Richardménil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Richardménil
Richardménil
La mairie.
Blason de Richardménil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes Moselle et Madon
Maire
Mandat
Xavier Boussert
2020-2026
Code postal 54630
Code commune 54459
Démographie
Gentilé Richardménilois, Richardméniloises [1]
Population
municipale
2 354 hab. (2018 en diminution de 1,75 % par rapport à 2013)
Densité 328 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 35′ 41″ nord, 6° 10′ 11″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 315 m
Superficie 7,17 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Richardménil
(ville-centre)
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Neuves-Maisons
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Richardménil
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Richardménil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Richardménil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Richardménil

Richardménil est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est, près de Nancy.

Géographie[modifier | modifier le code]

Richardménil se trouve sur la Moselle, à environ 20 minutes au sud de Nancy via l'autoroute A330. La commune fait partie de la communauté de communes Moselle et Madon[2].

Richardménil est aussi traversée par le canal des Vosges (anciennement canal de l'Est).

Communes limitrophes de Richardménil
Messein Ludres
Méréville Richardménil Lupcourt
Flavigny-sur-Moselle

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Richardménil est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Richardménil, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 4 098 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (34,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (35 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (33,7 %), terres arables (23,9 %), zones urbanisées (17,6 %), eaux continentales[Note 3] (12,9 %), prairies (10,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,5 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Les quartiers et lieux-dits de la commune sont :

  • le Haut du lac,
  • le Vert Village,
  • le Bois Impérial,
  • le Bas du lac,
  • les Bachots.

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne Richard + mansionile.

Richartmesnil (1198), Richartmainil (1242), Richardi menillum (1402).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Faisait partie de la villa gallo-romaine de Ludres.
  • Château mentionné au XIVe siècle, détruit en 1820.
  • Pris par Jean de Châlons en 1442.
  • L'armée de Napoléon y campa lors de la retraite de Russie en 1812.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1814   Antoine Drappier    
    Fery de Ludre Act.lib. Propriétaire, agriculteur
Député (1902-1915)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1989 Jean-Pierre Weiss[14]    
mars 1989 juin 1995 Christian Coignus    
juin 1995 avril 2008 René Colotte DVG Retraité
avril 2008 mars 2014 Henri Noirel (1948-2017)    
mars 2014 En cours
(au 23 mai 2020)
Xavier Boussert [15]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Contremaitre
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2018, la commune comptait 2 354 habitants[Note 4], en diminution de 1,75 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
184195179243251261278294321
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
314336318361329322338366341
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
322327345315361334338393524
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
6281 1042 4793 0402 8892 6152 5752 4222 355
2018 - - - - - - - -
2 354--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cette ville compte également deux écoles.

Sports[modifier | modifier le code]

Richardménil possède un parcours de santé, deux stades de football, un city ainsi que des courts de tennis et un skatepark. Le club de foot local est le FCRF2M (Football Club Richardménil Flavigny Méréville Messein).

"Les Foulées De La Solidarité" sont organisées le jour du Téléthon sur un parcours de 10,4 km composé de 4 boucles de 2,6 km.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Une zone où quelques dizaines d'entreprises sont implantées se trouve à côté de la route nationale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges.
Chapelle du Vieux-Château

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Un château d’eau construit en 1938 et détruit le jeudi à 20h30. La police et les journaux locaux ont diffusé l’information pour l’occasion. L’édifice renfermait un petit bout d’histoire du XXe siècle, selon Serge Triffault : « Il a été mitraillé par l’aviation américaine en août 44 en préparation de l’assaut du pont de Flavigny car il pouvait servir de poste d’observation et de défense aux Allemands ». S’il a survécu à la guerre, les projets immobiliers et les tractations politiques auront finalement eu raison de ce vieux vétéran de 81 ans qui se couchera ce jeudi[20].
  • Une ancienne motte castrale du Moyen Âge a été inscrite monument historique en 1991[21].
  • Tumulus du bois de Grève.
  • Château des Armoises construit au XIVe siècle au sud de l’église, à l'ouest d'un premier habitat noble mentionné au XIIIe siècle. La maison-forte a probablement été édifiée par Renaud de Nancy. Elle entre dans le patrimoine des sires des Armoises par mariage en 1430. À la suite d'exactions commises par Collard des Armoises sur leur territoire, la maison-forte est attaquée et incendiée par les Messins en 1443. Elle est rapidement réparée et d'importants travaux sont entrepris dans la maison d'après les comptes des années 1545-1549. La famille d'Armoises cède le château des Armoises en 1613 à Henri de Ludres, coseigneur de Richardménil, qui le démolit entièrement pour réaménager son château. Des fouilles ont été entreprises sur le site en 1984-1988 par Gérard Giuliato et son équipe[22],[23],[24].
  • Vieux château actuel 14e reconstruit en 1613 à l'emplacement du château du bas, restauré après 1677 pour effacer les ruines de la guerre de Trente Ans. Il appartenait à la famille de Ludre. Vendu à la Révolution comme bien d'émigré et démoli. Une fois l'orage révolutionnaire passé, Théodore de Ludre, marquis de Frolois, passa sa vie à reconstituer l'ancien domaine familial. Il racheta la maison de maître qui avait remplacé le château, la fit modifier (notamment la toiture) et apposer les armes de ses parents alors toujours en vie, les Ludre-Custines, sur le fronton. Le château existe toujours avec sa chapelle.
  • Château 14e appartenant aux Haraucourt (on ne sait rien sur ce dernier)
  • Château Rouge, construit vers 1860 par Prosper Morey pour Gaston de Ludres fit construire un nouveau château, incendié par les troupes américaines au cours de l'hiver 1944-1945 ; les ruines en ont été rasées. Le nom du château lui venait de ses encadrements de portes et fenêtres en briques.
  • Canal de l'Est et canal latéral de la Moselle : jonction, écluses, port.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Georges XIXe siècle : boiseries et tableau
  • Chapelle (Vieux-château).

Équipements[modifier | modifier le code]

Passerelle Mangin au-dessus du canal à Richardménil

Une halte nautique est implantée au niveau de la passerelle Mangin (élève de Gustave Eiffel)[25], elle est gérée par l'Association pour le développement de l'environnement à Richardménil (ADER). Sa capacité d'accueil est de 10 à 15 bateaux, l'électricité, l'eau sont mises à disposition des navigateurs pour quelques euros.

Un commerce principalement alimentaire est situé à quelques centaines de mètres de la halte, avec un service permettant aux navigateurs de ne pas porter leurs courses puisque transporté par voiture directement au bateau.

Richardménil dispose également d'une halte camping-car. Celle-ci est située en bas de la rue du Lac (anciennement chemin de la Levrette) ; elle est réservée aux véhicules de moins de 3,5 T et est gérée par la municipalité.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Richardménil Blason
De sable au lion d'or, lampassé et couronné de gueules.
Détails
Ce sont les armes de la famille de Richardménil, d'ancienne chevalerie. Cette famille s'éteignit au XIVe siècle et la terre passa dans les maisons de Lenoncourt puis de Ludres. (UCGL)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. Site de la communauté de communes
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 30 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Richardménil », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 30 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 mai 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Liste des maires d'après MairesGenWeb
  14. [1]
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Richardménil. Démolition : fin de partie pour le château d’eau », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 8 octobre 2019).
  21. « Motte castrale (ancienne) », notice no PA00106448, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Compte-rendu des fouilles : Richardménil », dans Le Pays lorrain, 86e année, 1989, no 1, p. 62 (lire en ligne)
  23. Sous la direction de Gérard Giulato, Le « Château des Armoises » à Richardménil (XIVe – XVIIe siècle). Archéologie d’une maison forte lorraine, Presses universitaires de Nancy (collection « Archéologie, Espaces, Patrimoines »), 2007, (ISBN 978-2-86480754-4) (compte-rendu par Charles Kraemer, « Gérard Giuliato (dir.), Le « Château des Armoises » à Richardménil (XIVe – XVIIe siècle). Archéologie d’une maison forte lorraine », Archéologie médiévale, no 38, 2008, p. 325-326
  24. Ville de Richarménil : histoire de Richardménil
  25. http://www.richardmenil.fr/mairie/la-commune/sauvons-la-passerelle-mangin