Willer-sur-Thur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Willer (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thur.
Willer-sur-Thur
La mairie.
La mairie.
Blason de Willer-sur-Thur
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Canton Thann
Intercommunalité C.C. de Thann-Cernay
Maire
Mandat
Jean-Luc Martini
2014-2020
Code postal 68760
Code commune 68372
Démographie
Gentilé Willérois(es)
Population
municipale
1 873 hab. (2012)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 40″ N 7° 04′ 25″ E / 47.8444444444, 7.0736111111147° 50′ 40″ Nord 7° 04′ 25″ Est / 47.8444444444, 7.07361111111  
Altitude Min. 356 m – Max. 1 183 m
Superficie 18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Willer-sur-Thur

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Willer-sur-Thur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Willer-sur-Thur

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Willer-sur-Thur

Willer-sur-Thur (en alémanique Willer) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, la commune est traversée par la Thur, en aval de Moosch et en amont de Bitschwiller-lès-Thann. Elle est reliée à la route des Crêtes par une départementale rejoignant le col Amic en passant par Goldbach-Altenbach.

Histoire[modifier | modifier le code]

Willer doit sa création aux moines de Murbach, qui vers l'an 800 sont venus par le col Amic défricher de nouvelles terres.

1191 - Premier écrit sur Willer-sur-Thur (Weiler à l'époque). La commune forme à cette époque, avec Bitschwiller et Goldbach (ses dépendances), une mairie (Meierturm), dépendant du chapitre de Saint-Amarin.

1216 - Heinigisel de Wilre, maire de Murbach, rend visite à Willer.

1357 - Le chapitre de Saint-Amarin renonce à ses droits (cour colongère) sur Willer au bénéfice de l'abbaye de Murbach située dans l'autre vallée, derrière le Grand Ballon. Celle-ci eu en bailliage la paroisse de Willer, et ceci jusqu'à la Révolution.

1376 - Incendie et pillage du village.

1648 - Il reste 11 adultes et 25 enfants à Willer. 1700 (vers) - Jusqu'à cette époque le village se nommait "Sankt-Weiler", abréviation de "Sankt-Amarin's Weiler". Création de mines de fer (Oberfeld - Karsprung - Molkenrain) et d'une fonderie. Création de la scierie Obersaeg.

1740 - Crue de la Thur.

1778 - Crue de la Thur.

1786 - C'est en 1786 que l'aire textile commença dans notre vallée par l'arrivée des frères Koechlin. Ils y créèrent 7 usines de filature et tissage dans la contrée proche. Les Koechlin avaient pris en main, à plusieurs reprises, les destinées de notre commune de père en fils, soit au total 62 années de mandat. Ces derniers nous ont légués différents bâtiments dont celui de la Mairie. La salle du conseil était leur salle de jeux, une sorte de casino.

1789 - Les habitants de notre vallée ont participé à la Révolution en allant faire la guerre au prince abbé de Murbach.

1790 - Ouverture de la première école, dont le premier instituteur fut Ivan-Thiébaut Rudler.

1801 - Ouverture du Moulin Walter, par la suite propriété de Schuler.

1803 - Les frères Koechlin font percer les canaux de déviation de la Thur, pour l'alimentation de leurs usines.

1806 - Désiré Lachner succède à Ivan Rudler comme instituteur.

1816 - Crue de la Thur.

1821 - Création de la deuxième filature Koechlin.

1822 - L'école est transférée dans la maison Nicolas Dietrich.

1826 - La fonderie est propriété d'Henri Stehlin.

1828 - Création d'un deuxième moulin par Nicolas Weihnacht.

1830 - Au XVIIe siècle, plusieurs mines de fer furent exploitées à Willer-sur-Thur et une fonderie traitait ces minéraux jusqu'en 1830. La fonderie est alors rachetée par les frères Koechlin qui la transforment en industrie textile. Il s'agit des bâtiments de la colonie de vacances "La forge", rachetée par E.D.F. pour ses œuvres sociales.

1834 - Deuxième tissage Koechlin dans les bâtiments de l'ancienne fonderie. Construction de la scierie Sittler/Hausberger.

1837 - Les sœurs de la Providence viennent enseigner à Willer-sur-Thur.

1849 - Les frères enseignent à Willer. 1854 - Isaac Koechlin achète la Scierie Obersaeg et en cesse l'exploitation.

1854/1855 - Le choléra décime la population.

1863 - Ouverture de la voie ferrée Thann-Wesserling. La même année est construit le pont de la gare, aujourd'hui remplacé, qui fut le premier pont entièrement métallique de la vallée.

1874 - Les frères quittent Willer.

1891 - Le moulin Weihnacht est détruit par un incendie.

1953 - Construction du premier bâtiment de l'école actuelle.

1954 - Inauguration de la nouvelle école des garçons.

1958 - Construction du second bâtiment de l'école actuelle, et inauguration de la nouvelle école des filles.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Willer-sur-Thur

Les armes de Willer-sur-Thur se blasonnent ainsi :
« De gueules à la croix d'argent ajourée du champ, à l'abeille d'or en abîme, les cantons dextre et senestre de la pointe chargés de trois épis de blé d'or posés en barre, tigés et feuillés de même, à la faucille d'argent emmanchée d'or brochante en bande, les cantons sénestre du chef et destre de la pointe chargés d'un marteau d'argent en bande et d'une tenaille de même en barre, les deux entrelacés. »[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Alain Delestan    
mars 2014 en cours Jean-Luc Martini UDI  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Willérois et les Willéroises[2].


En 2012, la commune comptait 1 873 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
926 1 174 1 440 2 085 2 010 2 504 2 639 2 665 2 636
1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
2 667 2 553 2 485 2 351 2 230 2 115 2 064 2 014 2 068
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 084 2 031 1 899 1 927 1 907 1 839 1 647 1 731 1 752
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012
1 828 1 923 2 019 1 947 1 875 1 918 1 923 1 900 1 873
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Didier.

- Statue de Saint Joseph ; « Kepfelseppi ».

- Hameau du Loeffelbach. Fermes-auberges du Freundstein, de l'Ostein, de l'Altrain.

- Ancienne ferme de la Goutte - Obersaeg.

- Centre de vacances CCAS « La Forge », accueillant à chaque période de vacances scolaires des jeunes âgés de 6 à 17 ans.

- Chapelle Saint-Nicolas.

Entourages[modifier | modifier le code]

Outre les sommets ci-dessus : Grand Ballon - Rossberg - Stimpfelrainkopf à l'Est : Gungelrain, Mittelrain, Mittelbach, Hirschbaechel, Karsprung. au Sud : Wolfensthal, Stimpfelrain. à l'Ouest : Herrenwald, Jungwald, Blaufelsen, Altrain. au Nord : Langrueck.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives Départementales du Haut-Rhin
  2. habitants.fr, « Haut-Rhin > Willer-sur-Thur (68760) » (consulté le 10 juillet 2010)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :