Trieux (Meurthe-et-Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trieux
Trieux (Meurthe-et-Moselle)
Église Saint-Martin.
Blason de Trieux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Intercommunalité Communauté de communes Cœur du Pays-Haut
Maire
Mandat
Jean-Claude Kociak
2020-2026
Code postal 54750
Code commune 54533
Démographie
Gentilé Triotins [1]
Population
municipale
2 581 hab. (2018 en augmentation de 7,5 % par rapport à 2013)
Densité 299 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 31″ nord, 5° 56′ 14″ est
Altitude Min. 245 m
Max. 320 m
Superficie 8,62 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Tucquegnieux
(ville-centre)
Aire d'attraction Luxembourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pays de Briey
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Trieux
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Trieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trieux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trieux
Liens
Site web www.trieux.net

Trieux est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle de Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune fut un village-frontière avec l'Empire allemand entre 1871 et 1914.

Communes limitrophes de Trieux
Sancy
Tucquegnieux Trieux Lommerange
Moselle
Avril

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Trieux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Tucquegnieux, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 5 026 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Luxembourg (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (60 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (30,6 %), forêts (29,9 %), terres arables (26,8 %), zones urbanisées (12,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du XVIe au XVIIIe siècle, une partie de la seigneurie du Sart de Trieux, acquise de la famille de Vigneulles en 1597, appartenait à la famille de Serainchamps. En 1785, Marguerite de Serainchamps, baronne de Brabant, dernière de sa famille, fit donation à Charles-Alexandre, comte de Gourcy, devenu comte de Gourcy-Serainchamps, des terres qu'elle possédait[12].

En 1817, Trieux était un village de l'ancienne province du Barrois qui avait pour annexe la ferme de la Grange-au-Sart et le moulin de Malsage. À cette époque, il y avait 371 habitants répartis dans 59 maisons.

Ancienne cité minière, elle est aussi connue pour la grève de 1963. En effet, les mineurs ont occupé le fond de la mine pendant 79 jours afin de protester contre la fermeture de cette dernière.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1983[13] François Corra[13] PCF[13] Mineur, ancien meneur de la grève de 1963[13]
mars 1983[13] mars 1987[13] Jean Merjai[13] PS Mineur, démissionne pour maladie[13]
mars 1987 mars 2014 Christian Eckert PS Professeur
Député de la 7e circonscription de Meurthe-et-Moselle (2007-2014)
Secrétaire d'État chargé du Budget et des Comptes publics (2014-2017)
Conseiller régional de Lorraine (1998-2010)
Vice-président du conseil régional de Lorraine (2004-2010)
mars 2014 août 2017[14]
(démission)
Patrick Javelle SE Retraité
En cours
(au 27 mai 2020)
Jean-Claude Kociak [15]
Réélu pour le mandat 2020-2026
SE-DVG Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2018, la commune comptait 2 581 habitants[Note 3], en augmentation de 7,5 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
425368415405390411366370420
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
4364033983422912586991 6241 369
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
2 1712 4522 3242 0802 4433 0122 6972 2832 030
1990 1999 2004 2009 2014 2018 - - -
1 8591 8531 9542 0042 4852 581---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Grotte de Trieux.
  • Ferme du Sart, ancienne cense de l'abbaye de Saint-Pierremont, construite en 1617 (date portée à droite de la porte charretière). Restaurée en 1887 (date portée à gauche de la porte charretière). Armoiries de Jean Domant, abbé de Saint-Pierremont (1594-1621). La porte du logis est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [20].
  • Église paroissiale Saint-Martin, reconstruite en 1822, date portée ; tour clocher en 1851, date portée, marques de tâcheron dans la tour.
  • Grotte de Lourdes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille de Vigneulles a acquis le Sart de Trieux au début du XVIe siècle. Une branche de cette famille a pris le nom de Vigneulles du Sart[21].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Trieux Blason
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Tucquegnieux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Annuaire de la noblesse de Belgique, Decq, (lire en ligne), p. 169-174
  13. a b c d e f g et h Mathieu Deslandes, « Un prof de maths rapporteur : le culot de Christian Eckert », Rue89, 25 octobre 2012, consulté le 25 octobre 2012
  14. Le maire de Trieux, Patrick Javelle, démissionne, Le Républicain lorrain, 22 août 2017.
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Grange du Sart », notice no PA54000012, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Unsere Heimat. Mitteilungsblatt des Landkreises Saarlouis für Kultur und Landschaft Nr. 2, , Guido Müller : "Von Lothringen über die Saar bis in die Eifel. Geschichte der Familie Dussart/Dussartz de Vigneulles", p. 43-50.