Munster (Haut-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Munster
Munster (Haut-Rhin)
Mairie de Munster.
Blason de Munster
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Munster
(siège)
Maire
Mandat
Pierre Dischinger
2020-2026
Code postal 68140
Code commune 68226
Démographie
Gentilé Munstériens
Population
municipale
4 653 hab. (2018 en diminution de 1,38 % par rapport à 2013)
Densité 539 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 31″ nord, 7° 08′ 05″ est
Altitude Min. 341 m
Max. 794 m
Superficie 8,64 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Munster
(ville-centre)
Aire d'attraction Colmar
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wintzenheim
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Munster
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Munster
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Munster
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Munster
Liens
Site web munster.alsace

Munster [mœ̃stɛʁ] (en alsacien Menschter) (en Allemand Münster) est une commune française du massif des Vosges située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace et est nichée dans la vallée de la Fecht, au cœur du massif des Hautes-Vosges. La ville est célèbre pour son fromage de caractère : le munster. La commune est également le siège du parc naturel régional des Ballons des Vosges. Ses habitants sont appelés les Munstériens et les Munstériennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

À l'est, la vallée débouche sur Gunsbach, puis sur Colmar et la plaine d'Alsace.

À l'ouest, la vallée est barrée par la crête des Vosges et par les sommets du Hohneck et du Rothenbachkopf.

On peut accéder à Munster en empruntant la D 417 depuis Colmar.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

La vallée de Munster et la tradition marcaire[modifier | modifier le code]

La vallée de Munster offre tous les aspects d'un véritable « Land em Land » (pays dans le pays). En effet elle se caractérise et se distingue assez nettement du reste de l'Alsace par son aspect alpestre qui lui a valu le surnom de Kleini Schwitz (petite Suisse). La forme du dialecte alsacien parlé peut être difficile à comprendre pour qui vient d'une autre région même avoisinante.

Ce qui fait vraiment l'originalité de la vallée ce sont les Malker ou marcaires, dont la tradition remonte au IXe siècle. Ce sont des fermiers de haute montagne qui ont modelé le paysage des chaumes et transformé par leur dur labeur ce coin de terre alsacienne. Le marcaire qui passe l'hiver dans la vallée monte avec son troupeau de bovins sur les alpages à la fin mai. Il y reste tout l'été et ne redescend qu'après la Saint-Michel, lorsque les tempêtes et les bourrasques d'automne l'obligent à quitter sa marcairie et ses montagnes. Sa principale occupation consiste en la fabrication du fromage de Munster.

Transports et voies de communication[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée de part et d'autre par deux principaux axes, la D10 venant de Metzeral mais aussi la D417 (anciennement N417) venant de Colmar qui franchit le col de la Schlucht à une altitude de 1139m.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Munster est traversée par la ligne de Colmar-Central à Metzeral. Mise en service en 1868 jusqu’à Munster, elle est prolongée jusqu'à Metzeral en 1893. La commune est desservie par deux gares, la Gare de Munster (gare principale) et la gare de Munster Badischhof. Il y a en tout 20 allers-retours par jour en semaine permettant de rejoindre Colmar en 25 minutes environ ou encore Metzeral en 11 minutes[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Munster est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Munster, une agglomération intra-départementale regroupant 10 communes[5] et 11 764 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Colmar, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 95 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,3 %), zones urbanisées (20,4 %), zones agricoles hétérogènes (15,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,9 %), terres arables (1,6 %), prairies (0,3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Munster en hiver.

Le nom de Munster vient du bas latin monasterium « monastère » (tout comme Münster en Westphalie).

660-668 : fondation d’un monastère bénédictin (à l’origine de l’abbaye bénédictine de Munster), autour duquel la ville va progressivement se constituer. La tradition dit que ce sont des moines irlandais[12] qui auraient fondé ce monastère.

673 : le monastère est dénommé Monasterium ad confluentes (monastère à la confluence des deux Fecht), d’où Munster tire son nom.

747 : le monastère porte le nom de Monasterio Sancti Gregorii, ancienne dénomination de Val Saint-Grégoire pour la vallée. Par la suite, les villages qui s’installent à proximité forment avec la ville « La Communauté du Val St. Grégoire », qui persiste jusqu’à la Révolution.

1235 : l’un des abbés donne les deux tiers de ses droits de juridiction à l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen qui les transmet un peu plus tard aux habitants. L’abbaye devient Reichsabtei, abbaye impériale, avec droit de siège aux conseils et diètes de l’Empire.

Entre 1235 et 1287 : Munster devient une ville avec immédiateté d’Empire et la communauté d’habitants du Val Saint-Grégoire a désormais une existence juridique. C’est le début de l’indépendance par rapport à l’abbaye.

En 1287 : Munster s’associe avec neuf autres villages de la vallée pour constituer la Communauté du Val et de la Ville de Munster ou Communauté du Val Saint-Grégoire, qui va durer jusqu’en 1847.

1308 : la ville est entourée de remparts.

1339 : signature du traité de Marquard entre l’abbé et les représentants de la Communauté. Document passionnant et original, il fixe les droits et les devoirs de chacun, décrits et délimités avec précision.

En 1349 : la peste bubonique ravage la moitié de la population de la vallée.

1354 : fondation de la Décapole, ligue des dix villes libres d’Alsace comprenant Munster. Cette alliance engage ces villes à se porter assistance en cas de conflits.

1466 : la moitié de la ville est détruite par un incendie.

De 1543 à 1559 : les trois quarts des habitants passent à la Réforme protestante (luthérienne).

1550 : construction de l’Hôtel de Ville (Herrenstube).

1575 : signature du traité de Kientzheim, sous l’arbitrage de Lazare de Schwendi. L’abbaye reconnaît la liberté de confession des habitants et s’engage à payer le pasteur.

1628 : la guerre de Trente Ans (1618-1648) fait irruption dans la vallée. Brutalités guerrières, famine, maladies et l’insécurité permanente sont les lots quotidiens de la population.

1648 : la vallée est totalement dévastée et l’abbaye est en ruines ; la ville passe progressivement sous la souveraineté de la couronne française.

1686 : après la révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV en 1685, le principe du simultaneum est introduit à Munster. L’église St Léger est utilisée par les deux confessions, protestante et catholique.

1736 : la nomination d’un préteur royal, qui a tout pouvoir et qui peut s’opposer aux décisions du Conseil de la Communauté, occasionne des remous dans la vallée.

1789 : le 25 juillet, la Bastille munstérienne (l’Hôtel de Ville) est prise d’assaut par les habitants de la Grande Vallée.

1790 : dix communes indivises furent érigées en communes distinctes, ayant chacune son maire et son conseil municipal. Le maire de Munster est élu premier président.

1791 : l’abbaye ferme ses portes et est ensuite vendue comme bien national.

1793 : Munster devient chef-lieu de canton.

De 1800 à 1914 : c’est le siècle de la famille Hartmann (industriels, mécènes, hommes politiques) qui se caractérise pour l’essentiel par l’industrialisation, la modernisation et l’ouverture de la vallée, et par l’essor du tourisme. Les manufactures Hartmann emploient 90% de la main d'œuvre textile de la vallée et occupent 3144 employés en 1841.

1847 : fin de la Communauté d’habitants du Val Saint-Grégoire. Chaque commune a droit à son propre ban.

1858 : visite de Napoléon III en juillet. Il passe une nuit dans la maison de Frédéric Hartmann-Metzger, située autrefois à l’entrée de l’actuel Parc Albert Schweitzer.

1860 : la route de la Schlucht est ouverte.

1867-1873 : la « Laub » est démontée et reconstruite à son emplacement actuel.

1868 : création de la voie ferrée Munster-Colmar, prolongée en 1893 jusqu’à Metzeral.

1871 : après la guerre franco-prussienne, signature du traité de Francfort le 10 mai. L’Alsace est annexée au Reich allemand et Munster devient ville frontière.

1873 : achèvement des travaux du nouveau temple protestant dont la construction avait commencé en 1867.

1887 : inauguration de l’hôpital Lœwel.

1892 : construction d’une salle de concert et de théâtre, à l’angle de la rue Sébastopol et de la rue de la gare.

1907 : inauguration du tramway électrique Munster-Schlucht, plus haut chemin de fer de l’Empire allemand. Il cesse de fonctionner le 3 septembre 1914.

Première Guerre mondiale (1914-1918) : à partir de février 1915, Munster est bombardée quotidiennement et les batailles meurtrières se succèdent. À la fin de la guerre, la ville est détruite à 85 %. Dès le lendemain de l’armistice, la reconstruction est entamée.

1931-1939 : grave crise économique. La vallée de Munster est touchée de plein fouet par le chômage.

Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

1940 : le 18 juin, l’armée allemande occupe Munster. L’occupation et la dictature national-socialiste entraînent malheurs et répression avec notamment l’incorporation de force des Alsaciens en août 1942.

1945 : la ville est libérée le , par les Zouaves du 9e régiment.

1968 : création de la route du fromage de Munster.

1971 : création de la zone industrielle de Munster.

1976 : les communes du canton se regroupent sous la forme d’un SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocations Multiples).

1996 : création de la Communauté de Communes de la Vallée de Munster qui remplace le SIVOM. La première présidence du conseil communautaire a été assurée par le Maire de Munster.

La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918[13], et en de la croix de guerre 1939-1945[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des dernières élections présidentielles (2e tour)[modifier | modifier le code]

2002 : Inscrits : 3 321 - Abst. : 21,35 % - Jacques Chirac : 1 956 voix (79,48 %) - Jean-Marie Le Pen : 505 voix (20,52 %)

2007 : Inscrits : 3 324 - Abst. : 18,32 % - Nicolas Sarkozy : 1 747 voix (67,17 %) - Ségolène Royal : 854 voix (32,83 %)

2012 : Inscrits : 3 379 - Abst. : 22,26 % - Nicolas Sarkozy : 1 560 voix (64,30 %) - François Hollande : 866 voix (35,70 %)

2017 : Inscrits : 3 371 - Abst. 25,63% - Emmanuel Macron : 1 245 voix (56,69%) - Marine Le Pen : 951 voix (43,31%)

(Source : Ministère de l'Intérieur)

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1940
Période Identité Étiquette Qualité
1940 1945 Maire par intérim    
1945   Othon Bach    
1945 1947 Aloyse Gutzwiller    
1947 1952 Othon Bach    
1952 1961 Frédéric Haas    
1961 1977 Robert Schmitt DVD Conseiller général
1977 1995 Dr Christian Wollbrett    
1995 2008 Dr Marc Georges RPR Chirurgien-dentiste
2008 En cours
(au 31 mai 2020)
Pierre Dischinger [15]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD Commerçant

Finances locales[modifier | modifier le code]

Cette sous-section présente la situation des finances communales de Munster[Note 3].

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Munster s'établit à 7 020 000 € en dépenses et 7 023 000 € en recettes[A2 1] :

En 2013, la section de fonctionnement[Note 4] se répartit en 4 560 000 € de charges (911 € par habitant) pour 5 053 000 € de produits (1 010 € par habitant), soit un solde de 492 000 € (98 € par habitant)[A2 1],[A2 2] :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des charges de personnels[Note 5] pour une valeur totale de 2 126 000 € (47 %), soit 425 € par habitant, ratio inférieur de 17 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (513 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio augmente de façon continue de 404 € à 425 € par habitant ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux[Note 6] pour un montant de 1 269 000 € (25 %), soit 254 € par habitant, ratio inférieur de 43 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (448 € par habitant). Sur la période 2009 - 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 241 € par habitant en 2011 et un maximum de 433 € par habitant en 2010.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Munster[A2 3]. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012[A2 3] :

La section investissement[Note 7] se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance[A2 4] :

  • des dépenses d'équipement[Note 8] pour une valeur de 1 651 000 € (67 %), soit 330 € par habitant, ratio inférieur de 14 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (385 € par habitant). Sur la période 2009 - 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 162 € par habitant en 2010 et un maximum de 369 € par habitant en 2009 ;
  • des remboursements d'emprunts[Note 9] pour un montant de 432 000 € (18 %), soit 86 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate.

Les ressources en investissement de Munster se répartissent principalement en[A2 4] :

  • subventions reçues pour 670 000 € (34 %), soit 134 € par habitant, ratio supérieur de 91 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (70 € par habitant). Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 3 € par habitant en 2012 et un maximum de 134 € par habitant en 2013 ;
  • fonds de Compensation pour la TVA pour une valeur totale de 176 000 € (9 %), soit 35 € par habitant, ratio inférieur de 15 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (41 € par habitant).

L'endettement de Munster au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette[Note 10], l'annuité de la dette[Note 11] et sa capacité de désendettement[Note 12] :

  • l'encours de la dette pour une somme de 2 647 000 €, soit 529 € par habitant, ratio inférieur de 40 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (881 € par habitant). Sur la période 2009 - 2013, ce ratio diminue de façon continue de 912 € à 529 € par habitant[A2 5] ;
  • l'annuité de la dette pour une somme de 545 000 €, soit 109 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 109 € par habitant en 2013 et un maximum de 180 € par habitant en 2010[A2 5] ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour une valeur totale de 671 000 €, soit 134 € par habitant, ratio inférieur de 26 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (181 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 125 € par habitant en 2010 et un maximum de 160 € par habitant en 2011[A2 6]. La capacité de désendettement est d'environ 3 années en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio présente un minimum en 2013 et un maximum d'environ 10 années en 2000.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2018, la commune comptait 4 653 habitants[Note 13], en diminution de 1,38 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0272 2072 8613 5454 3403 9533 3504 4374 646
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
4 9144 9954 7624 6165 1485 1365 3905 6645 800
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 0856 0825 9743 9324 6414 9074 7725 0644 974
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4 9654 8884 9324 6614 6574 8845 1084 8894 645
2018 - - - - - - - -
4 653--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Munster a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Frédéric Hartmann. Il y a également un lycée, le lycée Frédéric Kirschleger, créé en 1993[20], et une école de musique et de danse, l'École de Musique et de Danse de la Vallée de Munster[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Munster (vue panoramique).

Située dans la vallée de la Fecht, Munster fut longtemps un centre d'industrie textile, secteur aujourd'hui en crise. Ses indiennes avaient une renommée européenne.

L'agriculture, essentiellement tournée vers l'élevage et la production laitière, demeure une activité ancrée dans la vallée, tirée par la production du fromage de Munster.

L'exploitation forestière constitue également un secteur de premier plan à l'échelle locale.

De plus, le tourisme s'y développe de manière sensible : un environnement privilégié, l'accroissement des offres de loisirs - parmi lesquelles de nombreux sentiers de randonnée - sont des atouts majeurs en termes d'attractivité pour les visiteurs.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'orgue actuel, de 1985, est de Georges Frédéric Walther[29],
L'horloge astronomique[30],
Son orgue, de 1986, est de Christian Guerrier[31].
  • Ruines du château de Schwartzenbourg[32] à 522 mètres d'altitude sur les communes de Munster et Griesbach-au-Val, au cœur de la forêt du parc naturel régional des Ballons des Vosges.
  • Les parcs[33] :
le parc André Hartmann[34],
les parcs Albert Schweitzer & de la Fecht[35].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Église Protestante, Place du Marché.
  • Église Évangélique Méthodiste, rue du 9E Zouaves[38]
  • Protestants de la vallée de Munster, rue du 9E Zouaves[39].
  • Église Évangelique Chrischona, Chemin du Dubach.
  • Église De Dieu à Munster, rue des Potiers.
  • Paroisse Protestante, rue Mathias Doll.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Munster

Les armes de Munster se blasonnent ainsi :
« D'argent au portail d'église, les deux tours et le fronton sommés de croix, le tout de gueules, ouvert du champ et ajouré de sable. »[42]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Cette sous-section Finances locales est issue d'une synthèse des données du site alize2.finances.gouv.fr du ministère de l'Économie et des Finances. Elle est présentée de façon standardisée pour toutes les communes et ne concerne que le périmètre municipal. Pour constituer cette partie, l'outil Finances locales version 1.2.1 : Yin Yang Kappa Logo de l'outil Finances localesLettre grecque Kappa en majuscule et minuscule a effectué la synthèse des 98 pages du site alize2.finances.gouv.fr concernant Munster. Finances locales est un logiciel libre distribué en copyleft sous licence GNU GPL version 3.
  4. La « section de fonctionnement » est constituée des dépenses courantes et récurrentes nécessaires au bon fonctionnement des services municipaux et à la mise en œuvre des actions décidées par les élus, mais sans influence sur la consistance du patrimoine de la commune.
  5. Les « charges de personnel » regroupent les frais de rémunération des employés par la commune.
  6. Les « impôts locaux » désignent les impôts prélevés par les collectivités territoriales comme les communes pour alimenter leur budget. Ils regroupent les impôts fonciers, la taxe d'habitation ou encore, pour les entreprises, les cotisations foncières ou sur la valeur ajoutée.
  7. La section « investissement » concerne essentiellement les opérations visant à acquérir des équipements d’envergure et aussi au remboursement du capital de la dette.
  8. Les « dépenses d’équipement » servent à financer des projets d’envergure ayant pour objet d’augmenter la valeur du patrimoine de la commune et d’améliorer la qualité des équipements municipaux, voire d’en créer de nouveaux.
  9. Les « remboursements d'emprunts » représentent les sommes affectées par la commune au remboursement du capital de la dette.
  10. L'« encours de la dette » représente la somme que la commune doit aux banques au de l'année considérée
  11. L'« annuité de la dette » équivaut à la somme des intérêts d'emprunts de la commune et du montant de remboursement du capital au cours de l'année
  12. La « capacité de désendettement » est basée sur le ratio suivant défini par la formule : ratio = encours de la dettecapacité d'autofinancement. Ce ratio montre, à un instant donné, le nombre d'années qui seraient nécessaires au remboursement des dettes en considérant les ressources de Munster.
  13. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Base de données du ministère du Budget, relative aux comptes des communes[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Horaires ligne A19 (du 15 12 19 au 11 07 20) », sur www.ter.sncf.com/grand-est/, (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Munster », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Colmar », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Jean Schweitzer, La Toponymie alsacienne, éd. Jean-Paul Gisserot, 2001, p. 40.
  13. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  14. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. le site du lycée
  21. Célia ISSELE - Imaginal Webdesign, « Ecole de Musique et de Danse de la Vallée de Munster (EMDV) - Bienvenue sur le site de l'ECOLE DE MUSIQUE ET DE DANSE DE LA VALLEE DE MUNSTER », sur www.emdv.fr (consulté le ).
  22. « Ancienne abbaye bénédictine Saint-Grégoire », notice no PA00085749, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Maison du Parc naturel régional des Ballons des Vosges », notice no IA68001673, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Notice no IM68012351, base Palissy, ministère français de la Cultureabbaye bénédictine Saint-Grégoire, puis tissage de coton Hartmann, puis Maison du Parc naturel régional des Ballons des Vosges : Porte armoriée
  25. « Ancien hôtel de ville », notice no PA00085551, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Fontaine place du marché », notice no PA00085550, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Eglise protestante », notice no IA68000900, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. L'église Saint-Léger
  29. Munster, Orgue de l'église protestante
  30. L’horloge astronomique de l’église St Léger
  31. Munster, St Léger Christian Guerrier
  32. Le château de Schwartzenbourg
  33. Les parcs de Munster
  34. « Parc André Hartmann », notice no IA68001668, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Jardin d'agrément, puis parc Albert Schweitzer et parc de la Fecht », notice no IA68000866, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. Monument aux Morts, Stèle commémorative du 9e Zouaves, Mémorial des Malgré-Nous, Carré militaire, Stèle commémorative, Tombe collective
  37. Centre de recherche sur l'histoire des familles
  38. « Église Évangélique Méthodiste de Munster » (consulté le )
  39. « Protestants de la vallée de Munster » (consulté le )
  40. La dynastie d'industriels : les Hartmann
  41. 12 Championnat du monde VTT des sapeurs pompiers V2, Val Thorens, 28/07/2007
  42. Archives Départementales du Haut-Rhin