Guillermo Mordillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guillermo Mordillo
Mordillo Buchmesse Frankfurt.JPG
Guillermo Mordillo en 2012.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Palma NovaVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Mordillo
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web
Distinction

Guillermo Mordillo est un dessinateur de bande dessinée argentin né le à Villa Pueyrredón (quartier de Buenos Aires, Argentine) et mort le à Palma (Espagne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillermo Mordillo en 2012.

Il travaille tout d'abord dans la publicité, puis dans la production de dessins animés et de films d'animation, en fondant le studio Calas[1]. En 1955, il émigre à Lima, puis à New York en 1960, qu'il quitte pour Paris en 1963. Il collabore à plusieurs organes de la presse magazine, française, dont Paris Match, Marie Claire et Lui, et allemande (Stern)[1]. Il collabore aussi, de 1972 à 1980[2], à l'hebdomadaire de bande dessinée pour la jeunesse, Pif Gadget.

Il s'installe à Majorque en 1980. En 1998, ses travaux font l'objet d'une exposition à la foire du livre de jeunesse de Bologne : Le jardin secret de Mordillo[1].

Il décède le à Palma (Espagne)[3]

Style[modifier | modifier le code]

Mordillo dessine de façon récurrente un personnage universel muet, assez isolé dans de grands espaces urbains ou naturels très fouillés. Le style, qui rappelle le Français Sempé et l'Argentin Quino[1],[4], est très arrondi, à la fois absurde (à la Franquin) et poétique (à la Raymond Peynet). Grandes tours, île déserte, terrain de sport, montagnes en cloche ou forêt profonde : voici son univers.

Dans ses illustrations, il emploie l'humour noir, qu’il a défini comme « la tendresse de la peur »[1].

Son originalité consiste dans la rondeur du trait et aussi dans le fait de garder en blanc la peau de ses personnages, qui du coup sont immédiatement repérables surtout si le décor foisonne de couleurs.

Ses personnages, créés en France, étaient muets parce que leur auteur ne parlait pas encore français[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Albums en français :

  • Le Galion, Harlin Quist. (1970)
  • Crazy cowboy, Glénat (1972)
  • Crazy crazy, Glénat (1974)
  • Les Girafes, édition du Kangourou (1975). Réédition augmentée Toutes les girafes, Glénat (1983)
  • Cartoons/Opus 1, édition du Kangourou (1976)
  • Opus 1, Glénat (1978)
  • Opus 2, Glénat (1981)
  • Opus 3, Glénat (1981)
  • Mordillo Football, Glénat (1981)
  • Opus 4, Glénat (1982)
  • Opus 5, Glénat (1984)
  • Mordillo Love story, Glénat (1985)
  • Mordillo Golf, Glénat (1987)
  • Mordillo Safari, Glénat (1990)
  • Mordillo Amore, Amore, Glénat (1994)
  • Les amoureux, Vents d'Ouest (1995)
  • Les supermen, Vents d'Ouest (1995)
  • Les superwomen, Vents d'Ouest (1995)
  • Les sportifs, Vents d'Ouest (1995)
  • Les vacanciers, Vents d'Ouest (1995)
  • Les mariés, Vents d'Ouest (1995)
  • Les couples, Vents d'Ouest (1995)
  • Les meilleurs, Vents d'Ouest (1997)
  • Les chiens, Vents d'Ouest (1997)
  • Le foot, Vents d'Ouest (1997)
  • Le Livre d'or de Mordillo (1999)
  • Ensemble, Glénat (2003)
  • Une Histoire d'amour, Glénat (2004)
  • Le mariage, Glénat (2008)


Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1997 Les Girafes film d'animation (Fantôme)

Distinction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Le Figaro, 1er juillet 2019, « Décès du dessinateur Mordillo, le Sempé argentin »
  2. Richard Medioni, L'histoire complète, Mon Camarade, Vaillant, Pif, Vaillant collector, 2012, p. 487 : « Entre 1972 et 1980, Mordillo apporte une touche très personnelle à Pif Gadget. »
  3. Fallece en Mallorca el dibujante argentino Guillemo Mordillo a los 86 años
  4. Potet 2019.
  5. Julie Conti et Henri Montavon, « Le dessinateur argentin Mordillo est décédé à l'âge de 86 ans », 12h45, RTS,‎ (lire en ligne [vidéo]).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mordillo (interviewé) et Thierry Defert (intervieweur), « Mordillo », Phénix, no 18,‎ , p. 21-26
  • Christophe Quillien, « Les girafes de Mordillo », dans Pif Gadget : 50 ans d'humour, d'aventure et de BD, Hors Collection, (ISBN 9782258152601), p. 64-65.
  • Frédéric Potet, « Le dessinateur de BD Guillermo Mordillo est mort », lemonde.fr,‎ (lire en ligne).
  • Paul Gravett (dir.), « De 1970 à 1989 : Les Girafes », dans Les 1001 BD qu'il faut avoir lues dans sa vie, Flammarion, (ISBN 2081277735), p. 344.

Liens externes[modifier | modifier le code]