Stosswihr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stosswihr
Stosswihr
Église protestante et mairie.
Blason de Stosswihr
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Colmar-Ribeauvillé
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de Munster
Maire
Mandat
Daniel Thomen
2020-2026
Code postal 68140
Code commune 68329
Démographie
Population
municipale
1 356 hab. (2018 en augmentation de 1,12 % par rapport à 2013)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 16″ nord, 7° 06′ 18″ est
Altitude Min. 417 m
Max. 1 363 m
Superficie 26,4 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Munster
(banlieue)
Aire d'attraction Colmar
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wintzenheim
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Stosswihr
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Stosswihr
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Stosswihr
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Stosswihr

Stosswihr [ ʃtɔsviʁ] est une commune française située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace. Proche de Munster, elle fait partie du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vallée de la Petite Fecht vue du col de Falimont.
La Petite Fecht à Stosswihr.

Le village de Stosswihr, situé au cœur du parc naturel régional des Ballons des Vosges et seulement à quelques kilomètres de Colmar, s'enfonce vers le Hohneck et forme ainsi une des vallées vosgiennes, au même titre que la vallée de Munster. Ses paysages vallonnés et forestiers en font un site de randonnée.

Stosswihr est arrosé par la Petite Fecht, un affluent de la Fecht (ou Grande Fecht), elle-même tributaire de l'Ill.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Stosswihr est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Munster, une agglomération intra-départementale regroupant 10 communes[4] et 11 764 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Colmar dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 95 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (87,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (88 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (79,2 %), prairies (8,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,2 %), zones urbanisées (2,9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,5 %), zones agricoles hétérogènes (1,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Stosswihr apparaît pour la première fois en 783 sous la forme de Stozzeswillars.

À la suite de la guerre de Trente Ans, Stosswihr, comme le reste de l'Alsace, passa sous domination française, suivant les clauses du traité de Westphalie en 1648.

Après 1870 et en vertu du traité de Francfort en 1871, le village fut à nouveau intégré dans l’Empire allemand. De 1914 à 1918, la Première Guerre mondiale allait, une fois de plus, les faire changer de nationalité. Dès les premiers jours, la commune fut transformée en champ de bataille.

En février 1915, les Allemands attaquèrent le front pour s’emparer du col de la Schlucht. Après 8 jours de combat et des pertes considérables[11],[12], les Allemands purent occuper la moitié de Stosswihr et le Reichackerkopf. L’offensive allemande sur la Schlucht était brisée, mais le front traversa le village en son milieu (dans les parages du Monument aux Morts actuel) jusqu’en 1918.

La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918[13].

Reconstruit à partir de 1920, le nouveau village eut à affronter une nouvelle guerre et une occupation de 1940 à 1945, mais sans trop de dommages cette fois-ci.

A la fin de l'occupation les forces françaises de l'intérieur (FFI) installèrent dans des baraquements provisoires (actuelle place de la salle des fêtes) les alsaciens de la vallée qui avaient soutenu les allemands lors de la guerre.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Stosswihr

Les armes de Stosswihr se blasonnent ainsi :
« D'argent à la pelle d'azur posée en pal au manche brisé de même, la pointe haute. »[14]


Économie[modifier | modifier le code]

Le village comptait 1 389 habitants en 2006[15]. Peu d'industrie, mais un artisanat développé et une agriculture vivace, le village dispose du plus important cheptel bovin de la vallée. Son authenticité attire de nombreux touristes. Ces derniers, en fins gourmets, s'intéressent également aux spécialités et traditions locales et naturellement au munster, le fromage est fabriqué dans les marcairies et fermes de la vallée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[16] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 324 000 , soit 925  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 120 000 , soit 991  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 274 000 , soit 194  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 392 000 , soit 277  par habitant ;
  • endettement : 691 000 , soit 487  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 5,27 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 7,72 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 63,05 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2017 M.Louis SCHERMESSER    
2017 2020 M.KLINGER Michel   Maire
mars 2020 En cours M.Daniel THOMEN   MAIRE
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 1 356 habitants[Note 3], en augmentation de 1,12 % par rapport à 2013 (Haut-Rhin : +0,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9849321 0801 1611 4341 5491 5241 6141 552
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 5361 6981 8011 8271 8101 8071 8091 7951 856
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9071 8571 7867131 3891 4741 4891 4241 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 3771 3121 3061 2641 2761 3051 3891 3981 407
2013 2018 - - - - - - -
1 3411 356-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église catholique.
  • Moulin à huile de noix[21],[22],
  • Chapelle saint Joseph[23],
  • Chapelle de Schweinsbach[24],
  • Chapelle de la Vierge, puis de la Croix[25],
  • Église protestante[26],[27],
  • Église catholique[28] et son orgue de 1927[29],
  • Monument aux morts[30] et cimetière militaire français[31],
  • Cascades du Stolz Ablass[32],
  • Cirque du Frankental[33].
  • Grotte Dagobert[34].
  • Site de l’Altenberg : ancien hôtel construit à la fin XIXe siècle en contrebas du col de la Schlucht, reconverti en sanatorium entre les deux guerres, puis en établissement de soins et de repos à partir de 1950, fermé en 2011[35].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les maires honoraires de la commune : Gilbert Ludwig, Henri Fritsch et Armand Braesch[36].
  • Tomy Baci, duc de Rollainville qui séjourna dans le village et y fonda la troupe des lapins roses.

Jumelages[modifier | modifier le code]

L'année 2003 a été marquée par le jumelage avec la municipalité allemande de Gutach, après 40 années d'échanges, notamment avec les pompiers, et d'amitié entre les habitants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Munster », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Colmar », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Les Vosges déc.1914 - mars 1915
  12. Vestiges 1914-1918. « La guerre des tranchées en Haute Alsace »
  13. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  14. Archives Départementales du Haut-Rhin
  15. Source INSEE 2006
  16. Les comptes de la commune
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Tout sur... Le réseau force hydraulique, PNRBV, septembre 2008
  22. Notice no IA68003166, base Mérimée, ministère français de la Culture Moulin à huile.
  23. Notice no IA68003160, base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle Saint-Joseph.
  24. L’histoire de l’église
  25. Notice no IA68001026, base Mérimée, ministère français de la Culture Chapelle de la Vierge, puis de la Croix
  26. Notice no IA68001023, base Mérimée, ministère français de la Culture Eglise protestante
  27. Stosswihr, paroisse luthérienne
  28. Notice no IA68001024, base Mérimée, ministère français de la Culture Eglise paroissiale Marie-Auxiliatrice
  29. Notice no IM68012108, base Palissy, ministère français de la Culture Orgue église paroissiale Marie-Auxiliatrice
  30. Notice no IA68001135, base Mérimée, ministère français de la Culture Monument aux morts de la Guerre 1914-18 et de la Guerre 1939-45 (F)
  31. Notice no IA68001149, base Mérimée, ministère français de la CultureCimetière militaire français
  32. Massif du Hohneck : La grande cascade du Stolz'ablass
  33. Le plus beau et sauvage cirque glaciaire des Hautes-Vosges
  34. Cavités souterraines
  35. « L’Altenberg trouve (enfin) preneur » dans L’Alsace du 2 sept. 2017. Consulté le 21 juin 2018.
  36. L'honorariat pour trois anciens maires