Wihr-au-Val

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Haut-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Haut-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Wihr-au-Val
Vue du village.
Vue du village.
Blason de Wihr-au-Val
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Canton Wintzenheim
Intercommunalité C.C. de la Vallée de Munster
Maire
Mandat
Gabriel Burgard
2014-2020
Code postal 68230
Code commune 68368
Démographie
Population
municipale
1 270 hab. (2013)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 15″ Nord 7° 12′ 23″ Est / 48.0542, 7.2064
Altitude Min. 288 m – Max. 960 m
Superficie 12,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Wihr-au-Val

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Wihr-au-Val

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wihr-au-Val

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wihr-au-Val
Liens
Site web Wihriens

Wihr-au-Val est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Son nom toponymique en allemand, utilisé avant 1918, est Weier im Thal. C'est un petit village vinicole faisant partie de la vallée de Munster.

Ses habitants sont appelés les Wihriens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petit village qui prolonge la route des vins d'Alsace, Wihr-au-Val est traversé par la Fecht et se situe à 7 km de Munster et à 13 km de Colmar. Les communes limitrophes sont Gunsbach, Walbach et Soultzbach-les-Bains.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première origine connue du nom date d'un document de 896 sous le nom de « Bonifacii Villare », c’est-à-dire la villa de Bonifacius, duc franc d'Alsace. D'après ce document, Bonifacius vers 660 s'était fait ériger un pavillon de chasse où il séjournait quand il venait chasser ; son souvenir lui survit dans le nom du village portant désormais son nom. Par la suite Villare est devenu « Wihr », toujours suivi de « dans le val de Saint Grégoire », puis Wihr-au-Val.

Histoire[modifier | modifier le code]

Wihr-au-Val.JPG

Origines[modifier | modifier le code]

À l'origine, le territoire appartenait à l'abbaye de Munster, puis à l'évêque de Bâle qui l'inféoda aux Rappoltstein. Ceux-ci mirent en place une fortification qui fut incendiée par leurs ennemis, les Girsberg en 1279. Les Rappoltstein parvinrent à reprendre le village en 1293 et reconstruisirent le château en 1303.


De 1346 à 1440, ceux-ci sont obligés de céder Wihr aux Hattstatt puis la récupérèrent et la conservèrent jusqu'à leur extinction.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le pendant la Seconde Guerre mondiale, le village a été complètement détruit par les obus incendiaires de l'artillerie allemande qui luttait contre les Français installés sur les monts au-dessus du village. Pendant sa reconstruction qui n'aura lieu qu'après la guerre, les habitants ont été logés dans des baraquements. Le village a été libéré par les Américains le 4 février 1945, les derniers Allemands ayant quitté le bourg la veille.

La commune a été décorée, le 11 novembre 1948, de la Croix de guerre 1939-1945[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[2] :

  • total des produits de fonctionnement : 966 000 €, soit 740 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 736 000 €, soit 563 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 135 000 €, soit 103 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 80 000 €, soit 61 € par habitant.
  • endettement : 296 000 €, soit 227 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 6,31 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 7,16 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 42,01 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs à partir de 1911
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1911 1918 Adrien Burgard    
1919 1927 Joseph Straub    
1927 1931 Joseph Baldenberger    
1932 1941 Jean Burgard    
1941 1945 Mathieu Tannacher   administration allemande
1945 1947 Henri Zimmermann    
1947 1963 Jean Burgard    
  1971 Auguste Fritsch    
1971 1995 Cyrille Martin    
1995 2014 Michel Sauffisseau[3]    
28 mars 2014 en cours Gabriel Burgard UDI  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 270 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
730 722 925 861 1 121 1 180 1 136 1 194 1 134
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 106 1 046 1 008 1 035 975 950 894 868 862
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
885 941 897 900 888 870 880 788 959
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
1 027 1 033 1 106 1 051 1 089 1 232 1 177 1 210 1 264
2013 - - - - - - - -
1 270 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • Association L.A.S.C (Loisirs Artisanat Sport et Culture)
  • Association L'Entente Cynophile de la Vallée de Munster
  • Club Sportif « Étoile Rouge »

Économie[modifier | modifier le code]

Comme en témoigne l'enquête thématique régionale (patrimoine industriel du canton de Munster), l'activité économique a évolué en permanence dans la commune :

  • Tissage Kiener, puis brasserie Kempf, actuellement maison[6].
  • Tissage et finissage "W" des Manufactures Hartmann et Fils, puis Georges Perrin, actuellement usine d'emballage et de conditionnement[7].
  • Scierie et moulin à huile de la Nouvelle Auberge, puis scierie Graue[8].
  • Moulin à farine, puis ferme[9].
  • Tuilerie et briqueterie Straub, puis Straub et Schoenheitz, puis ferme, actuellement maison[10].
  • Tissage Immer-Klein, puis usine d'articles en caoutchouc France Latex[11].
  • Moulin à farine, actuellement salle de réunion et vestiaire dit clubhouse[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La porte fortifiée de Wihr-au-Val, classée monument historique.
L'église Saint-Martin de Wihr-au-Val.
  • À l'entrée du haut village : une porte fortifiée[13]. Tour porte dite Untertor[14].
  • Église catholique[15] et son orgue Mutin Cavaillé-Coll[16],[17].
  • Chapelle Sainte-Croix[18] et chemin de croix y conduisant.
  • Chapelle Sainte-Barbe[19].
  • Nombreux sentiers de randonnée et de VTT[20].
  • Château fort de Sonnenbourg[21].
  • Château fort de Gigersburg[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Wihr-au-Val

Les armes de Wihr-au-Val se blasonnent ainsi :
« D'argent aux deux clavettes de roue de chariot adossées de sable. »

Le blason représente deux goupilles de roues, qui évoquent sa position près d'une route commerciale.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  2. Les comptes de la commune
  3. Résultats des élections Municipales 2008 : Wihr-au-Val
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  6. « Tissage Kiener, puis brasserie Kempf, actuellement maison », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Tissage et finissage "W" des Manufactures Hartmann et Fils, puis Georges Perrin, actuellement usine d'emballage et de conditionnement », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Scierie et moulin à huile de la Nouvelle Auberge, puis scierie Graue », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Moulin à farine, puis ferme », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Tuilerie et briqueterie Straub, puis Straub et Schoenheitz, puis ferme, actuellement maison », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Tissage Immer-Klein, puis usine d'articles en caoutchouc France Latex », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Moulin à farine, actuellement salle de réunion et vestiaire dit clubhouse », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ancienne porte de Ville », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Tour porte dite Untertor », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Eglise paroissiale Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IM68012240 », base Palissy, ministère français de la Culture Orgue de l'église paroissiale Saint-Martin
  17. Inventaire de l'orgue
  18. « Chapelle de la Sainte-Croix », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Chapelle Sainte-Barbe », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Histoire et patrimoine de Wihr-au-Val
  21. « Château fort de Sonnenbourg », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Château fort de Gigersburg », base Mérimée, ministère français de la Culture