Sausheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sausheim
Sausheim
L'hôtel de ville.
Blason de Sausheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Canton Rixheim
Intercommunalité Mulhouse Alsace Agglomération (M2A)
Président : Fabian Jordan
Maire
Mandat
Daniel Bux
2014-2020
Code postal 68390
Code commune 68300
Démographie
Gentilé Sausheimois, Sausheimoises
Population
municipale
5 475 hab. (2015 en augmentation de 0,07 % par rapport à 2010)
Densité 324 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 15″ nord, 7° 22′ 26″ est
Altitude 230 m
Min. 226 m
Max. 236 m
Superficie 16,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Sausheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Sausheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sausheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sausheim

Sausheim (prononcé [saʊsaɪm] ou [sosaɪm]) est une commune française de la banlieue de Mulhouse[1] située dans le département du Haut-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et est membre de Mulhouse Alsace Agglomération. (Site : http://www.ville-sausheim.fr )

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Sausheim est à la croisée des autoroutes A35 et A36 (croix de la Hardt, au milieu du territoire communal). Elle est incluse dans l'unité urbaine de Mulhouse et se situe à moins de cinq kilomètres de Mulhouse intra-muros. Son ban est traversé par l'Ill, le Quatelbach et le canal du Rhône au Rhin.

Sausheim est situé au cœur de l'Île Napoléon, site partagé entre les communes de Sausheim, Illzach et Rixheim.

La forêt de la Hardt, 2e forêt d'Alsace, couvre 4,64 km2 de la superficie de Sausheim. Cette forêt est traversée par l'A35 et l'A36, ainsi que par les CD55 et CD39.

La surface de la ville est divisée en :

  • 31 % de surface urbanisée ;
  • 30 % de bois et forêts ;
  • 21 % de cours d'eau, réseau autoroutier et routier, jardin, parc ;
  • 18 % d'espaces agricoles.

La ville est divisée en quatre grandes zones :

  • Le centre-ville (Vieux Sausheim) ;
  • Les quartiers nord (Oiseaux, Muses, Fleurs, Vergers, Hardt) ;
  • Les quartiers sud (Parc Napoléon, Poètes, Quartiers Sud, Banlieue 89, Zone Industrielle Sud) ;
  • Les zones est :
    • la ZA 201 (Île Napoléon),
    • le Parc de L'Île (Île Napoléon),
    • la ZA Espale Autoport-Sud-Alsace (Île Napoléon),
    • la ZA Jean Monnet (Île Napoléon),
    • PSA Peugeot Citroën (2,3 km2),
    • Sivom de Mulhouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sausheim
Kingersheim Baldersheim Baldersheim
Illzach Sausheim Ottmarsheim
Illzach Illzach quartier de Modenheim Illzach quartier de l'Île Napoléon

Histoire[modifier | modifier le code]

La Commune de Sausheim a traversé plusieurs guerres sans avoir à souffrir de dégâts trop importants, exception faite de ceux dus à la Seconde Guerre mondiale.

Sausheim, village autrichien, resta catholique au moment de la Réforme protestante. Durant la Guerre de Trente Ans, Sausheim fut épargnée par les grands événements militaires mais connut des cantonnements comme celui des troupes impériales en 1620 et des Suédois (1632 - 1634). En 1648, Sausheim passa à la couronne de France.

Le XIXe siècle est essentiellement marqué par le développement industriel avec la construction de la fabrique « Dollfus Noack » en 1843. Sausheim souffrit peu de la guerre 1914-1918. La commune fut beaucoup plus durement touchée par la Seconde Guerre mondiale. Elle fut détruite à 75 % et libérée seulement le 6 février 1945, après la liquidation de la terrible "Poche de Colmar".

Sausheim put compter sur les habitants de Cusset, dans l'Allier, où une usine mulhousienne avait été déplacée pendant la guerre, usine qui employait plusieurs techniciens sausheimois. Avertis de la détresse des Sausheimois, qui venaient de retrouver leurs maisons détruites ou pillées, les gens de Cusset se mobilisèrent, envoyant couvertures, matelas, vêtements chauds et vivres. De son côté le directeur des Ets Dullfus Noack, M.Brand, a pu mettre en marche une "roulante" de l'armée, distribuant de la nourriture chaude. L'élan de solidarité des Cussettois s'est transformé en longue amitié, toujours vivante.

Au moment de la catastrophe de l'Amoco-Cadiz, sur les côtes de la Bretagne, la commune de Sausheim et son maire M. Eugène Bader, lançèrent un mouvement d'amitié vers le village de Plounéour-Trez, apportant à cette localité une contribution financière substantielle pour l'aider dans les travaux de réhabilitation de ses plages immenses. De nombreux échanges se sont établis, soutenus par les deux communes, notamment d'écoliers, les jeunes Bretons dans la neige alsacienne, les jeunes Alsaciens à la mer l'été !

Le 11 novembre 1948, la commune est citée à l'ordre du régiment avec attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze[2].

La vie poursuivit son cours et en 1952 la commune avait 1 600 âmes. En 1959, elle passa à 2 199, pour en arriver à 5 000 en 1980.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Sausheim

Les armes de Sausheim se blasonnent ainsi :
« D'argent au gril de sable, la queue en pal vers le chef, soutenant un croissant montant de gueules. »[3]

Économie[modifier | modifier le code]

Sausheim connaît un premier essor industriel avec les usines « Dollfus-Noack ». En 1889 on inaugure un premier atelier de 5 000 m2 qui fut la première entreprise française de textiles techniques. Quelques années après, un atelier de même grandeur fut construit. Des bureaux d'une surface de 1 000 m2 sont construits en 1911. L'usine emploie 300 ouvriers et 75 cadres. L'usine ferme définitivement ses portes en 1994 après 105 années de production. Une autre usine joua un rôle essentiel dans la commune. C'est Zuber-Rieder & CIE qui construit l'usine de l’Ile Napoléon, l'usine des Pins, au bord des rives du canal du Rhône au Rhin, rue de la Hardt.

Au XXe siècle, c'est PSA Peugeot Citroën qui contribue à la mutation de la population de la ville. Sausheim accueille donc la première entreprise d'Alsace avec plus de 9 000 salariés.

Outre le géant de l'automobile, elle a admis sur son territoire le Centre Routier Autoport Sud-Alsace et Douanier.La Communea créé en 1995 la Zone ESPALE EUROPE, la ZI Sud, puis la ZA Pôle 201 où se sont implantées des entreprises de toutes les tailles, de l'artisanat aux plus gros employeurs d'Alsace. Elle accueille aussi une partie du centre commercial Carrefour de l'Île Napoléon. Sausheim dispose également de toute une gamme d'hôtels, plus de 500 chambres : Ibis, Mercure, Novotel, Arcotel, Le Roi Soleil, Hôtel restaurant de la Poste, Le Jardin d'Espale. Pour les touristes, la commune dispose également d'un camping « Safary ** » avec 40 emplacements pour caravanes et 170 pour tentes.

Actuellement, plus de 400 entreprises de toutes sortes sont répertoriées sur le territoire communal.

Depuis décembre 2007, Sausheim dispose d'une aire d'accueil des gens du voyage réalisée en commun par les communes de Sausheim, d’Illzach et de Rixheim et afin de répondre à leurs obligations légales. D’une capacité de 44 places de caravanes, le site se situe à l'Île Napoléon au bord du CD 39 à Sausheim.

La commune dispose d'une communauté de brigades de gendarmerie formée avec la brigade d'Ottmarsheim et dont Sausheim est la brigade mère, composée de 14 agents intervenant sur les communes de Sausheim, Baldersheim, Battenheim, et Ruelisheim, ainsi qu'une police municipale forte de 5 agents. Elle possède également un centre d'incendie et de secours auquel plus de trente sapeurs-pompiers sont rattachés et qui effectue près de 500 interventions par an.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1983 Eugène Bader[4]    
mars 1983 mai 2000[5] Jean-Jacques Weber UDF-CDS Journaliste
Député de la 6e circonscription du Haut-Rhin (1988 → 2000)
Conseiller général du canton d'Illzach (1982 → 2000)
Président du conseil général du Haut-Rhin (1988 → 1998)
juin 2000 en cours Daniel Bux DVD Cadre
9e vice-président de Mulhouse Alsace Agglomération (2017 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[6] :

  • total des produits de fonctionnement : 9 655 000 , soit 1 728  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 8 357 000 , soit 1 495  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 3 769 000 , soit 674  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 2 344 000 , soit 419  par habitant ;
  • endettement : 2 913 000 , soit 521  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 5,81 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 9,38 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 19,26 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2015, la commune comptait 5 475 habitants[Note 1], en augmentation de 0,07 % par rapport à 2010 (Haut-Rhin : +1,71 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6306377128839621 1981 1901 3501 318
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 3011 3721 3181 3141 2411 3331 2881 3091 288
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2701 2871 3981 3851 4571 7711 8411 5391 929
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 4473 1564 9404 7374 7485 4705 2995 2805 262
2013 2015 - - - - - - -
5 4465 475-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent[11].

Sausheim est labellisée ville fleurie quatre fleurs.

Elle offre à ses habitants et à ses visiteurs de multiples prétextes pour se détendre : circuit de promenade en forêt de la Hardt, au square de la bibliothèque, le long des berges de l’Ill et du canal du moulin (Quatelbach), parcours sportif, colline de jeux, skate park…

L’art de vivre dans la convivialité se décline aussi autour de temps forts animés par les associations locales. La commune dispose de près de 50 associations culturelles et sportives. Elle dispose d'un complexe sportif au sud, du complexe sportif Peugeot avec un circuit automobile de près de 1 km, et de plusieurs salles polyvalentes.

Depuis peu, la ville de Sausheim dispose d'un nouveau centre culturel,l'Eden. D'une surface utile de près de 1 893 m2, il peut accueillir près d'un millier de personnes assises et deux mille debout. Il propose de nombreuses animations, expositions, concerts, spectacles de danses, pièces de théâtre, thés dansants, conférences, fêtes diverses. Il se trouve sur l'ancien site de l'usine Dollfus & Noack. Un espace dédié à certaines activités est prévu pour les enfants qui fréquenteront le périscolaire ou les centres de loisirs.

Située non loin de l'Île Napoléon, l'usine d'incinération du Sivom a été achevée en 1999. Elle est dotée d'une technologie et d'équipements de pointe, notamment en matière de protection de l'environnement. Elle permet également de valoriser les ordures ménagères : brûler les déchets libère une énergie qui est valorisée sous forme d'électricité. Celle-ci est utilisée par l'usine elle-même et également par la station d'épuration. Trente-six communes l'utilisent, soit près de 300 000 habitants.

Au bord du CD201 se trouve un monument napoléonien relmarquable, la stèle méridionale,édifiée sur l'ordre du Maréchal Berthier,alors chef d'Etat-Major de Napoléon, d'une base de 19,045 km, dont l'extrémité septentrionale est située à Oberhergheim, destinée à établir des mensurations géodésiques universelles et notamment de la Suisse (1804)[12],[13] .

On peut aussi remarquer un ouvrage d'art au croisement des autoroutes A35 et A36. Il s'agit d'un échangeur à trois niveaux, presque unique en France.

Également à voir : les fontaines à l’architecture très variée, le moulin[14] à turbine alimenté par la rivière, le square Dollfus-Noack, l'écluse 43.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Roger Hassenforder, né le 23 juillet 1930 à Sausheim, coureur cycliste français.
  • Jacques Müller (1828-1917), second valet de chambre (valet de jour) de Napoléon III.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]