Philippe Kailhenn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Kailhenn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (89 ans)
AngersVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Philippe Kerneïs
Nationalité
Activités

Philippe Kailhenn, nom de plume de Philippe Kerneïs, né le à Angers, est un illustrateur et dessinateur de bande dessinée français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un an à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris[1], Philippe Kailhenn devient dessinateur dans le domaine de la communication à la fin des années 1950[2]. C'est cependant au milieu de la décennie suivante que son expression graphique trouve sa forme personnelle, inspirée par l'imagerie populaire[3].

En 1971, il rejoint l'équipe d'illustrateurs du magazine Okapi nouvellement créé par le groupe Bayard presse, avec lequel il travaille régulièrement pendant une douzaine d'années[4]. Sa création la plus marquante durant cette période est une bande dessinée dont le scénario original est de Colette Tournès : Les Barneidor[5]. L'univers imaginaire que les auteurs construisent avec réussite tout au long des quelque 250 planches de cette série est une sorte de fantaisie sur le mode des Voyages extraordinaires de Jules Verne : on y retrouve les effets décoratifs ou de gravure dans le dessin, tandis que l'esprit éducatif et documentaire qui prévaut à Okapi est transformé par les inventions récréatives du scénario. La série disparaît toutefois à la suite de changements successifs dans le format des histoires et dans la direction du journal, sans avoir pu toucher d'autres lecteurs que ceux d'Okapi.

Philippe Kailhenn se fait plus rare dans la presse pendant les années 1980 et 1990. Son premier livre, Le Pays des robots, est publié en 1981 au Japon dans la collection « Images originales de France » de l'éditeur Emile-Kan. Il réalise également des ex-libris, des tampons[6], des cartes postales… Fasciné depuis longtemps par les alphabets, il conçoit « à l'usage des petits curieux d'autres cultures »[7] un projet de livres illustrés bilingues sous une forme originale entre la bande dessinée et l'imagier : deux albums seulement paraissent en 1994 chez Syros, consacrés aux kanji et au cyrillique.

Il est finalement revenu à la bande dessinée en 2006 avec une nouvelle série, Folalié, le chevalier au scotère d'argent[8], qui semble être passée inaperçue : en présentant une exposition de ses dessins en 2011, Philippe Kailhenn s'est posé en observateur amusé de sa propre disparition[9].

Publications[modifier | modifier le code]

Livre et album illustré[modifier | modifier le code]

  1. Le Trésor de Corcodème, avec Pierre Coré (co-scénariste), Champigny-sur-Marne, Lito, 2006 (ISBN 2-244-49711-9)
  2. Les Damoiselles du Loufe, Champigny-sur-Marne, Lito, 2006 (ISBN 2-244-49717-8)

Revue (Bayard presse)[modifier | modifier le code]

  1. Les Mille Récits d'Okapi : La Flûte de Raskath, no 17, , 6 planches
  2. L'Île de la Momie, feuilleton en 10 épisodes, nos 30, 34, 37, 39, 43, 46-50, février-, 60 planches
  3. Les 7 Tombeaux d'Amiraseth, feuilleton en 12 épisodes, nos 68-74, 76, 78-81, -, 60 planches
  4. Le Taureau de Conkhobar, feuilleton en 12 épisodes, nos 101-105, 107-109, 111-114, février-, 60 planches
  5. Les Quarantièmes rugissants, feuilleton en 2 épisodes, nos 131-132, , 16 planches
  6. Du jus d'orange pour Cramélas, feuilleton en 2 épisodes, nos 143-144, , 16 planches
  7. La Poubelle des Danaïdes, feuilleton en 2 épisodes, nos 157-158, , 16 planches
  8. Les Barbagols vénéneux, feuilleton en 5 épisodes, nos 179-183, mai-, 20 planches
  • Okapi, Les Aventures de l'Abel, nos 207-210, juillet-, 4 planches
  • Okapi, nombreuses illustrations dont
    • Rubriques Courrier et Lexique, nos 2-20, -
    • Le Jeu des diables, no 4,
    • Les Mille Récits d'Okapi : Les Aventures de Bacara, no 10,
    • Bataille de Jonas et des harpons, no 29,
    • Supplément Univers d'Okapi : Les Jeux de ballon rond, no 62,
    • Supplément Univers d'Okapi : L'Olympe, no 87,
    • Rubrique Ça, c'est la vie : d'une scénariste et d'un dessinateur, no 95,
    • Rubrique Ça, c'est la vie : des gaminès, enfants des rues de Bogota, no 122,
    • Supplément Univers d'Okapi : Henri IV, no 123,
    • Masque des étoiles, no 125,
    • Rubrique Ça, c'est la vie : Si vous étiez maires..., no 137/138,
    • Supplément Univers d'Okapi : Les Vikings, no 152,
    • Supplément Univers d'Okapi : Jules Verne, no 167,
    • Supplément Univers d'Okapi : Regarder la lune, no 183,
    • Mini-Univers : Petites Définitions pour grand astronomes, no 200,
    • Rubrique Les Petits Conseils de Philippe et Catherine, nos 202, 210-215, 218-223, 226-229, 231-235, -
    • Poster 100 inventions et découvertes de l'histoire, no 285,
  • Astrapi, illustrations dont
    • Supplément Astrapan : À la découverte des étoiles, no 68,
    • Supplément Astrapan : Spécial mots croisés, no 89,
    • Supplément Astrapan : Le petit guide de la Tour Eiffel, no 248,
    • Supplément Astrapan : Le petit livre de l'air, no 284,
    • Supplément Astrapan : Le tunnel sous la manche, no 297,
    • Supplément Astrapan : Une nuit à la belle étoile, no 308,
    • Jeu météo, no 313,
    • Supplément Le Petit Journal, no 317,
    • Le Bob'Art, no 325,
    • Supplément Astrapan : Le calendrier de l'Europe, no 341,
  • J'aime lire, illustrations

Varia[modifier | modifier le code]

  • Réalisation de logos, tampons, ex-libris[10].
  • Le Double Chevron, Édition spéciale : Les Aventures de Double Chevron, Paris, Service de Presse de Citroën, no 15, , 20 planches
  • 40 affiches pour Lanvin, Axe publicité, 1969
  • Jonas 2.000, tapisserie D.M.C., no V.219, 1972
  • Lady Godiva, tapisserie D.M.C., no V.225, 1972
  • Deux couvertures pour la collection « Folio » : Le Capitaine Fracasse, no 204 ; Uranus, no 224, Paris, Gallimard, 1972
  • Envoi courrier, recueil de huit cartes postales, Paris, Arrêt sur image, 1985

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anciens élèves de l'Ensad
  2. Il travaille notamment pour Elle du temps de Lazareff et pour Esso, Citroën, Lanvin (Exposition Philippe Kailhenn, sur entresol.fr/blog).
  3. Plus particulièrement après un séjour d'un an en Colombie en 1964, où il a découvert l'art populaire latino-américain : « l'influence de l'art inca ajoutée à la tradition celte a produit le style kailhennien » (Le Double Chevron, Paris, Service de Presse de Citroën, no 15, décembre 1968).
  4. Sa collaboration à Bayard Presse s’est poursuivie plus épisodiquement dans Astrapi jusqu’en 1996.
  5. Colette Tournès, Philippe Kailhenn, « Ça, c'est la vie d'une scénariste et d'un dessinateur. Une famille comme une autre, les Barneidor », Okapi, no 95, 1er novembre 1975.
  6. « Bâtimages », Supplément Le Bal des tampons (collectif), Paris, BàT, no 90, décembre 1986.
  7. C'est le sous-titre de ces histoires.
  8. Dans la collection « Onomatopée » de l'éditeur jeunesse Lito, interrompue depuis son lancement en 2006 (Actua BD, 20 novembre 2005).
  9. Mais où est Philippe Kailhenn ?, exposition Dessins, Tampons et Graphones à la galerie L'Entresol, Paris, 12-15 mai 2011.
  10. Les créations ludiques ou décoratives sont également présentes dans les journaux de Bayard Presse, où Philippe Kailhenn a dessiné des jeux et découpages (voir notamment Okapi, nos 4, 27, 29, 125, 140… Astrapi, nos 41, 68, etc.)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles de Bure, « Philippe Kailhenn ou le Pays Dals », Créé, no 11, Paris, septembre-.

Liens externes[modifier | modifier le code]