Lay-Saint-Christophe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lay et Saint-Christophe.
Lay-Saint-Christophe
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Lay-Saint-Christophe
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Entre Seille et Meurthe
Intercommunalité Communauté de Communes du Bassin de Pompey
Maire
Mandat
Patrick Médart
2014-2020
Code postal 54690
Code commune 54305
Démographie
Gentilé Layens, Layennes
Population
municipale
2 506 hab. (2014)
Densité 216 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 56″ nord, 6° 12′ 05″ est
Altitude Min. 180 m – Max. 380 m
Superficie 11,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lay-Saint-Christophe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lay-Saint-Christophe

Lay-Saint-Christophe est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé dans les collines au nord de Nancy, le village est construit sur un coteau exposé plein sud avec en contrebas une rivière, l'Amezule affluent mineur de la Meurthe. Le village comporte deux parties se jouxtant : la Haute-Lay à flanc de colline et la Basse-Lay en contrebas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lay-Saint-Christophe
Bouxières-aux-Dames Eulmont Eulmont
Bouxières-aux-Dames Lay-Saint-Christophe Eulmont
Champigneulles Champigneulles Agincourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot "laïa" désignait en bas latin un sentier rectiligne en forêt. La dénomination Saint-Christophe fut ajoutée au XIVe siècle.

Gravure de Lay-Saint-Christophe en 1838.

En 1965, on trouva sur le territoire communal plusieurs objets mérovingiens, dont un bandage herniaire double conservé au musée lorrain de Nancy.

Le village gallo-romain de Layum devint la résidence des maires du palais d'Austrasie à l'époque mérovingienne : saint Arnoul, évêque de Metz et ancêtre de Charlemagne, naquit au château de la Haute-Lay vers 580. Il partagea l'éducation du jeune roi Dagobert avec Pépin de Landen, dont la fille épousa son fils : ce furent les grands-parents de Charles Martel.

Lay-Saint-Christophe a été le site d'une abbaye très florissante. Il y eut une église à la Basse-Laye à partir du XIIe siècle.

La commune comptait environ 1000 habitants aux XVIIIe-XIXe siècles : on y exploitait alors deux mines de fer et de nombreuses industries y étaient prospères : scieries, tanneries, tuileries, fabriques de brosses et de noir de fumée, toutes disparues.

Lay, en langage ancien, signifie "colline" et sert à désigner les structures implantées sur les hauteurs, d'où le nom de "Lay" pour cette commune. [réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Adrien Mouton    
    Charles Rotach    
mars 2001 décembre 2007 Pierre Rotach SE  
décembre 2007 mars 2014 Michèle Barthélémy SE  
mars 2014 en cours Patrick Médart SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 506 habitants, en diminution de -2,34 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
547 905 952 945 988 1 070 1 005 1 011 1 063
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
985 1 037 1 113 1 175 1 151 1 065 1 039 1 019 1 110
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 145 1 269 1 051 1 088 1 223 1 226 1 297 1 436 1 507
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
1 969 2 033 2 281 2 449 2 622 2 565 2 541 2 506 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges d'enceintes protohistoriques.
  • Maison particulière XVIIe, dite « la Samaritaine » : maison, escalier de l'aile ouest, décor intérieur, chambre d'eau, galerie, terrasse, jardin (inscription monuments historiques en septembre 2000).
  • Hospice (ancien château).
  • Moulin Noir XVIIIe.
  • 17 fontaines (anciens lavoirs) du XVIIIe et XIXe siècle.
  • L'hôtel de ville héberge un musée des arts et traditions populaires lorraines.
  • Nombreux hôtels particuliers du XVe au XXe siècle dans la Haute-Lay.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de la Basse-Lay reconstruite en 1862 : clocher XIIe, statues de bois sculpté XIVe/XVIe/XVIIe.
  • Ruines d'église prieurale romane XIe à la Haute-Lay .
  • Vestiges du prieuré de la Haute-Lay XIe : tour Saint-Arnoul et anciens bâtiments monastiques transformés en habitations (inscription monuments historiques en février 1986).
  • Presbytère, à la Basse-Lay : ancien hôtel particulier Renaissance XVIe siècle, classé monument historique le 22 janvier 1931.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Arnould né à Lay-Saint-Christophe vers 580 .
  • Dom Calmet, ecclésiastique et historien lorrain[5].
  • Général Goze, décédé à Lay Saint Christophe le 27 février 1898
  • Antonin Daum possédait une maison à la Haute-Lay et est inhumé au cimetière de Lay-Saint-Christophe.
  • Charles Renauld possédait une résidence secondaire dans la Haute-Lay et inhumé au cimetière de Lay-Saint-Christophe.
  • Louis Guingot, peintre de l'École de Nancy est décédé à Lay-Saint-Christophe.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lay-Saint-Christophe Blason D'azur à la crosse épiscopale d'or, chargée en abîme d'un anneau du même avec une pierre d'argent aux trois taches de gueules mal ordonnées, adextrée d'un lion contourné aussi d'or et senestré d'une aigle du même, à la fleur de lys aussi d'argent brochant en pointe sur la crosse, au chef cousu aussi de gueules chargé de trois alérions aussi d'argent.
Détails Création abbé Huschard. Adopté en 1977.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]