Kingersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kingersheim
Kingersheim
L'hôtel de ville de Kingersheim.
Blason de Kingersheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Intercommunalité Mulhouse Alsace Agglomération
Maire
Mandat
Laurent Riche
2020-2026
Code postal 68260
Code commune 68166
Démographie
Gentilé Kingersheimois, Kingersheimoise
Population
municipale
13 055 hab. (2017 en augmentation de 0,78 % par rapport à 2012)
Densité 1 951 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 32″ nord, 7° 20′ 19″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 250 m
Superficie 6,69 km2
Élections
Départementales Canton de Kingersheim
(bureau centralisateur)
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Kingersheim
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Kingersheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Kingersheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Kingersheim
Liens
Site web http://www.ville-kingersheim.fr/

Kingersheim (prononcé [kiŋəʁsaɪm] ; Kìngerscha en alsacien) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est. D'un village minuscule il y a quelques siècles, Kingersheim est actuellement la huitième commune du Haut-Rhin, dans la banlieue de Mulhouse. Le tissu urbain est essentiellement résidentiel mais comporte également une zone commerciale importante qui se poursuit vers Wittenheim. La commune est membre de Mulhouse Alsace Agglomération. Ses habitants sont appelés les Kingersheimois et Kingersheimoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine d'Alsace, la commune de Kingersheim ne présente quasiment pas de relief.

Elle connaît un fort accroissement de sa population depuis les années 1970, dû à sa situation dans l'unité urbaine de Mulhouse. Ces dernières années, l'urbanisation se densifie avec notamment plusieurs pôles de constructions d'habitats de types individuels ou HLM, ou le projet de construction d'un quartier éco-durable à la place de la friche AMECO. À l'issue de ces différents projets, la population de Kingersheim pourrait atteindre 15 000 habitants.

Passage obligé entre le nord de l'agglomération mulhousienne, notamment la commune peuplée de Wittenheim, et la ville-centre, Kingersheim subit des transits automobiles importants notamment au niveau du Kaligone (2e zone commerciale d'Alsace).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Kingersheim
Bois du Nonnenbruch Wittenheim
Richwiller Kingersheim Illzach
Pfastatt Mulhouse quartier de Bourtzwiller Illzach

Histoire[modifier | modifier le code]

Kingersheim apparaît pour la première fois en 1195 sous la dénomination de Kemingsen et tire son origine d'une légende, concernant un pavillon de chasse érigé probablement dans le centre historique. La chronique de Schoenensteinbach parle de l'état des paroisses de Wittenheim et Kingersheim au cours des XIe et XIIe siècles. Cette chronique relate qu'en l'an 1199, l'évêque Lüthold de Bâle, ordonne que la chapelle de Kingersheim soit rattachée à la paroisse de Wittenheim. En 1202, le pape Innocent III, confirma les lettres d'ordonnance des deux évêques. En 1216, l'abbaye de Neuwiller fit don au couvent de Schoenensteinbach[2] d'une relique de saint Adelphe qui fut déposée dans la chapelle de Kingersheim.

Les nobles de Hus Wittenheim en étaient les seigneurs dès le XIVe siècle et, par la suite, leurs successeurs, les nobles d'Andlau[3]. De nombreux titres ou chartes d'investiture ont été rédigés, parmi lesquels le titre de 1351. Il y est écrit que Therry de Hust est investi du quart du château de Wittenheim ainsi que du village de Kingersheim. Le village de Wittenheim constitua jadis dans le régime féodal le corps d'un bourg ayant reçu une charte qui donnait aux seigneurs le droit de régir plusieurs villages entre autres celui de Kingersheim. En 1473, Lazare d'Andlau fut à son tour investi du village de Kingersheim par Pierre de Hagenbach, grand bailli de Charles le Téméraire. Lazare eut de son mariage avec Judith de Ramstein un fils nommé Louis (1474-1509). Chevalier, il fut le fondateur de la branche des Andlau de Kingersheim.

L'autonomie du village apparaît donc à la fin du XVe siècle. Louis d'Andlau de Kingersheim fut le premier des Andlau à construire le château de Kingersheim et à y habiter.

La commune a été décorée, le , de la Croix de guerre 1939-1945[4].

Mines[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Kingersheim

Les armes de Kingersheim se blasonnent ainsi :
« D'or au globe de gueules à la croix d'argent. »[5]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Eugène Béhé    
Marius Fischer    
Jo Spiegel[6] PS
DVG
PP
Professeur d'EPS retraité
Conseiller régional d'Alsace (1986 → 1998)
Conseiller général du canton de Wittenheim (1988 → 2015)
Président de la CAMSA (2005 → 2009)
  Laurent Riche    
Les données manquantes sont à compléter.

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

Jo Spiegel met en place à Kingersheim des conseils participatifs pour les grandes décisions de la commune, composés à 40 % de volontaires, 20 % de concernés et 40 % de tirés au sort. Les membres reçoivent une formation préalable et les élus sont là plus en tant qu'animateurs que décideurs[7]. En 2016, 40 conseils participatifs avaient en 10 ans réuni 700 participants. Chaque conseil réunit un maximum de 50 personnes. Des professionnels du débat public aident à faire émerger la parole de ceux qui n’osent pas la prendre[8].

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 12 724 000 €, soit 962 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 12 623 000 €, soit 954 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 4 825 000 €, soit 365 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 4 894 000 €, soit 370 € par habitant ;
  • endettement : 15 936 000 €, soit 1 205 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,44 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 19,04 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 67,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[10],[Note 1]

En 2017, la commune comptait 13 055 habitants[Note 2], en augmentation de 0,78 % par rapport à 2012 (Haut-Rhin : +1,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280281384426443595628610594
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
676718720708667673719728750
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8118468689111 3582 7113 1862 7983 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5 6075 9207 9289 65511 25811 96113 15412 95513 151
2017 - - - - - - - -
13 055--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Kingersheim a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Émile Zola, et trois écoles d'enseignement primaire : l'école du centre, le village des enfants et l'école des Perdrix.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Adelphe.
Sainte-Élisabeth.
  • L'église paroissiale Saint-Adelphe[13] et son orgue[14].
  • L'église Sainte-Élisabeth.
  • Château d'Andlau, usine d'impression sur étoffes[15].
  • Bornes portant le blason de la famille d'Andlau, seigneurs du village de 1419 à 1789[16].
  • Croix monumentales[17],[18].
  • Monuments commémoratifs[19].

Autres[modifier | modifier le code]

  • Le , le père Jean Uhl, 68 ans, curé de la paroisse Saint-Adelphe de Kingersheim, est assassiné dans son presbytère. Son meurtrier, David Oberdorf, fervent de rites sataniques, a tué le prêtre de 33 coups de couteau[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Daniel Koechlin (1845-1914), peintre, y est mort.
  • Ernest Hauger (1873-1948), né à Kingersheim, missionnaire et évêque en Afrique.
  • Joseph Spiegel, né le , est un homme politique français.
  • Toufik Zerara, footballeur, né à Mulhouse le , a commencé sa carrière au FC Kingersheim.
  • Florian Kohler, joueur de billard, né à Kingersheim le .

Récompenses[modifier | modifier le code]

Ville Internet : @@@ en 2007 (@@ en 2006). Ville fleurie : 2 fleurs.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes constituant l'agglomération mulhousienne (Mulhouse + Banlieue) sur le site de l'INSEE
  2. Schoenensteibach : couvent de femmes de l'ordre de Citeaux, fondé en 1135 par Notker de Wittenheim. Passé sous la règle de saint-Augustin en 1159 et sous celle de Saint Dominique en 1397, le couvent fut victime de la Révolution
  3. « Village », notice no IA00050892, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  5. Archives Départementales du Haut-Rhin
  6. Résultats des élections municipales : Kingersheim
  7. « À Kingersheim, Jo Spiegel fait participer les habitants aux décisions locales (mais vraiment) », sur Rue89 Strasbourg, (consulté le 6 février 2016).
  8. « Jo Spiegel : “Le rôle du politique n’est pas de flatter les gens“ », sur La Vie, (consulté le 20 décembre 2017).
  9. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Eglise paroissiale Saint-Adelphe », notice no IA00050895, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notice no IM68000569, base Palissy, ministère français de la Culture orgue
  15. « Château d'Andlau, usine d'impression sur étoffes », notice no IA00050898, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Bornes portant le blason de la famille d'Andlau seigneur du village de 1419 à 1789 », notice no IA00050907, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Croix monumentale de 1684 », notice no IA00050906, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Croix monumentales », notice no IA00050894, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Monument aux Morts, Plaque commémorative du 6e R.I.C., Monument commémoratif du 6e R.I.C., Stèle commémorative 1914-1918
  20. Liberation.fr//mort-au-presbytere-j-ai-ete-inspire-par-mes-sentiments-sataniques_98357