Conflans-en-Jarnisy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conflans-en-Jarnisy
Conflans-en-Jarnisy
Église paroissiale Saint-Martin.
Blason de Conflans-en-Jarnisy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Intercommunalité Communauté de communes Orne Lorraine Confluences
Maire
Mandat
Alain Lemey
2020-2026
Code postal 54800
Code commune 54136
Démographie
Gentilé Conflanais [1]
Population
municipale
2 383 hab. (2019 en augmentation de 0,34 % par rapport à 2013)
Densité 274 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 10′ 06″ nord, 5° 51′ 27″ est
Altitude Min. 185 m
Max. 226 m
Superficie 8,71 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Jarny
(banlieue)
Aire d'attraction Jarny
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Jarny
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Conflans-en-Jarnisy
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Conflans-en-Jarnisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Conflans-en-Jarnisy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Conflans-en-Jarnisy

Conflans-en-Jarnisy est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est. Ses habitants sont les Conflanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par l'Orne. Au sud-est, l'Yron forme sa frontière avec la ville de Jarny, jusqu'au confluent avec l'Orne qui donne son nom à la ville.

Communes limitrophes de Conflans-en-Jarnisy
Abbéville-lès-Conflans Labry
Boncourt Conflans-en-Jarnisy
Friauville Jarny

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Conflans-en-Jarnisy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Jarny, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[5] et 12 208 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Jarny, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 8 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (81,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,5 %), zones urbanisées (14,4 %), prairies (12,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,1 %), mines, décharges et chantiers (2,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,3 %), forêts (0,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestige de l'ancien château fort.
  • Présence gallo-romaine : une visière de casque romain (Ier ou IIe siècle) est découverte durant des travaux en 1908 et intègre en 2019 les collections du Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye[12].
  • Château mentionné en 1093.
  • Place forte détruite par les Suédois en 1636.
  • La commune s'appelait Conflans en Woëvre avant 1328.
  • En 1817, Conflans en Jarnisy, village de l'ancienne province du Barrois rattaché au Bailliage de Briey, au confluent de l'Orne et de l'Yron. À cette époque il y avait 369 habitants répartis dans 60 maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1904 Victor Aimé Grandjean Républicain Docteur en médecine
Conseiller général du canton de Conflans-en-Jarnisy (1901-1904)
mai 1929 juin 1958 Paul Filiot   Chef d'entreprise
mars 1973 mars 1983 Paul Pross[13] PCF Cheminot retraité
mars 1983 mars 2008 Jean-Pierre Maubert PCF  
mars 2008 mars 2014 Évelyne Didier PCF Enseignante
Sénatrice de Meurthe-et-Moselle (2001-2017)
Conseillère générale du canton de Conflans-en-Jarnisy (1998-2011)
mars 2014 En cours Alain Lemey [14]
Réélu pour le mandat 2020-2026
PCF Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2019, la commune comptait 2 383 habitants[Note 3], en augmentation de 0,34 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,38 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
522364390398421440511508525
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
645608614613621662750888992
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 0971 2171 1881 2871 6972 8022 8502 5932 890
1990 1999 2006 2008 2013 2018 2019 - -
2 7282 5022 4532 4392 3752 3612 383--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancien ossuaire.
Musée de l'art forain et de la musique mécanique
  • Château fort, attesté depuis 1093, le château appartint à l'évêque de Metz au XIIe siècle, puis à la famille d'Apremont. Acquis par le comte de Bar Édouard Ier de Bar vers 1328, détruit en 1636 par les Suédois et restauré au XVIIIe siècle. Subsistent actuellement les fossés et la maison des anciens Voués dite le " Quatre pans ", datée 1716.
  • Ancienne chapelle ossuaire, au lieu-dit la Côte à Larry, du XVIe siècle. Restaurée en 1887, elle est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [19].
  • Musée de l'art forain et de la musique mécanique[20] et son orchestrion Decap[21].
  • Église paroissiale Saint-Martin, construite en 1844 à l'emplacement d'une ancienne chapelle Notre-Dame-de-Pitié promue église paroissiale en 1709, en remplacement de la vieille église romane à trois nefs, détruite au moment de la Révolution, qui se trouvait dans le cimetière actuel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Conflans-en-Jarnisy Blason
Blasonnement : de sinople au chevron renversé et ondé d'argent, accompagné en chef d'une montagne surmontée d'un château ruiné d'or.
Détails
Adopté par la commune vers 1953

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Jarny », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « Face à face », sur musee-archeologienationale.fr (consulté le )
  13. Paul Pross, maire de Conflans, de 1973 à 1983
  14. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. « Ancienne chapelle ossuaire », notice no PA00106014, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Musées de Musique Mécanique de France
  21. Orchestrion Decap en restauration dans un autre musée