Abbaye de Munster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Munster
Ruines de l'abbaye de Munster (au fond, l'église protestante)
Ruines de l'abbaye de Munster (au fond, l'église protestante)

Fondation 660
Protection  Inscrit MH (1990, ancien palais abbatial avec tour, façades, toitures, caves voûtées avec puits, ancien moulin, vestiges du cloître et des constructions attenantes, sol avec vestiges archéologiques)
 Inscrit MH (1992, ancien palais abbatial avec tour, façades, toitures, caves voûtées avec puits, ancien moulin, vestiges du cloître et des constructions attenantes, sol avec vestiges archéologiques)
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Commune Munster
Coordonnées 48° 02′ 24″ nord, 7° 08′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Munster

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Abbaye de Munster

L'abbaye Saint Grégoire de Munster (Haut-Rhin) est une abbaye de l'ordre de Saint-Benoît fondée vers les années 660 sous l'administration du duc franc Bonifacius.

Restée célèbre pour être à l'origine du fromage de Munster, l'abbaye fut surtout l'un des plus influents monastères d'Alsace.

L'abbaye fait l’objet d'une inscription au titre des monuments historiques le modifié le [1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment est situé au 11, 12, 13 place du Marché à Munster.

Histoire de l'abbaye Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Selon la légende, des moines écossais romains, disciples de Grégoire Ier (+ 604) fondent probablement vers 634[2] le premier établissement monastique au lieu-dit Schweinsbach, près de l'actuelle commune de Stosswihr.

Aux alentours de l'an 660, les religieux transfèrent le monastère au confluent des deux bras de la Fecht. Le monastère portera dès lors le nom de monasterium ad confluente, dont la forme germanisée donnera à la ville le nom de Münster. La vallée prendra quant à elle le nom de Val Saint-Grégoire ou en allemand Gregoriental.

Le duc d'Alsace, Boniface donne à la fondation un statut juridique plus ferme et confirme ses possessions territoriales sur l'ordre du roi Childéric II (vers 662-666). Le monastère obtint au IXe siècle l'immunité, ainsi que le droit de choisir librement l'abbé. Mais il tomba ensuite dans la dépendance d'abord du comte Éberhard (fin IXe siècle), ensuite de l'évêque de Bâle. Le monastère resta une abbaye impériale, puis dépendit de l'évêque de Bâle (1156). L'évêque de Bâle exerça le droit de visite et ratifia le choix de l'abbé. Si la ruine actuelle ne conserve aucun aménagement de l'époque romane, un fragment d'une sculpture provenant du chœur, attribuée au XIIe siècle, fut découvert en 1967, lors des travaux de la Caisse d'Épargne[vdm 1]. En effet, un gros incendie avait complètement dévasté ce monastère le 4 mai 1182[2].

Au XIVe siècle, l'observance monastique céda la place à un style de vie d'un chapitre noble et séculier. En 1339, l'abbaye et la ville signèrent le traité de Marquart[3] qui énumérait dans les détails tous les droits de l'abbé et les servitudes auxquelles étaient assujettis les habitants du Val Saint-Grégoire[vdm 2]. À la suite d'un autre incendie[2], l'église abbatiale bénéficiait depuis 1479 de son nouveau chœur, reconstruit par l'abbé Jean II Rodolphe von Laubgass (Loubgatz), précisé par un monument funéraire en pierre de celui-ci, également découvert en 1967[vdm 3]. Alors que la paroisse passa au XVIe siècle à la réforme protestante, l'abbaye resta catholique. Elle subit de graves dommages durant la guerre de Trente Ans[2]. La communauté s'affilia en 1659 à la Congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe.

Notons que lors de l’entrée en Lorraine des troupes françaises en 1672, les religieux du Saint-Mont (situé sur les communes de Saint-Étienne-lès-Remiremont et Saint-Amé dans les Vosges), estimèrent prudent de mettre la châsse des saintes reliques de Sainte Claire à l’abri et la transportèrent à l’abbaye bénédictine de Munster[4] .

Dom Augustin Calmet était d'abord novice entre 1690 et 1696, puis sous-prieur de l'abbaye à partir de 1704 jusqu'en 1706[vdm 4]. Le renouveau monastique et littéraire qui en résulta fut arrêté par la Révolution de 1789.

Comme beaucoup d'autres, l'abbaye ferma ses portes en 1790. Ses bâtiments furent utilisés pour installer une des premières usines textiles d'Alsace. L'église abbatiale sera quant à elle démolie en 1802. En outre furent transférés à Colmar 8 000 volumes de livres dans la bibliothèque[2],[5].

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Les privilèges impériaux[modifier | modifier le code]

Au cours des siècles, l'abbaye fut non seulement richement dotée foncièrement mais surtout bénéficia de la protection des Empereurs.

  • 662-666 - Childéric II roi des Francs en Austrasie fait au monastère de Munster une donation de biens prélevés sur le fisc royal.
  • 4 mars 675 - Childéric II, roi des Francs, délaisse en faveur de l'abbé Valedius la perception du fisc, des amendes et autres sur les habitants de Muntzenheim (arrondissement d'Andolsheim) et Ohnenheim (canton de Marckolsheim).
  • En 823 et 826, l'empereur Louis le Pieux[2] accorde au couvent l'immunité, c'est-à-dire le droit d'élire librement l'abbé, sans immixtion du pouvoir temporel.
  • Trente années plus tard, en 855 ou 856, l'empereur Lothaire II[2] confère à l'abbé le pouvoir de justice sur les territoires et villages appartenant à l'abbaye.
  • En 1235, l'abbaye reçut l'immédiateté impériale, lui permettant ainsi d'entrer dans le cercle très fermé des abbayes d'Empire[2] (Reichsabteien), accordant également à l'abbé le droit de siéger à la Diète d'Empire.

Le privilège le plus insolite fut conféré à l'abbé de Munster au VIIe siècle par le Roi Dagobert II, qui légua à l'abbaye ses insignes royaux. Lors des processions solennelles, l'abbé portait ainsi la couronne d'argent de Dagobert en lieu et place de la mitre, tandis que deux acolytes portaient le sceptre et l'épée du souverain. L'abbé Grandidier, archiviste de l'évêché de Strasbourg, indique qu'à son époque (quelques années avant la Révolution française), l'usage existait toujours. Les insignes royaux ont malheureusement disparu aujourd'hui.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]


Sources[modifier | modifier le code]

  • August Stoiber, Münster im Gregorienthal, Trübner Verlag, Strassburg, 1874

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Calmet, Augustin: Histoire de l'abbaye de Saint-Grégoire de Munster en Gregorienthal, écrit en 1704 (ms original conservé aux Archives départementales du Haut-Rhin, ms If 23, 215
  • Ingold, A.M.P - Les bénédictins de Munster en Alsace, Paris, 1896
  • Dominique Toursel-Harster, Jean-Pierre Beck, Guy Bronner, Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, , 663 p. (ISBN 2-7165-0250-1)
    Vestiges de l'abbaye bénédictine Saint-Grégoire à Munster, pp. 254 à 256

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Mairie de Munster, brochure Le patrimoine de l'hôtel de ville, Munster - Alsace, septembre 2012 (journées du patrimoine) 8 p.
  1. p.  3 ; conservé auprès de la mairie
  2. p.  8 (consultée le 5 mars 2014) ; le manuscrit original du traité se conserve auprès des archives municipales
  3. p. 3 ; de même, cette grande pierre se trouve dans le hall d'entrée de la mairie.
  4. p.  5
  5. p. 3

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00085749, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Histoire de l'abbaye », sur ville-munster68.fr (consulté le 23 janvier 2015)
  3. La conquête des Hautes-Chaumes par les marcaires de la vallée de Munster
  4. « Sainte Claire », sur catholique-vosges.fr (consulté le 23 janvier 2015)
  5. Abel Mathieu, Histoire du Saint-Mont, Dommartin-lès-Remiremont, Imprimerie Girompaire à Cornimont, , 104 p.
    page 64 ː Les chapelles
  6. L'art de vérifier les dates (lire en ligne), p. 34
  7. a et b Philippe-André Grandidier, Histoire de l'Église et des évêques-princes de Strasbourg (lire en ligne), p. 302