Seichamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Seichamps
Seichamps
Église Saint-Lambert.
Blason de Seichamps
Héraldique
Seichamps
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Métropole Métropole du Grand Nancy
Arrondissement Nancy
Maire
Mandat
Henri Chanut
2020-2026
Code postal 54280
Code commune 54498
Démographie
Gentilé Seichanais [1]
Population
municipale
5 030 hab. (2018 en augmentation de 3,6 % par rapport à 2013)
Densité 1 170 hab./km2
Population
agglomération
286 041 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 12″ nord, 6° 16′ 12″ est
Altitude Min. 212 m
Max. 275 m
Superficie 4,30 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Nancy
(banlieue)
Aire d'attraction Nancy
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton du Grand Couronné
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seichamps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seichamps
Liens
Site web mairie-seichamps.fr

Seichamps est une commune française située dans le département Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Seichanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Place François-Mitterrand au centre-ville.

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au nord-est de Nancy, à 7 kilomètres de la place Stanislas, la localité de Seichamps est bordée par les communes de Pulnoy, Essey-lès-Nancy, Laneuvelotte, Dommartin-sous-Amance, Laître-sous-Amance et Agincourt.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Seichamps est reliée au Grand Nancy grâce aux lignes du réseau de transport de l'agglomération nancéienne appelé Réseau Stan :

  • Tempo 3 : Seichamps Haie Cerlin - Villers Campus Sciences
  • Ligne 15 : Essey Porte Verte - Nancy Place Carnot
  • Ligne 31 : Essey La Fallée - Seichamps Haie Cerlin

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Seichamps est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nancy, une agglomération intra-départementale regroupant 28 communes[5] et 286 041 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (63,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,6 %), zones urbanisées (39,5 %), prairies (15 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,5 %), forêts (0,3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient du romain sicamp (champ sec), d'où l'autre nom des habitants, les Sicampois. C'était alors une villa gallo-romaine en plein milieu des champs.

Anciennes mentions : Villa de Sechamp (1076) ; Seccamp (1137) ; Séchant (1294) ; Sicuscampus, Siccus Campus (1402) ; Sigillum curati de Sicco Campo (XVe siècle) ; Sichamp (1492) ; Sychamp (1506) ; Sychamps (1550) ; Seichamp (1782, 1793) ; Séchamp (1801).

Histoire[modifier | modifier le code]

Essentiellement village agricole de 300 habitants jusqu'à la fin des années 1950, Seichamps a pris son essor grâce à une urbanisation de type pavillonnaire. En 2011, elle entre dans une nouvelle phase d'extension, avec la création d'un nouveau lotissement qui prévoit à terme la construction d'environ 500 habitations à l'est de la commune. Cette opération s'accompagne d'une restructuration du centre-ville en 2012.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1977 René Martin    
mars 1977 juin 1995 René Bérend DVD  
juin 1995 mars 2001 Monique Alosi PS  
mars 2001 mars 2008 Alain Legrand DVD  
mars 2008 En cours
(au 25 mai 2020)
Henri Chanut [12]
Réélu pour le mandat 2020-2026
PS Fonctionnaire
Conseiller général du canton de Seichamps (2011-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Seichamps est membre du réseau des villes européennes reliées par le fromage (réseau agréé par le Parlement européen et par le ministère de l'Agriculture), qui a pour principal objectif la défense et la promotion du fromage au lait cru. Chaque troisième week-end de septembre est organisée à Seichamps la Foire Européenne aux fromages et à la gastronomie. Cette manifestation réunit des villes européennes membres du réseau avec lesquelles Seichamps entretient des relations privilégiées :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 5 030 habitants[Note 3], en augmentation de 3,6 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
256285293343360411408393408
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
370373350363368365372387379
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
339322309305315321359365405
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
2 0933 7734 6515 7805 4755 1855 1465 1064 855
2018 - - - - - - - -
5 030--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Maternelle Louise-Michel.

Il y a 3 écoles à Seichamps, 2 écoles maternelles et une école primaire Georges de la Tour.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille des entreprises principalement situées sur les ZAC des grands prés et de la Porte Verte en association avec les communes de Pulnoy et Essey-lès-Nancy[17]. On peut y trouver entre autres un hypermarché avec sa galerie marchande, un important site de reliure industrielle, un centre logistique postal ou encore un concessionnaire automobile. Par ailleurs, l'activité agricole reste encore présente à Seichamps.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Jardin Roussel.
  • Vestiges 15e sur quelques maisons du quartier de l'église.
  • Jardin Roussel : verger du bout de la route de Varinchamps, accueillant régulièrement les élèves des écoles maternelles pour des sorties pédagogiques d'initiation au jardinage, reconnaissance des denrées fruitières et écologie.
  • Deux écoles maternelles : école maternelle Louise-Michel, École Maternelle Jean-Lamour.
  • Une école primaire : groupe scolaire Georges de La Tour (né de la fusion entre les deux anciennes écoles de la commune : école Georges de la Tour et école primaire Saint Exupéry).
  • Le centre socio-culturel, situé dans le centre-ville où se déroulent régulièrement des spectacles et autres manifestations culturelles.
  • Le complexe sportif de Martinchamps, mêlant courts de tennis, badminton, football, rugby et tir à l'arc.
  • Une crèche multi-accueil Michel Dinet construite en 2014 près du groupe scolaire Georges de La Tour.

Édifices religieux[18][modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Lambert, datant du XIXe siècle, contenant trois reliques dont un morceau de la Sainte Croix.
  • Presbytère datant du XVIe siècle, reconstruit en 1982. Le nouveau presbytère intègre des éléments de l'ancienne construction.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Seichamps Blason
Blasonnement : parti au 1er d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent, au 2e de gueules semé de croix recroisetées au pied fiché d'or à deux saumons adossés de même. Sur le tout de gueules à un bâton noueux d'or péri en bande, accompagné de seize larmes d'argent, huit en chef posées 3.3.2, huit en pointe posées 2.3.3.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Seichamps compte de nombreuses associations sportives et culturelles :

  • ASA NANCY (Association Sportive Automobile de Nancy),
  • Oxer de Seichamps, centre équestre [19]
  • Seichamps volley-ball

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Nancy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Travaux – ZAC de la Louvière à Seichamps | Seichamps », sur www.mairie-seichamps.fr (consulté le ).
  18. « Ville de Seichamps, la Mairie de Seichamps et sa commune (54280) », sur Annuaire-Mairie (consulté le ).
  19. https://oxerdeseichamps54.ffe.com/