Claude Lapointe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude Lapointe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Claude Lapointe, né le à Rémilly (Moselle), est un illustrateur et un enseignant français, fondateur de l'atelier d'illustration à l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Lapointe fait ses études au lycée de Metz[1] puis à l'école des Beaux-Arts de Nancy en 1962 - 1963 avant d'intégrer l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, où il reste de 1963 à 1965[2].

Il devient en 1967 enseignant à l'école des arts décoratifs de Strasbourg[1]. En 1972[2], 1973[1] ou 1974, il est le fondateur de l'atelier d'illustration de cette école[3] et le formateur de toute une génération d'illustrateurs français, comme Béhé[4], Laurent Hirn[5], Jean-François Kieffer[6], Nadine Brass[7], Étienne Jung[8], Jérôme Jouvray[9], Blutch[10]... L'atelier contribue à la réputation des arts déco de Strasbourg : « relancé en 1972 par Claude Lapointe, l'endroit s'est forgé une réputation d'excellence qui attire des étudiants de toute la France »[11].

En 1971 paraît le premier livre illustré de Claude Lapointe : Pierre l'ébouriffé[1]. Il collabore avec Bayard presse dans les revues Okapi dans les années 1970-1980 ainsi que Phosphore, J'aime lire[1], etc. On lui doit aussi l'illustration des tout premiers romans publiés par Gallimard en poche pour la jeunesse dans la collection « Folio junior », notamment Grabuge et l'indomptable Amélie et La Guerre des boutons. Il a également donné une figure de gamin gouailleur au célèbre Tom Sawyer et à son acolyte Huckleberry Finn.[réf. souhaitée]

Au cours de sa carrière, il a signé les illustrations dans plus d'une centaine d'ouvrages jeunesse[1].

En 1982, il est lauréat du Premio Grafico Fiera di Bologna per l'Infanzia, de la Foire du livre de jeunesse de Bologne[12] (Italie) pour sa série d'ouvrages de la collection « Les secrets de l'image », éditée par Gallimard. En 1996, le salon du livre de Bordeaux organise l'exposition Mettre en scène une feuille blanche « consacrée au travail de Claude Lapointe, l'un des principaux acteurs du renouveau de l'illustration française dans les années 70 »[13].

En 2016, l'association des artistes indépendants d'Alsace (AIDA) organise une exposition présentant les travaux de Lapointe à la Maison des Arts de Strasbourg : Personnages en quête d'histoire[14].

Quelques ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

  • Le plus beau chien du monde, texte de Jo Hoestlandt, ill. de Claude Lapointe, Pocket jeunesse, 2001
Grasset Jeunesse
  • Contes de la rue Broca, de Pierre Gripari ; intégrale en 2012 chez Grasset[15].
  • Contes de la Folie Méricourt de Pierre Gripari
  • Les Contes d'ailleurs et de nulle part, de Pierre Gripari
  • Les Contes d'ailleurs et d'autre part[16], de Pierre Gripari
  • Et la belette joue de la trompette de Jean-Claude Darnal (1975)
  • Histoire du prince Pipo de Pierre Gripari, mise en pages de Claude Lapointe, illustrations de Claude Lapointe, Gérard Brun, Robert Constantin, Alain Gauthier, Bernard Girodroux, Gérard Hauducœur, René Hausman, Alain Letort, Jean-Claude Marol, Tito Topin, Michel Trichet, Dominique Boberlé, Philippe Delangle, Philippe Poirier (1976)
Gallimard Jeunesse
Actes Sud Junior
  • La gavotte du mille-pattes de Françoise Morvan
  • Comptines pour jouer à avoir peur de Corinne Albaut
  • Qui va aider Petit Pigeon ? de Diane Barbara
  • Comptines pour la rentrée des classes de Corinne Albaut
  • Tatie la vie de Geneviève Laurencin
  • Le boa cantor d'Hubert Nyssen
  • Le civisme à petits pas de Sylvie Girardet
  • Un point c'est tout d'Hubert Nyssen
  • Le petit mari, texte de Jo Hoestlandt, ill. de Claude Lapointe, Actes Sud junior, 1998
Bayard
La Martinière jeunesse
Calligrames
Circonflexe
Verger éditeur
  • Grand-Papy malgré lui, texte de Stéphane Dangel, illustrations de Claude Lapointe
  • Les états d'âme de Chipie, chienne de compagnie
Le Rocher (collection Lo pais d'enfance)
  • Le Chat qui voulait vider la rivière, texte de Marie-Christine Combes-Blanc.

Filmographie[modifier | modifier le code]

En 2006, il participe par ses illustrations au film d'animation d'Alain Jaspard Le Proverbe[19].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Claude Lapointe », sur artlorrain.com.
  2. a b c et d « Claude Lapointe », sur Ricochet.
  3. Benjamin Caraco, « Devenir auteur de bande dessinée. Le cas des anciens élèves de l’atelier d’illustration de Strasbourg », Comicalités,‎ (lire en ligne).
  4. (en) « Joseph Béhé », sur Comiclopedia
  5. (en) « Laurent Hirn », sur Comiclopedia
  6. (en) « Jean-François Kieffer », sur Comiclopedia
  7. (en) « Nadine Brass », sur Comiclopedia
  8. (en) « Étienne Jung », sur Comiclopedia
  9. (en) « Jérôme Jouvray », sur Comiclopedia
  10. Serge Hartmann, « Rencontres de l’illustration de Strasbourg: Blutch au MAMCS, au musée Ungerer et à l’Aubette 1928 », sur Dernières Nouvelles d'Alsace, .
  11. Frédéric Potet, « Strasbourg, mine d’illustres dessinateurs », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. (it) Lauréats Foire du livre de jeunesse de Bologne 1982.
  13. « Bordeaux, l'âge des possibles », Le Monde,‎ .
  14. « Une exposition de Sylvette Guindolet et Claude Lapointe à Strasbourg: Personnages en quête d'Histoires », sur France Info, .
  15. Florence Noiville, « Toute la magie de Pierre Gripari », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  16. « Contes de toujours », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  17. « Premiers albums », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  18. « Avalanche de Noël - Oscar s'est fait très mal », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  19. Fernand Nouvet, « Mais que dit le proverbe ? », L'Humanité,‎ .
  20. Archives « Honour List » 1956-1998, sur le site officiel ibby.org.

Liens externes[modifier | modifier le code]