Saint-Dier-d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Dier-d'Auvergne
Façade de l'église Saint-Didier.
Façade de l'église Saint-Didier.
Blason de Saint-Dier-d'Auvergne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Billom
Intercommunalité Billom Communauté
Maire
Mandat
Nathalie Sessa
2014-2020
Code postal 63520
Code commune 63334
Démographie
Population
municipale
517 hab. (2014)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 37″ nord, 3° 29′ 00″ est
Altitude 445 m
Min. 416 m
Max. 700 m
Superficie 20,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Dier-d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Dier-d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Dier-d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Dier-d'Auvergne

Saint-Dier-d'Auvergne est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Dier-d'Auvergne est située dans les monts du Livradois, à l'est du département du Puy-de-Dôme, à l'extrémité orientale de l'arrondissement de Clermont-Ferrand, dont son chef-lieu est situé à 32,8 km à l'est-sud-est[1].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

L'Alligier, l'Ardialleix, Barbetoux, Barbigier, Bel-Air, le Best, Boissardon, Boissonnelle, le Bourg, les Bourriers, les Bravards, Chalusson, Chantemerle, Clairmatin, les Combes, la Côte, la Couleyre, le Crohet, la Croix du Best, Cublas (à cheval sur la commune de Saint-Flour), l'Echalier, les Graveyroux, les Gravières (à cheval sur la commune d'Estandeuil), Heurs, Ischamp (à cheval sur la commune de Saint-Jean-des-Ollières), Lachamp, Lafarge, Laire, Lévec, Leyrette, les Loyes, les Martinanches (château), Murat, Paravesse, les Paroisses (à cheval sur la commune de Saint-Jean-des-Ollières) le Pirou, Planavel, Pontlatout, les Pradeaux, Puycuberte, les Ramades, la Ripodie, la Roche, Rolandon, les Ronles, le Sault, les Serves, la Terrasse, Terre-Rouge, le Theil, la Valade, Vallet, les Vallons, le Vignal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Dier-d'Auvergne jouxte sept communes : six de l'ancien canton de Saint-Dier-d'Auvergne (Ceilloux, Domaize, Estandeuil, Saint-Flour, Saint-Jean-des-Ollières et Trézioux) et une de l'ancien canton de Cunlhat (arrondissement d'Ambert) : Auzelles.

Celles-ci sont représentées géographiquement de la manière suivante[2] :

Communes limitrophes de Saint-Dier-d'Auvergne
Trézioux Saint-Flour
Estandeuil Saint-Dier-d'Auvergne Domaize
Saint-Jean-des-Ollières Auzelles Ceilloux

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Miodet, rivière prenant sa source dans le bois de Mauchet (près de Saint-Éloy-la-Glacière) le traverse. Elle se jette dans la Dore quelques kilomètres avant Courpière.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Saint-Dier-d'Auvergne est traversée par la route départementale 997 (ancienne route nationale 497) reliant Billom et Clermont-Ferrand au nord-ouest et Ambert au sud-est, ainsi que par la RD 58 reliant le centre-bourg à Saint-Flour et à Courpière au nord-est, ainsi que vers Saint-Jean-des-Ollières et Brousse au sud[2].

Le territoire communal est également desservi par les routes départementales 65 (vers Domaize et Cunlhat), 305 (vers Trézioux) et 338 (vers Estandeuil)[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'actuelle dénomination a été officialisée le (décret du 27 mars 1961, paru au Journal Officiel le 1er avril 1961). Auparavant, la commune était appelée Saint-Dier (toujours utilisée dans le langage courant).

Il existe souvent des confusions avec Saint-Dié-des-Vosges (couramment dénommée Saint-Dié) et Saint-Dizier (Haute-Marne), Saint-Dyé-sur-Loire (Loir-et-Cher), Die (Drôme) ou Saint-Diéry (Puy-de-Dôme).

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Pont-Libre[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1961 mars 1977 Alphonse Cistel PCF Conseiller général du canton de Saint-Dier-d'Auvergne (1964-1982)
mars 1977 1979 François Jothy PCF  
1979 mars 1989 Jean-Charles Berton    
mars 1989 avril 2013
(décès)
Gérard Cartailler DVG Conseiller général du canton de Saint-Dier-d'Auvergne (2008-2013)
juillet 2013 mars 2014 Annie Fougère    
mars 2014 en cours Nathalie Sessa    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Saint-Dier-d'Auvergne était rattachée au district de Billom en 1793 puis à l'arrondissement de Clermont-Ferrand en 1801 ; elle fut chef-lieu de canton de 1801 (canton de Saint-Dier puis canton de Saint-Dier-d'Auvergne en 1961)[3] jusqu'en mars 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Billom[4].

Au niveau judiciaire, elle dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme, des tribunaux administratif, d'instance, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 517 habitants, en diminution de -10,4 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 280 1 200 1 355 1 462 1 563 1 618 1 717 1 706 1 636
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 573 1 586 1 580 1 520 1 566 1 583 1 537 1 424 1 386
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 270 1 287 1 246 1 072 1 051 1 015 1 004 923 864
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
730 660 611 581 531 551 557 577 517
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Dier-d'Auvergne dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école élémentaire publique[9].

Les élèves continuent leur scolarité au collège François-Villon, géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme et situé dans la commune[9]. Ils poursuivent ensuite dans les lycées de Thiers (Montdory pour les filières générales et STMG ou Jean-Zay pour la filière STI2D)[10].

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Didier
L'église Saint-Didier (XIe siècle).
  • Église romane Saint-Didier ;
  • Château des Martinanches du XIe siècle (à 4,5 km du bourg de Saint-Dier-d'Auvergne en direction d'Ambert) ;
  • Château de Boissonnelle du XIe siècle (à 0,5 km du bourg de Saint-Dier-d'Auvergne en direction de Trézioux) ;
  • Moulin de Graveyrou (moulin à farine en exploitation).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre Saint-Dier-d'Auvergne et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906 (consulté le 26 décembre 2015).
  2. a, b et c Carte de Saint-Dier-d'Auvergne sur Géoportail.
  3. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  5. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 26 décembre 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. a et b « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 26 décembre 2015).
  10. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 21 août 2016).