Aller au contenu

Rixheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rixheim
Rixheim
L'hôtel de ville.
Blason de Rixheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Intercommunalité Mulhouse Alsace Agglomération
Maire
Mandat
Rachel Baechtel
2020-2026
Code postal 68170
Code commune 68278
Démographie
Population
municipale
13 795 hab. (2021 en diminution de 1,39 % par rapport à 2015)
Densité 706 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 58″ nord, 7° 24′ 19″ est
Altitude Min. 232 m
Max. 366 m
Superficie 19,53 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Mulhouse
(banlieue)
Aire d'attraction Mulhouse
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Rixheim
(bureau centralisateur)
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Rixheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Rixheim
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
Rixheim
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Rixheim
Liens
Site web rixheim.fr
Mulhouse : superposition de la couronne périurbaine, de la banlieue, de la zone d'emploi et du périmètre de Mulhouse Alsace Agglomération. Rixheim tient un rôle de ville-lisière au sein de la métropole mulhousienne.

Rixheim /ʁiksaɪm/ est une commune française de la banlieue de Mulhouse[1] située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace. Elle est membre de Mulhouse Alsace Agglomération (M2A) et fait partie des 20 communes de l'agglomération mulhousienne[2] ayant l'obligation de mettre en place une ZFE-m avant le 31 décembre 2024[3].

Ses habitants sont appelés les Rixheimois.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

À 5 kilomètres de la ville-centre de Mulhouse, à la croisée des routes de Strasbourg et Mulhouse intra-muros à Bâle (A35-A36 à Sausheim) et de Habsheim à Ottmarsheim (anciennes voies romaines), la commune de Rixheim est située dans une anse du fossé rhénan aux confins de la forêt domaniale de la Hardt, des collines sundgauviennes et de la plaine alluviale de l’Ill. Les altitudes varient entre 365 mètres (Zürenwald) et 232 mètres (Pont du Bouc).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le canal du Rhône au Rhin, le canal de Neuf-Brisach et un autre petit cours d'eau[4],[Carte 1].

Le canal du Rhône au Rhin est un canal français qui relie la Saône, affluent navigable du Rhône, au Rhin, par la vallée du Doubs et son prolongement en Haute Alsace jusqu'à Niffer sur le Rhin, un autre prolongement rejoignant Strasbourg par la canalisation de l'Ill. La commune est sur la section qui relie Valdieu-Lutran à Saint-Symphorien-sur-Saône[5].

Le canal de Neuf-Brisach, d'une longueur de 35 km, est un canal, chenal non navigable qui relie la commune de Biesheim à Kunheim, où il se jette dans le canal du Rhône au Rhin[6].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseau hydrographique de Rixheim[Note 1].

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Ill Nappe Rhin ». Ce document de planification concerne la nappe phréatique rhénane, les cours d'eau de la plaine d'Alsace et du piémont oriental du Sundgau, les canaux situés entre l'Ill et le Rhin et les zones humides de la plaine d'Alsace. Le périmètre s’étend sur 3 596 km2. Il a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est la région Grand Est[7].

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[8]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Alsace, caractérisée par une pluviométrie faible, particulièrement en automne et en hiver, un été chaud et bien ensoleillé, une humidité de l’air basse au printemps et en été, des vents faibles et des brouillards fréquents en automne (25 à 30 jours)[9].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 617 mm, avec 8,1 jours de précipitations en janvier et 9,3 jours en juillet[8]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Mulhouse », sur la commune de Mulhouse à 5 km à vol d'oiseau[10], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 747,6 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 39,4 °C, atteinte le ; la température minimale est de −21,5 °C, atteinte le [Note 2],[11],[12].

Statistiques 1991-2020 et records MULHOUSE (68) - alt. : 245 m, lat : 47°45'00"N, lon : 7°17'19"E
Records établis sur la période du 01-01-1955 au 04-01-2024
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 −0,5 1,9 4,7 8,9 12,4 14,1 13,8 10,2 6,7 2,7 0,3 6,2
Température moyenne (°C) 2,3 3,4 7 10,6 14,7 18,4 20,3 20 15,9 11,3 6,2 3,2 11,1
Température maximale moyenne (°C) 5,3 7,4 12 16,5 20,5 24,3 26,4 26,3 21,5 15,9 9,6 6 16
Record de froid (°C)
date du record
−20,2
13.01.1968
−21,5
10.02.1956
−17,2
04.03.1965
−6,3
07.04.1956
−3,1
01.05.1962
0,9
03.06.06
4,3
02.07.1960
4
30.08.1998
−0,6
24.09.1964
−6,7
31.10.1997
−13,4
30.11.10
−19
20.12.1981
−21,5
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
18,3
10.01.1991
21,9
24.02.1990
26,5
31.03.21
30
22.04.1968
33,3
25.05.09
37,6
09.06.14
38,9
31.07.1983
39,4
13.08.03
34,1
11.09.23
29,7
13.10.23
24,3
07.11.15
19,9
16.12.1989
39,4
2003
Précipitations (mm) 57,9 49,2 49,9 49,9 78,2 67,8 63 67,1 61,1 69,7 58,7 75,1 747,6
Source : « Fiche 68224006 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2024 dans l'état de la base
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
5,3
−0,6
57,9
 
 
 
7,4
−0,5
49,2
 
 
 
12
1,9
49,9
 
 
 
16,5
4,7
49,9
 
 
 
20,5
8,9
78,2
 
 
 
24,3
12,4
67,8
 
 
 
26,4
14,1
63
 
 
 
26,3
13,8
67,1
 
 
 
21,5
10,2
61,1
 
 
 
15,9
6,7
69,7
 
 
 
9,6
2,7
58,7
 
 
 
6
0,3
75,1
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[13]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rixheim est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mulhouse, une agglomération intra-départementale regroupant 20 communes[18] et 246 692 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mulhouse, dont elle est une commune du pôle principal[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (39,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (39,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (39,3 %), zones urbanisées (19,7 %), zones agricoles hétérogènes (18 %), terres arables (12,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,8 %)[23]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Richeneshies est attesté en 823 mais le site semble avoir été occupé en permanence depuis l'époque néolithique[24],[25].

L'installation des chevaliers de l'ordre teutonique à Rixheim date du milieu XIIIe siècle : l'ordre y possède des bâtiments agricoles qui dépendent de la commanderie de Mulhouse. En 1527, la Réforme protestante s'installe à Mulhouse et pousse les chevaliers teutoniques à quitter la ville pour construire une nouvelle commanderie à Rixheim. Lors de la conquête de l'Alsace par la France, Louis XIV confisque les biens de l'ordre. Il faut attendre 1733 pour que le Commandeur Philippe Antoine de Montjoie obtienne l'autorisation de construire une nouvelle commanderie qui sera occupée par l'Ordre jusqu'à la Révolution, période à laquelle les chevaliers quittent le site qui est transformé en cantonnement, puis en magasin à fourrage et enfin en hôpital militaire avant d'être vendu comme bien national. Au XIXe siècle, l'industriel mulhousien Jean Zuber, fabricant de papier peints, s'installe avec sa famille dans le bâtiment et réaménage le jardin (serres et arbres remarquables)[26]. La manufacture de papier peint Zuber et Cie et employa au plus fort de son activité jusqu’à 300 ouvriers.

Rixheim fut une commune agricole et viticole jusqu'au milieu du XIXe siècle, devenant alors progressivement une ville ouvrière. Beaucoup se rendaient aussi dans les usines mulhousiennes, à pied ou en train lorsque la gare fut ouverte en 1841 après la construction de la ligne de chemin de fer Mulhouse-Bâle.

Si Peugeot qui s'implante en 1962 dans la forêt de la Hardt fut à cette époque le principal pourvoyeur d’emploi, il importe de ne pas oublier l'entreprise Pöppelmann qui s'établit en à Rixheim et fut à l'origine du jumelage avec Lohne.

Au début des années 1980, la population avait doublé, donnant naissance à deux nouveaux quartiers, les Romains et le Parc d’Entremont. Le quartier d'Île Napoléon qui fut créé au début des années 1930 lorsqu'un dépôt d’entretien et de réparation du matériel des chemins de fer appelé la Rotonde fut construit à cet endroit, voit doubler sa population dans les années 1960 et 1970 notamment avec l’implantation d’immeubles permettant de loger les ouvriers travaillant chez Peugeot et leur famille.

Depuis 1986, outre la manufacture qui poursuit depuis plus deux siècles la production de papier peint, l'ancienne commanderie abrite l'Hôtel de Ville et le musée du papier peint créé en 1983 à partir du fonds ancien de l'entreprise.

Rixheim est aujourd'hui une ville comptant trois zones industrielles et plus de 460 entreprises et commerces. Le constructeur automobile Peugeot dont l'usine se trouve en partie sur le ban de la commune (150 hectares), représente l'industrie la plus importante (8 000 salariés).

Faits divers

Le 26 juin 1988, un Airbus A320 s'est écrasé sur le territoire communal de Rixheim, dans la forêt de la Hardt qui borde l'aérodrome de Mulhouse-Habsheim. L'avion effectuait un passage à très basse altitude au cours d'un meeting aérien.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rixheim

Les armes de Rixheim se blasonnent ainsi :
« Diapré d'argent à deux cadrils de gueules cambrés et entrelacés en forme de rose. »[27]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[28] :

  • total des produits de fonctionnement : 15 809 000 , soit 1 178  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 13 534 000 , soit 1 008  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 5 053 000 , soit 376  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 4 209 000 , soit 314  par habitant ;
  • endettement : 7 619 000 , soit 568  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 15,20 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,12 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 64,42 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1929 Théodore Burget[29] UPR Employé de banque
Conseiller général du canton de Habsheim
Les données manquantes sont à compléter.
? mars 1971 Louis Gully    
mars 1971 juin 1995 Pierre Braun[30],[31]   Chef de gare
juin 1995 mars 2008 Bernard Hanser[32] RPR puis UMP Retraité EDF-GDF
Suppléant du député Jean Ueberschlag (1988 → 2001)
mars 2008 13 juillet 2017[33]
(démission)
Olivier Becht DVD puis Agir Magistrat et professeur des universités associé
Député de la 5e circonscription du Haut-Rhin (2017 → )
Conseiller départemental du canton de Rixheim (2015 → 2017)
Vice-président du conseil départemental du Haut-Rhin (2015 → 2017)
Ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l'Attractivité et des Français de l'étranger gouvernement Borne (2022 → )
24 septembre 2017[34],[35] octobre 2020 Ludovic Haye DVD Ingénieur, élu sénateur le 27 septembre 2020
26 octobre 2020[36] En cours Rachel Baechtel[37] LR Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

La transnationale mexicaine de matériaux de construction, Cemex, y possède une unité de béton prêt à l'emploi. Les Dragées Faller y ont leur siège social. Meng (fabricant de transformateurs électriques) y a son usine où travaillent les 42 salariés[38].

Démographie[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, la commune ne comptait que 5 000 habitants. Elle connut alors une forte croissance démographique et urbanistique liée à l'implantation de nombreuses zones industrielles à Rixheim et dans la région mulhousienne ainsi qu'au développement du travail frontalier en Allemagne mais surtout en Suisse.L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[39],[Note 5].

En 2021, la commune comptait 13 795 habitants[Note 6], en diminution de 1,39 % par rapport à 2015 (Haut-Rhin : +0,59 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0302 0672 3212 4632 9412 9793 0222 9952 970
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
2 9913 2833 2663 2423 1153 0753 1383 1233 190
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3463 3763 5953 3563 5683 9694 2093 9284 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 8695 7238 41910 71811 66912 60813 06113 14514 073
2021 - - - - - - - -
13 795--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Rixheim a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Capitaine Dreyfus. Mais elle compte également 4 écoles élémentaires.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le tumulus de Rixheim, nommé « Huner Hubel » (butte des Huns)[42],[43],[44].
  • L'église Saint-Léger[45],
  • Monument aux morts[50].
  • Fontaine[51].
  • Villa Koenig, maison bulle de l'architecte Pascal Haüsermann[52].
  • L'ancienne commanderie des Chevaliers teutoniques[53],[54], qui abrite aujourd'hui l'hôtel de ville.
    • Le musée du papier peint.
    • Les collines
Le musée du papier peint peut être visité à la Commanderie. Des milliers de documents, relatant l'histoire du papier peint du XVIIIe siècle à nos jours, y sont visibles, dont les fameux panoramiques, spécialités de Rixheim.

Cultes[modifier | modifier le code]

Villes jumelées avec Rixheim[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abraham Israël Dreyfus, arrière-grand-père du capitaine Alfred Dreyfus, est né à Rixheim en 1756[59], lui ainsi que sa famille.
  • Jacob Meyer, rabbin, Dayan de Rixheim de janvier 1784 à septembre 1785.
  • Médard Brogly, député et sénateur du Haut-Rhin, est né à Rixheim en 1878.
  • Jean Zuber, fabricant de papiers peints, s'installe à Rixheim avec sa famille dans la Commanderie en 1802.
  • Henri Zuber (1844-1909), peintre et illustrateur.
  • Johann Caspar Bagnato, architecte de l'ordre teutonique, a réalisé la commanderie à la demande du Commandeur Philippe Antoine de Montjoie au XVIIIe siècle[60].
  • Jean-Georges Gäyelin, auteur de théâtre alsacien, est mort en 1889 dans la commune.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  2. Les records sont établis sur la période du au .
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. « Réseau hydrographique de Rixheim » sur Géoportail (consulté le 15 juin 2024).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes constituant l'agglomération mulhousienne (Mulhouse + Banlieue) sur le site de l'INSEE
  2. Legifrance - Arrêté du 22 décembre 2021 établissant les listes d'agglomérations de plus de 100 000, 150 000 et 250 000 habitants conformément à l'article R. 221-2 du code de l'environnement et à l'article L. 2213-4-1 du code général des collectivités territoriales : « Baldersheim, Bollwiller, Brunstatt-Didenheim, Feldkirch, Habsheim, Illzach, Kingersheim, Lutterbach, Morschwiller-le-Bas, Mulhouse, Pfastatt, Pulversheim, Reiningue, Richwiller, Riedisheim, Rixheim, Sausheim, Staffelfelden, Wittelsheim, Wittenheim. »
  3. Legifrance - Article L. 2213-4-1 du code général des collectivités territoriales
  4. « Fiche communale de Rixheim », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  5. Sandre, « le canal du Rhône au Rhin »
  6. Sandre, « le canal de Neuf-Brisach »
  7. « SAGE Ill Nappe Rhin », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Rixheim et Mulhouse », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France « Mulhouse », sur la commune de Mulhouse - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Station Météo-France « Mulhouse », sur la commune de Mulhouse - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  14. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Mulhouse », sur insee.fr (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mulhouse », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  24. Au carrefour du Sundgau, la forêt de la Hardt et la plaine de l'Ill
  25. « Historique du village », notice no IA00096431, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Patrimoine - Mairie de Rixheim »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  27. Archives Départementales
  28. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du sur Internet Archive).
  29. Notice NetDBA de BURGET Théodore, alsace-histoire.org, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace.
  30. « Décès de Pierre Braun », Dernières nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne).
  31. Notice NetDBA de BRAUN Pierre, alsace-histoire.org, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace.
  32. « L’ancien maire Bernard Hanser est décédé », L'Alsace,‎ (lire en ligne).
  33. Olivier Becht : sa démission de son mandat de Maire de Rixheim non sans un pincement au cœur, olivierbecht.com, site internet d'Olivier Becht.
  34. Grégory Lobjoie, « Le prochain maire, c’est Ludovic Haye », L'Alsace,‎ (lire en ligne).
  35. Emmanuel Delahaye, « Ludovic Haye élu maire à l’unanimité », L'Alsace,‎ (lire en ligne).
  36. « Rachel Baechtel élue maire de Rixheim », L'Alsace,‎ (lire en ligne).
  37. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  38. Les transformateurs Meng investissent 2 millions d’euros dans une nouvelle usine en Alsace, Traces Ecrites News, 19 janvier 2017
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  42. Le tumulus de Rixheim
  43. Tumulus de Rixheim (TMRIXH)
  44. Balade au Tumulus de Rixheim
  45. « Eglise paroissiale Saint-Léger », notice no IA00096453, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. Notice no IM68004436, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture orgue (grand orgue à positif)
  47. Inventaire de l'orgue
  48. « Presbytère, Ferme », notice no PA00081562, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Presbytère », notice no IA00096455, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. Célébration du 25e anniversaire du Jumelage Rixheim-Lohne
  51. Fontaine
  52. Pascal Haüsermann
  53. « Ancienne manufacture Zuber (antérieurement Commanderie des chevaliers teutoniques) », notice no PA00085636, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. « Commanderie de chevaliers teutoniques », notice no IA00096454, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Une église pour des vies TRANSFORMEES » (consulté le ).
  56. « Église Réformée d'Alsace ete de Lorraine » (consulté le ).
  57. Jumelages
  58. Jumelage avec les 16 communes du Canton de Valence sur Baïse, canton regroupant les villages de Ayguetinte, Beaucaire, Bezolles, Bonas, Castéra-Verduzan, Justian, Lagardère, Larroque-Saint-Sernin, Maignaut-Tauzia, Roquepine, Roques, Rozès, Saint-Orens-Pouy-Petit, Saint-Paul-de-Baïse, Saint-Puy et Valence-sur-Baïse
  59. Arbre généalogique
  60. [1]