Centre de documentation et d’information en établissement scolaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CDI.

Les collèges et lycées français sont dotés de centres de documentation et d’information (CDI) depuis 1973 (circulaire du 23 mars 1973).

Le CDI est placé sous la responsabilité du professeur documentaliste, corps recruté, depuis 1990, par un CAPES de Documentation créé par le ministre de l’Éducation nationale, Lionel Jospin, en 1989. Le recrutement des professeurs documentalistes dans l'Enseignement agricole se fait par le biais d'un CAPES Agricole.

L'histoire des CDI[modifier | modifier le code]

Avant-guerre, les ressources documentaires étaient dispersées parmi les salles spécialisées, les bibliothèques dans les classes et les bibliothèques des professeurs. Dès le XIXe siècle, une instruction officielle encourageait les enseignants à recourir aux documents dans la classe.

En 1952, la circulaire « Rôle de la documentation dans l'enseignement du second degré » encourage également l'utilisation de documents par les élèves afin de former l'esprit. En 1958, le premier « centre local de documentation pédagogique » est créé au lycée Janson-de-Sailly. En 1966, apparaissent les Services de documentation et d’information (SDI) qui s'adressent aussi bien aux enseignants qu'aux élèves[réf. nécessaire].

Le début des années 1970 est décisif pour la documentation puisque sont créés les CDI, en remplacement des SDI. Ils sont ouverts aux élèves et porteurs de nouvelles démarches pédagogiques. Dans le même temps, la FADBEN (Fédération des associations de documentalistes et bibliothécaires de l’éducation nationale) et le périodique professionnel InterCDI voient le jour[réf. nécessaire].

En 1986, une circulaire définit les missions des personnels exerçant dans les centres de documentation et officialise ainsi l'existence des CDI[1].

En 1990, le CAPES de sciences et techniques de la documentation est créé offrant un statut de professeur documentaliste aux personnels exerçant en établissement scolaire et généralisant les CDI dans tous les établissements.

Les activités au CDI[modifier | modifier le code]

Le CDI est un espace didactisé dans lequel le professeur documentaliste accueille les élèves sur leur temps libre, pendant leurs heures d'étude ou lors de séances pédagogiques qu'il conçoit et mène seul ou en collaboration avec les enseignants de discipline, par exemple autour d'une pédagogie documentaire. De nombreuses activités sont organisées et peuvent porter sur différents axes : des apprentissages info-documentaires, l'éducation aux médias et à l'information, la promotion de la lecture, l'ouverture culturelle... Les ressources sont disponibles via différents supports : imprimé (livres de fiction et documentaires, revues), et numérique (cédéroms, DVD et sites Web).

Les apprentissages info-documentaires dispensés dans les CDI participent d'un développement de la culture informationnelle des élèves : connaissance des environnements informationnels et numériques, savoirs relatifs à la recherche d'information et à l'exploitation de cette information pour des productions documentaires, connaissance des médias d'information, des médias sociaux, de l'histoire de la communication, développement de notions de droit de l'information[2].

Au collège, les professeurs documentalistes travaillent seuls ou en collaboration, selon des projets pédagogiques. En lycée, ils participent généralement aux dispositifs tels que les TPE, l'ECJS (devenue EMC à la rentrée 2015) ou les enseignements d'exploration[3] pour donner aux élèves la culture info-documentaire qui leur permettra de mieux comprendre et utiliser l'offre globale d'information dans notre société. Toutefois les professeurs documentalistes ne sont pas recrutés en proportion du nombre d'élèves, on en compte souvent un en collège, deux en lycée, ce qui ne permet pas d'engager des apprentissages info-documentaires pour tous[4].

La gestion et l'évolution des CDI[modifier | modifier le code]

L'activité de gestion et de prêt des CDI est informatisée. Sans avoir une formation aussi avancée que les bibliothécaires, les professeurs documentalistes partagent des compétences communes avec les professionnels des bibliothèques et de la documentation, en matière de gestion. Ils respectent les normes développées en bibliothéconomie. Le ou les professeurs documentalistes, parfois assistés d'un aide-documentaliste, utilisent généralement le logiciel documentaire BCDI ou PMB, dont la connaissance et la maîtrise peuvent être un objectif dans les apprentissages info-documentaires.

Depuis 2004, l'inspection générale responsable de la Documentation soutient le développement de la politique documentaire. Elle se définit comme l'ensemble des objectifs que peut viser un service documentaire pour servir un public bien défini[5]. Toutefois, les professeurs documentalistes refusent souvent dans la pratique que toutes leurs activités soient incluses dans une "politique documentaire", d'autant que celle-ci suppose un contrôle du Conseil d'administration[5]. Les professeurs documentalistes s'en tiennent alors à un projet documentaire indépendant des apprentissages info-documentaires. Depuis 2012, l'inspection générale soutient la transformation des CDI en 3C, centres de connaissances et de culture, sur le principe anglo-saxon et universitaire des Learning Centres[6]. Cette proposition a engagé des débats sur l'autonomie laissée aux enfants, en particulier en collège, avec un projet qui minimise la nécessité des apprentissages info-documentaires. Le projet de 3C est très peu accepté par la profession[7].

Il n'existe pas de normes établies pour la création des CDI en France, qui dépendent des collectivités territoriales, le département pour le collège, la région pour le lycée. Toutefois, au niveau international, la section School Libraries de l'IFLA, Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d'institutions, propose des recommandations ou Guidelines[8], en dressant une liste des différents espaces d'une bibliothèque scolaire (p. 33) :

  • un espace d'étude et de recherche (bureau d'information, catalogues, tables de travail...)
  • un espace de lecture (romans, périodiques...)
  • un espace pour les apprentissages (pouvant accueillir un petit groupe ou une classe entière, avec des outils numériques)
  • un espace de production documentaire et de travail en groupe
  • un espace de gestion (bureaux de gestion, réserve pour les archives et les équipements)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Circulaire n°86-123 du 13 mars 986 : Missions des personnels exerçant dans les centres de documentation et d'information
  2. L'éducation à la culture informationnelle, Villeurbanne, Presses de l'enssib, , 306 p. (ISBN 9782910227753)
  3. Le Nouveau Lycée : Les Enseignements d'exploration, ministère de l’éducation nationale, http://media.education.gouv.fr/file/reforme_lycee/31/8/Le-nouveau-lycee-Les-enseignements-d-exploration_135318.pdf
  4. Bureau national de l'APDEN, « 1.1. Profils des établissements et des répondants (101-108) [Service d'enseignement et ORS des professeurs documentalistes. Enquête réalisée par l'A.P.D.E.N. (2016).] », sur www.apden.org (consulté le 11 mars 2016)
  5. a et b La Documentation française, « Les politiques documentaires des établissements scolaires », sur www.ladocumentationfrancaise.fr (consulté le 6 mars 2016), p. 56
  6. « Actualités - "Vers des centres de connaissances et de culture" : le vade-mecum - Éduscol », sur eduscol.education.fr (consulté le 6 mars 2016)
  7. Bureau national de la FADBEN., « 2.4. Le CDI et le 3C : opportunisme et perplexité (310-312) [Le professeur documentaliste, le CDI et l'ouverture culturelle. Enquête réalisée par la FADBEN en 2015.] », sur www.apden.org (consulté le 6 mars 2016)
  8. (en) « IFLA School Library Guidelines », sur ifla.org,‎ (consulté le 6 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Chapron, Les CDI des lycées et collèges, PUF, Paris, 2001.
  • Nicolas Dompnier, Le guide de l'enseignant documentaliste : de la politique documentaire aux environnements numériques, Hachette, coll. « Ressources formation », 2006.
  • Clotilde Chauvin. Y a-t-il un professionnel de l’information au CDI ? De la solubilité du professeur documentaliste dans le centre de documentation et d’information. In Médiadoc (APDEN), octobre 2009, n°3. Disponible sur : http://apden.org/Y-a-til-un-professionnel-de-l.html
  • Anne Cordier. Le CDI, un laboratoire à la croisée des mondes. In Médiadoc (APDEN), octobre 2009, n°3. Disponible sur : http://apden.org/Le-CDI-un-laboratoire-a-la-croisee.html
  • Collectif Vivre le CDI, sous la direction de Philippe Marhic, C'est fou tout ce qu'on peut faire au CDI, Paris, Harmattan, 2010, 245 p.
  • Denis Tuchais et Jean-Pierre Véran (coord.), Guide TICE du professeur-documentaliste, enjeux numériques, CRDP Paris, coll. Repères pour agir, 2012
  • Collectif Vivre le CDI, sous la direction d'Emilie Porcon, Voyage au Centre de Documentation et d'Information, Paris, Harmattan, 2014, 242 p.
  • Gwénaëlle Gallou-Marec, Les Learning center, un modèle de bibliothèque ? : déconstruction et traduction du concept aux CDI des établissements scolaires , mémoire de master, Lettres-Documentation, Université Rennes 2, 2014 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]