413 4333 6963 997
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
4 1284 9364 2084 3724 2774 3964 4934 3754 738
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 8335 2145 1803 2896 0846 7756 5885 8006 645
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8 3728 5639 34210 20810 31310 44610 75211 45111 617
2018 - - - - - - - -
11 326--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

La population active est majoritairement employée dans le bassin d'emploi local. Les déplacements privés se font majoritairement par les moyens personnels, mais la ligne de tram-train Mulhouse-Vallée de la Thur est de plus en plus employée. Pour les trajets plus éloignés, celle-ci permet de joindre sans changement la gare TGV de Mulhouse. Cernay est à 35 km[réf. nécessaire] de l'Aéroport de Mulhouse-Bâle-Freiburg via le réseau autoroutier A36/A35.

Activités - Patrimoine industriel[modifier | modifier le code]

Cernay a toujours possédé une économie solide et durable. Depuis le moyen-âge, Cernay a une renommé nationale. Dans les années 1300 à 1400, Cernay possédaient un important marché aux bœufs réputés dans tous le Saint Empire Romain Germanique[40]. Dès le commencement de la révolution industrielle, Cernay fut totalement transformé par celle-ci. Une nouvelle gare fut construite avec la première voie de chemins de fer d’Alsace érigé en 1839.

Cernay a donc commencé à construire de grandes usines. Principalement des usines textiles. La Thur donnait l'avantage d'une eau assez bonne pour laver le coton[24]. Cernay était donc une ville industrielle et la plupart de ses habitants travaillaient dans ces fameuses usines. De grands manufacturier mulhousiens implantèrent leurs usines, comme Wilx par exemple[41],[24].

Toutes ces manufactures ont entrainé la création de plusieurs cité ouvrières dont il en reste quelques trace aujourd'hui près de la tour des ânes.

Des châteaux de style Versailles ont été érigés. Tout le faubourg de Colmar a été embelli. Des châteaux de maitre ayant parfois de grandes allées et de grands jardins ont été battis près de Uffoltz, à l'emplacement du quartier des mines environ. Pratiquement tous ces châteaux ont été détruit par la guerre [42]et il n'en reste plus que quelques traces aujourd'hui.

Des châteaux de même types ont été construits à Guebwiller[43]. La condition de Guebwiller lors de la révolution industrielle a été la même que Cernay mais les châteaux de cette ville n'ont pas subi le même sort et sont encore debout aujourd'hui[Quand ?][43].

Certains vestiges d'usines sont encore là aujourd'hui comme ceux près du maraichers mais la plupart ont été détruit.

Cernay a réussi à se diversifier dans les activités économiques et elle compte environs 1384 entreprises. La plupart de celle-ci sont de PME (environ 98%) mais Cernay possède aussi des ETI (environ 2%)[44]. Les principales étant les sièges sociaux d'Aubert, d'Emerson, et de Dupont et Nemours.

Les entreprises de Cernay sont dynamiques ( indice de dynamisme de 2.74% en moyenne) et le nombre moyen d'employé est d'environ 7 employés.[44]

Cernay possède plusieurs zones économiques attractives. Il y en a en tout près de 5 zones industrielles et agricoles[45].

Le train avaient également des fonctions industrielles en transportant des marchandises mais il en a été déchargé depuis plusieurs années et la gare de ferry a été rasée[41]


  • Lieux rappelant cette révolution industrielle
    • Usine de construction de matériel industriel, dite usine Lisch[46] ;
    • Filature de coton Sandoz Baudry et Cie, puis filature de coton Nouvelles Filatures de coton de Cernay puis filature de coton Cernay SA, actuellement établissement industriel désaffecté[47] ;
    • Maison d'industriel dite Villa Thierry-Mieg[48] ;
    • Cités ouvrières[49],[50],[51],[52],[53].
  • Établissement médical dit institut médico-pédagogique Saint-André[54].
  • Communauté Emmaüs

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Les écoles maternelles :

Les Roses[55]

Les Géraniums[56]

Saint-Joseph[57]

Les Hirondelles[58]

  • Les écoles primaires :

Les Lilas[59]

Les Tilleuls[60]

Les établissements les Tilleuls sont composés de 3 cours.

Les Tilleuls ont deux options : une classe pour enfants dyslexiques (ULIS)[61] et une option bilingue avec autant de classe que les monolingues allant de la maternelle au CM2.

Les monolingues et les bilingues sont séparés et ont chacun leur bâtiment respectif. Cet établissement date de 1820 même s'il a été reconstruit en majeure partie à la suite des combats de la poche de Colmar.

  • Un collège public d'enseignement secondaire, le collège René-Cassin,
  • Un lycée technique professionnel du bâtiment, le lycée Gustave-Eiffel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[62] :

  • total des produits de fonctionnement : 11 025 000 , soit 1 355  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 9 726 000 , soit 835  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 4 779 000 , soit 410  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 4 532 000 , soit 389  par habitant ;
  • endettement : 5 268 000 , soit 452  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 7,34 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 9,53 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 39,89 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Pour 2020, la Ville de Cernay qui, comme depuis plus de 15 ans, n’a pas augmenté ses taux, devrait percevoir:

  • taxe d’habitation au taux de 7.34 % pour un produit de 878 525  ;
  • taxe foncière bâtie au taux de 9.53 % pour un produit de 1 833 191  ;
  • taxe foncière non bâtie au taux de 39.89 % pour un produit de 19 107 .soit un total prévisionnel de 2 730 823 .Pour mémoire, ces taxes ont rapporté la somme de 2 662 367  à la commune en 2019.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1953 1973 Xavier Herrgott RPF puis RS Conseiller général du canton de Cernay (1951 → 1958)
1973 juin 1995 Pierre Tritsch RPR  
juin 1995 En cours
(au 31 mai 2020)
Michel Sordi [63]
Réélu pour le mandat 2020-2026
RPR puis UMP-LR Cadre d'entreprise
Député de la 7e circonscription du Haut-Rhin (2002 → 2012)
Député de la 4e circonscription du Haut-Rhin (2012 → 2017)
Les données manquantes sont à compléter.


Conseils consultatifs[modifier | modifier le code]

Il y a deux conseils consultatifs :

  • Conseil consultatif des jeunes (C.C.J.)[64].
  • Conseil consultatif des aînés de Cernay (C.C.A.C.)[64].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cigogne blanche en vol à Cernay.

et aussi :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hôtel de ville », notice no IA68004675, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  3. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Unité urbaine 2020 de Thann-Cernay », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mulhouse », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  12. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  13. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  14. Archives Départementales du Haut-Rhin
  15. « Économie sur le territoire de la Communauté de communes de Thann-Cernay (Haut-Rhin, Alsace) », sur www.cc-thann-cernay.fr (consulté le 27 avril 2021)
  16. « Eglise catholique Saint-Etienne », notice no PA68000035, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Eglise paroissiale Saint-Etienne », notice no IA68004662, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Notice no IM68008047, base Palissy, ministère français de la Culture Orgue de l'église paroissiale Saint-Étienne
  19. « Chapelle Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, dite chapelle de l'Ochsenfeld », notice no IA68004664, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Chapelle Saint-Henri, chapelle de l'hôpital », notice no IA68004665, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Chapelle du Saint-Esprit », notice no IA68004663, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Temple », notice no IA68004666, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « L’obélisque de Cernay – Haut-Rhin | Tirailleurs au 1e R.T.M. » (consulté le 13 avril 2021)
  24. a b c d e et f « Histoire et patrimoine », sur Ville-cernay.fr, Site officiel de la ville de Cernay (68) - Alsace (consulté le 13 avril 2021)
  25. Le cimetière juif médiéval et le nouveau cimetière
  26. « Ouvrage d'entrée, porte de Thann », notice no IA68004673, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. La réparation des dommages de guerre. La doctrine du service des Monuments historiques en 1919 : La porte de Thann
  28. « Anciennes fortifications », notice no PA00085358, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Remparts », notice no PA00085359, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Fortification d'agglomération », notice no IA68004672, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « demeure dite hôtel de Schoenbeck », notice no IA68005509, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « maison dite villa Jeannot Lapin », notice no IA68005507, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « demeure dite cour de Lucelle », notice no IA68005514, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Ancien tribunal cantonal », notice no PA68000036, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Tribunal », notice no IA68004676, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. Notice no IM68008078, base Palissy, ministère français de la Culture Fontaine monumentale
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  40. « Si Cernay m'était contée » (consulté le 27 avril 2021)
  41. a et b « Géoportail », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le 27 avril 2021)
  42. « Histoire et patrimoine », sur Ville-cernay.fr, Site officiel de la ville de Cernay (68) - Alsace (consulté le 27 avril 2021)
  43. a et b « Le paysage industriel », sur Communauté de Communes de la Région de Guebwiller (consulté le 27 avril 2021)
  44. a et b « Dynamisme économique de Cernay (Haut-Rhin) sur Manageo.fr », sur manageo.fr (consulté le 27 avril 2021)
  45. « Entreprises », sur Ville-cernay.fr, Site officiel de la ville de Cernay (68) - Alsace (consulté le 27 avril 2021)
  46. « Usine de construction de matériel industriel, dite usine Lisch », notice no IA68004680, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. « filature de coton Sandoz Baudry et Cie, puis filature de coton Nouvelles Filatures de coton de Cernay puis filature de coton Cernay SA », notice no IA68000800, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « Maison d'industriel dite Villa Thierry-Mieg », notice no IA68005504, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Cité ouvrière Rogelet (cité 16) », notice no IA68005518, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Cité ouvrière 18 », notice no IA68005521, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Cité ouvrière Baudry (cité 17) », notice no IA68005520, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Cité ouvrière Muehlwegviertel (cité 15) », notice no IA68005517, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Cité ouvrière Sandozwiller (cité 14) », notice no IA68005516, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. « Etablissement médical dit institut médico-pédagogique Saint-André », notice no IA68005522, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Ecole maternelle Les Roses », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 11 décembre 2020).
  56. « Ecole maternelle Les Géraniums », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 11 décembre 2020).
  57. « Ecole maternelle Saint-Joseph », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 11 décembre 2020).
  58. « Ecole maternelle Les Hirondelles », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 11 décembre 2020).
  59. « Ecole Elémentaire Les Lilas », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 11 décembre 2020).
  60. « Ecole Elémentaire Les Tilleuls », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le 11 décembre 2020).
  61. « ULIS-école de Cernay », sur annuaire.action-sociale.org (consulté le 11 décembre 2020).
  62. Les comptes de la commune
  63. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  64. a et b « Démocratie locale », sur Ville-cernay.fr, Site officiel de la ville de Cernay (68) - Alsace (consulté le 3 mars 2021).
  65. Auguste-Charles Risler