Meyenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Meyenheim
Meyenheim
La mairie.
Blason de Meyenheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes du Centre Haut-Rhin
Maire
Mandat
Françoise Boog
2020-2026
Code postal 68890
Code commune 68205
Démographie
Population
municipale
1 655 hab. (2018 en augmentation de 12,59 % par rapport à 2013)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 51″ nord, 7° 21′ 23″ est
Altitude Min. 206 m
Max. 213 m
Superficie 12,78 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ensisheim
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Meyenheim
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Meyenheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meyenheim
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meyenheim

Meyenheim (prononcé [majənajm][1]) est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Elle fait partie du découpage social-économique dit du Sud-Alsace, puisque plus fortement influencé par le poids économique (industries, commerces, etc.) de Mulhouse, et aussi de Bâle, que par celui de Colmar.

Ses habitants sont appelés les Meyenheimois et les Meyenheimoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Meyenheim est située dans la plaine d'Alsace, sur les bords de l'Ill, à 17 km du Rhin avec la frontière franco-allemande et à 7 km du pied des Vosges, à mi-chemin entre la métropole économique du Haut-Rhin Mulhouse et la « capitale » administrative, préfecture, Colmar (distantes d'environ 20 km).

Son ban communal a la forme générale d'un rectangle de 6,8 km de longueur sur 2,2 km de largeur. La limite ouest avec la commune de Merxheim s'appuie sur le tracé du ruisseau du Wohlbach.

La topographie est peu contrastée et dominée par l'axe nord-sud. L'altitude maximale s'élève à 212 mètres d´altitude dans la partie sud-est du ban communal (au lieu-dit « Obere Harth ») et l'altitude minimale (208 mètres) se mesure à la sortie de l'Ill et de la Vieille Thur au nord de la commune. Dans le village, le repère de nivellement situé sur l'école bleue, à une hauteur de 40 cm du sol, indique une altitude normale de 211,442 m.

L’hydrographie de la commune est dominée par l'Ill qui s'écoule naturellement à Meyenheim ; elle suit un tracé artificialisé (endiguement) en aval afin de contenir les crues.
À l'ouest de l'Ill coule la vieille Thur dit « canal des XII moulins » en référence à l'exploitation de l'énergie hydraulique dont il a fait l'objet.
Encore plus à l'ouest, le petit ruisseau du Wohlbach forme la limite intercommunale entre Meyenheim et Merxheim.
À 1 km à l'est de l'Ill s´écoule le canal Vauban qui relie Neuf-Brisach à Ensisheim.
Malgré l'endiguement de l'Ill, la commune reste soumise aux risques de crues essentiellement dans sa partie nord, au niveau du franchissement de l'A35 qui forme un goulot d'étranglement.

La surface communale est dominée par la culture du maïs, de blé et de seigle.

Deux zones boisées couvrent la commune. La plus grande, la forêt communale de Meyenheim (une partie du bois de Rothleible) est située aux confins est de la commune. La plus petite, le bois dit Bayl, s´étend en une bande étroite le long de l'Ill, en allant vers Oberentzen.

La commune est desservie par l'A35 via le demi-échangeur de Meyenheim à la limite nord du ban et par l'échangeur d'Ensisheim-Meyenheim-Neuf-Brisach au nord d'Ensisheim, à 5 km. En outre, elle est traversée par la route départementale 201 qui prend un caractère de desserte régionale à hauteur de la commune. Sur un axe est-ouest, la RD 3bis conduit à Merxheim d'un côté et à Hirtzfelden de l'autre.

Meyenheim est également traversée par l'ancienne ligne de chemin de fer de Colmar-Sud à Bollwiller via Ensisheim sur sa partie ouest. Cette ligne neutralisée fait l'objet d'études en vue de sa réouverture au trafic voyageurs. Le village disposait d'une gare. Actuellement, la gare la plus proche se trouve à Merxheim sur la ligne Strasbourg-Mulhouse. Par ailleurs, les liaisons départementales de bus Mulhouse-Colmar et Oberhergheim-Guebwiller complètent efficacement la desserte en transports collectifs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Meyenheim est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (52,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (18,7 %), forêts (15,6 %), zones urbanisées (7,7 %), zones agricoles hétérogènes (4,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Meyenheim possède une station de mesure météorologique située à l´intérieur du Régiment de marche du Tchad. Le village jouit d´un climat semi-continental d´abri, comme le reste de la plaine centrale alsacienne. Ce secteur connait un des climats les plus « continentalisés » de France. Les saisons sont marquées, avec des hivers froids et des étés chauds. Les précipitations sont très faibles.

Températures[modifier | modifier le code]

La moyenne anuuelle des températures est de 9,9 °C ce qui situe la station de Meyenheim dans une moyenne basse pour la France. La chaleur estivale ne compense pas la faiblesse des températures hivernales.

Janvier est le mois le plus froid avec une moyenne légèrement positive de +1 °C. En France, seules les zones de montagnes et quelques zones de plaines, comme la « ceinture froide de la France » (de Langres à Belfort) ou comme le plateau lorrain sont plus froides. Le record de froid s´établit à −24,8 °C sous abri à Meyenheim le .
Les froids les plus sévères se produisent lorsque la bise de nord-est amène du froid en provenance de Russie.
- Le , on relevait au petit matin −21 °C sous abri (−25 °C au sol) à Meyenheim, avec une bise de 36 km/h. Ce flux d´air froid provenant de Russie a été apporté par la bise pendant plus d´une semaine.
- Le , lors d´une courte offensive de la bise, on a relevé −13,5 °C sous abri à Meyenheim (−18 °C au sol).

La station de Meyenheim enregistre 18 jours par an sans dégel, c´est-à-dire des journées pendant lesquelles les températures restent inférieures à 0 °C. C´est une valeur assez élevée pour la France, seules Belfort (23 jours), Langres (23 jours) et Phalsbourg (28 jours) ont des valeurs plus élevées.

La température en plaine est habituellement plus élevée qu´en montagne dans les Vosges. Il arrive quelquefois, en hiver ou en automne que la plaine d´Alsace subisse des inversions de températures par rapport aux sommets vosgiens. La nuit, lors d´un rayonnement infrarouge, la masse d´air située à basse altitude se refroidit plus vite que la masse d´air située en altitude. Ainsi en début de matinée d´hiver, la température relevée en plaine peut être bien plus basse qu´en montagne. Il arrive alors fréquemment qu´une couverture de nuages bas se forme en début de matinée et qui persiste toute la journée, empêchant le rayonnement solaire d´atteindre le sol. Les températures ne s´élèvent pas, contrairement aux zones de montagne, situées au-dessus de la couche nuageuse. Lors de ces phénomènes, la différence de température peut atteindre exceptionnellement 15 °C entre la plaine et la montagne. On peut alors randonner en T-shirt sous le soleil dans les Vosges alors que la plaine est noyée dans un brouillard givrant.
- Le à 14 h, on relevait −2 °C à Meyenheim et +5 °C à Saint-Louis (271 m).
- Le à 14 h, il faisait +4 °C à Meyenheim, +8 °C à Saint-Louis (271 m) et +10 °C au Feldberg (1 493 m).
- Le à h, il faisait −13 °C à Meyenheim et −1 °C au Feldberg (1 493 m) ; à 14 h, il faisait −4 °C à Meyenheim et +3 °C au Feldberg.

Juillet est le mois le plus chaud avec une température moyenne maximale de +25 °C, ce qui classe la station de Meyenheim comme étant la plus chaude (ex æquo avec Laval et Strasbourg) au nord d´une ligne allant de Saint-Nazaire à Mulhouse. Les températures minimales de juillet se situe dans la moyenne de celles relevées en France à la même latitude. Les températures maximales peuvent devenir caniculaires et difficilement supportable à cause d'un taux d'humidité relativement élevé. Il n'est pas rare qu'en été, les températures les plus élevées en France soient relevées dans la plaine d´Alsace. Les plus fortes températures se produisent lors d'un flux de sud / sud-ouest.
- Le et également le , on a relevé 38,7 °C à Meyenheim (mesure la plus élevée de France ce jour-ci)
- Le , la température atteint 40,9 °C à Meyenheim.

Meyenheim compte 52 jours par an de chaleur (T°>+25 °C) ce qui est une valeur remarquable. On ne dépasse ce niveau que dans le Sud-Ouest, dans la vallée du Rhône et sur le pourtour méditerranéen. Il est à remarquer que cette fréquence de jours de chaleur chute à 43 pour Strasbourg et Saint-Louis.

Précipitations[modifier | modifier le code]

Les précipitations sont faibles. La moyenne annuelle ne s´élève qu´à 607,3 mm d´eau, ce qui en fait un des secteurs les plus secs de France. La répartition des pluies est assez hétérogène tout au long de l´année, avec néanmoins un creux en période hivernale et un pic en mai, dû aux orages. Il y pleut en moyenne 161 jours par an. Les mois les plus pluvieux (non en quantité) sont mai et juillet.

Le climat d´abri est dû aux Vosges qui forment une barrière contre les nuages venant de l´ouest. Une quantité impressionnante de pluie s´abat alors sur le versant lorrain des Vosges. Une fois que la perturbation a franchi les crêtes vosgiennes, par descendance et effet de foehn, la masse d´air s´assèche et se réchauffe. Le foehn, vent doux et sec, souffle assez fréquemment lorsque survient une perturbation venant de l´ouest. Sa force est alors d´environ 40 km/h sur Meyenheim. Très rarement, le foehn peut atteindre une force équivalente à une tempête.

Lorsque survient le vent de foehn, la couverture nuageuse au-dessus du massif vosgien est dense et menaçante alors que des trouées de ciel bleu apparaissent au-dessus de Meyenheim et de toute la plaine alsacienne. Arrivant du sud ou de l´ouest, on peut voir se former un Trou de foehn au-dessus du village. Néanmoins, ce phénomène se produit plus souvent au nord de Meyenheim, au-dessus du secteur de Colmar.

Si on observe les radars des précipitations, on remarque fréquemment que les pluies venant d´ouest s´estompent en passant les Vosges.

Bien que situé à une vingtaine de kilomètres de Colmar et de Mulhouse, Meyenheim reçoit un peu plus de précipitations que la ville de Colmar (530 mm) et moins que la ville de Mulhouse (710 mm). Meyenheim est en effet un peu moins protégé que Colmar par les perturbations venant du sud-sud-ouest. Déjà Oberentzen, situé à 5 km au nord de Meyenheim reçoit 10 mm de précipitation en moins.

Les crêtes des Vosges, situées à une trentaine de kilomètres à l´ouest de Meyenheim, reçoivent une quantité impressionnante de pluie. Il s´abat en moyenne 2 221 mm d´eau par an sur le ballon d'Alsace, ce qui en fait le 3e endroit le plus arrosé de France, après le mont Aigoual (2 280 mm) et le col du Lioran (2 260 mm).

Les précipitations les plus fortes ont lieu lorsque les perturbations proviennent du sud-sud-ouest ou lorsqu´il se produit le phénomène, peu fréquent, de retour d´est (les nuages souvent chargés d´eau restent alors bloqués sur .

Les précipitations neigeuses peuvent se produire de mi-novembre à début avril, bien que la neige soit déjà tombée en octobre ou en mai. Janvier et février sont les mois les plus enneigés, la moitié des précipitations se produit sous forme de neige.

Les orages empruntent des trajets préférentiels, la topographie alsacienne crée un corridor à orages. 26 orages frappent en moyenne Meyenheim chaque année.

  • La plaine d´Alsace sera particulièrement touchée si un front orageux arrive du sud-ouest.
  • La plaine peut connaitre également des orages par débordements orageux provenant des Vosges.

Ensoleillement[modifier | modifier le code]

Le taux d´ensoleillement est assez modeste à Meyenheim. Avec 1 799 h de soleil par an, la station a le même ensoleillement que Reims, Chartres et le nord de la Bretagne. L´ensoleillement est plus faible à Strasbourg (1 682 h) à cause des brouillards qui y sont plus persistants qu´à Meyenheim. En revanche, Saint-Louis connait moins de brouillard d´où un taux d´ensoleillement supérieur de 70 h.
50 % des heures sont ensoleillées en juillet et seulement 18 % en décembre.
Meyenheim compte 65 jours par an sans le moindre rayon de soleil et 67 jours de brouillard par an.

Relevés météorologiques de la station de Meyenheim[modifier | modifier le code]

Relevés météorologiques de la station météo de Colmar Meyenheim (1951-1981)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2 −1 1 4 8 12 13 13 10 6 2 −1 5,5
Température moyenne (°C) 1 2,5 6 9,5 13,5 17,5 19 19 16 10,5 5,5 2 10
Température maximale moyenne (°C) 4 6 11 15 19 23 25 25 22 15 9 5 15
Record de froid (°C) −22 −25 −16 −7 −3 −2 4 3 −1 −8 −13 −19 −25
Record de chaleur (°C) 18 22 25,5 29 35 37,5 39 39 34 31 22 20 39
Nombre de jours avec gel 19 16 12 4 1 0 0 0 0 3 10 18 83
Nombre de jours avec température maximale ≥ 25 °C 0 0 0 1 4 10 16 13 7 1 0 0 52
Ensoleillement (h) 52 84 124 168 195 226 247 218 178 119 71 45 1 727
Nombre de jours avec rafales ≥ 57,6 km/h 3 2 3 2 1 1 1 1 1 1 3 3 22
Précipitations (mm) 40 30 40 50 70 70 60 70 40 30 50 40 590
Nombre de jours avec précipitations 15 12 14 14 16 14 12 13 11 12 14 14 161
Nombre de jours avec neige 8 6 3 1 0 0 0 0 0 0 3 5 26
Nombre de jours avec brouillard 8 6 4 2 2 1 1 2 7 10 8 8 59
Ce tableau est sujet à caution car il ne cite pas ses sources.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première mention du village en 1187 sous le nom de Meieneim.

L'âge du Bronze final[modifier | modifier le code]

La civilisation des tumulus, qui a laissé de nombreuses traces au sud de Meyenheim, sur les communes de Réguisheim et d'Ensisheim, a laissé la place à la civilisation des champs d'urnes (de -1200 à -750). Une petite nécropole « champs d´urnes » a été découverte à Meyenheim au niveau de l'ancienne voie ferrée, à proximité de la rue de Munwiller et de la rue de la Corvée. On y a déterré cinq urnes funéraires contenant les cendres des défunts ainsi que des objets servant d'offrandes ayant appartenu à ces derniers.

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Différentes découvertes attestent de la présence d´un habitat gallo-romain sur la commune.
- Une canalisation romaine de trois à un cordon a été découverte lors de travaux de terrassement. Elle partirait de la rue de la Gare au droit du château d´eau, longerait la rue des Artisans et prendrait la direction de l´église.
- Un puits gallo-romain a été découvert au niveau de la gravière Boog.
- La découverte de plusieurs pièces romaines.
- Un lingot de fer.
- La présence d´un sol romain, de fragments de tuiles ainsi que de quelques objets gallo-romains.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

- Au XIIe siècle, il se dresse à Meyenheim une motte féodale, un château fort et la tour de l´église.
- Au XIIIe siècle, Meyenheim est la propriété des Habsbourg et est le siège du tribunal du Landgraviat.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Patrimoine historique[modifier | modifier le code]

  • Église Saints-Pierre-et-Paul de style roman. Le clocher roman à batière date du XIIe siècle. La nef a été construite entre 1802 et 1820. Détruite par un incendie en 1981, elle a été depuis reconstruite.
  • Le presbytère, sis au 11 rue de l´Église, reconstruit en 1723, avec sa porte charretière datant de 1723.
  • La statue de Saint Jean Népomucène (1906) située entre le pont au-dessus de l´Ill (Grand´rue) et la rue Rivage de l´Ill. Ce saint protégerait Meyenheim des inondations.
  • Un vieux puits situé dans la rue du Schachen.
  • Les vestiges de l´ancien moulin à eau dit « Obermühle », situé sur le canal des Douze Moulins, il a été construit en 1760 et détruit en 1912. Il subsiste actuellement les bâtiments d’exploitation et d´habitation ainsi que le colombier.
  • Les vestiges de l´ancien moulin à eau dit « Untermühle », situé sur le canal des Douze Moulins, il a été construit en 1828 et détruit en 1912.
  • L´oratoire dit « le Vieux Moulin » dédié à sainte Antoine.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Meyenheim

Les armes de Meyenheim se blasonnent ainsi :
« D'argent à deux lions affrontés de gueules. »[9]

Garnison[modifier | modifier le code]

L'ancienne base aérienne 132 Colmar-Meyenheim construite au milieu des années 1950 se trouve à l'est de la commune. À la suite du départ de l'Armée de l'air, la base a été renommée quartier Colonel Dio le et accueille le régiment de marche du Tchad (RMT) ainsi que le détachement aérien de la gendarmerie (DAG) de Colmar.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours
(au 31 mai 2020)
Françoise Boog [10]
Réélue pour le mandat 2020-2026
UMP Sénatrice depuis 2013
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2018, la commune comptait 1 655 habitants[Note 2], en augmentation de 12,59 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
440485518691757781832810774
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
721673716712649712651653646
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
622638591611580577607600636
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2721 0801 0411 0038849571 1711 2431 455
2018 - - - - - - - -
1 655--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Meyenheim, en dehors de la base aérienne, a essentiellement une vocation résidentielle. Toutefois elle dispose de commerces de proximité sédentaires et ambulants, mais les achats spécifiques se font dans les zones commerciales de la périphérie mulhousienne, zones dites d'Île Napoléon ou Pôle 430.

En situation de quasi plein emploi (2,3 % de chômeurs en 1999), les bonnes statistiques de la commune sont à relativiser du fait de la forte influence de la présence militaire sur la structure et l'évolution de la population active.

Les actifs travaillent pour plus de la moitié d'entre eux à l'extérieur de la commune, essentiellement vers les pôles d'emploi de Mulhouse et de Bâle, et une minorité vers Colmar. 11 % des actifs sont des travailleurs frontaliers (aussi bien vers la Suisse que vers l'Allemagne). Quant à l'emploi offert sur le territoire communal, il est le fait principalement de la base aérienne dont les recrutements ont progressé de près de 50 % entre 1990 et 1999.

Le secteur privé est composé d'entreprises artisanales de petite taille dont l'effectif ne dépasse pas les 20 salariés. Le nombre d'entreprises agricoles est stable depuis 20 ans contrairement à la tendance observée au niveau départemental.

Au mois de ont débuté les travaux pour la création de la zone artisanale de Meyenheim baptisée « No man's Land » à la suite de la décision prise à la quasi unanimité lors du conseil municipal du lundi et ceci pour une raison très simple, la non présence de la fibre optique devrait décourager les éventuels candidats de s'installer ici.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saints-Pierre-et-Paul de Meyenheim
  • Ancienne Base aérienne 132 Colmar-Meyenheim, actuel Quartier Dio, qui abrite aujourd'hui le Régiment de Marche du Tchad (RMT).
  • Le château d'eau, situé à l´entrée ouest de la commune, alimente en eau potable Meyenheim et Munwiller. Il a été construit en 1958. L´eau stockée dans le réservoir provient de captages situés dans la partie sud de la forêt de Merxheim, à proximité du ruisseau dit « Waldbach ». Le sommet du réservoir comporte des antennes relais.

Les écoles[modifier | modifier le code]

La commune possède trois écoles :

  • l'école maternelle ;
  • l'école primaire ;
  • l'école primaire dite « École bleue »

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Associations[modifier | modifier le code]

  • Le FC Meyenheim, le club local de la commune joue actuellement en R3.
  • Musique : La Société de musique "Fraternité"[15], association créée en 1921, organise des évènements et activités musicales tout au long de l’année, dont le concert bisannuel Music'Illfest.
  • Depuis , une nouvelle association d'anonyme à but non lucratif a vu le jour à Meyenheim. Appelée la « BSRM », ce qui signifie « Brigade de Surveillance de Réguisheim et Meyenheim », elle regroupe des bénévoles qui veillent à la sûreté des citoyens et de l'environnement du village. Ils patrouillent principalement la nuit. Le journal local du village le Nepomuk's Blattla, édité une fois par trimestre, en fait mention dans son bulletin du mois d'.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Localisation et prononciation des noms de lieux d'Alsace commençant par M », sur elsasser.free.fr.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Archives Départementales du Haut-Rhin
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2017 et 2018.
  15. « Musique fraternité - Accueil », sur musique-meyenheim.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :