Mubâhala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mubâhala (en arabe : مباهلة) signifie que deux parties se maudissent réciproquement et demandent à Dieu de maudire celui qui ment et de montrer à tous celui qui dit la vérité et l'événement de Mubâhala se réfère à un débat dans lequel prophète islamique Mahomet dans un côté et les chrétiens de Najran étaient en autre côté, et l'appel a été étendu aux fils et aux femmes[1]. Najranis venu à Médine affirmant que ʿĪsā est divin et le fils de Allah[2].Le jour de l’exécration réciproque (Mubâhala) a eu lieu le 24 du mois de dhû al-hijja.

Le verset de Mubâhala[modifier | modifier le code]

Le verset de Mubâhala est le verset 61 de la sourate Al-i-Imran

« A ceux qui te contredisent à son propos, maintenant que tu en es bien informé, tu n'as qu'à dire: «Venez, appelons nos fils et les vôtres, nos femmes et les vôtres, nos propres personnes et les vôtres, puis proférons exécration réciproque en appelant la malédiction d'Allah sur les menteurs[3] »

.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Dans la neuvième année de l'Hégire Prophète de l'Islam a écrit une lettre à Abdul Haris Ibn Alqama, le Grand évêque de Najran qui était le représentant officiel de l'Église romaine dans le Hedjaz, et a invité les habitants de cette région à embrasser l'Islam. En réponse à cette lettre, les chrétiens ont envoyé une députation à Mahomet[4]. Une polémique a eu lieu entre le prophète et la délégation chrétienne sur leur croyance disant que Jésus est Dieu ou l’incarnation de Dieu ou encore le fils de Dieu. Le prophète a affirmé que Jésus est une créature de Dieu et, comme ils ne voulaient pas l’accepter, il les a invités à procéder à l’exécration réciproque. Cela est signalé par les versets coraniques qui disent :

« Pour Allah, Jésus est comme Adam qu'Il créa de poussière, puis Il lui dit: «Sois»: et il fut[5]. »

.

« La vérité vient de ton Seigneur. Ne sois donc pas du nombre des sceptiques[6]. »

« Si quelqu’un te contredit après ce que tu as reçu en fait de science, dis : ‘Appelons nos fils et vos fils, nos femmes et vos femmes, nous-mêmes et vous-mêmes ; nous ferons alors une exécration réciproque en appelant une malédiction de Dieu sur les menteurs[3] »

.


Les participants[modifier | modifier le code]

Le Prophète choisit quatre personnes pour représenter les musulmans Hasan, Husayn, Fatima et Ali Ibn Abi Talib. Al-Husayn se trouvait sur les épaules du Prophète, lequel avait pris Al-Hasan par la main alors que Fatima et Ali le suivaient derrière. Le Prophète leur demanda alors de dire : « Amen » après chaque invocation qu’il récite. De leur côté, les chefs de la délégation de Najran s’entretenaient entre eux en disant que si « Mohammed » vient accompagné de son armé, alors il n’est pas sincère, mais s’il vient seul avec sa famille, alors il devient évident qu’il croit sincèrement en son message.

Le jour de Mubâhala[modifier | modifier le code]

Quand ils virent arriver le Prophète accompagné des seuls quatre membres de sa chère famille, ils en furent étonnés. L’évêque dit alors:

« je voie des visages qui, s’ils font des invocations, les plus grandes montagnes se déplacent immédiatement. Il n’est pas raisonnable d’exercer l’exécration réciproque avec ces nobles personnes car il est possible que nous périssions et que le châtiment nous atteigne et que l’ensemble des chrétiens du monde ne périssent du même coup[7] »

.

La délégation se mit d’accord pour ne pas exercer l’exécration réciproque et de payer l’impôt annuel en contrepartie de la sécurité pour leur vie et leurs biens[8].

Mention de cet événement dans les livres sunnites[modifier | modifier le code]

Abollfda Ismail ibn Kathir Damas écrit dans son commentaire:

« Certains des chrétiens de Najran vint au Prophète et ils ont fait valoir avec lui au sujet de Jésus... Quand le Prophète les a appelés à Mubâhala, Le Prophète est venu avec Ali, Fatima, Hassan et Hussein[9]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Muhammad Husayn Tabataba'i, Tafsir al-Mizan, sourate Aale IMRAN, versets 61-63, Tawheed Institut Australie Ltd, (lire en ligne)
  2. Muhammad Saed Abdul-Rahman, Tafsir Ibn Kathir Juz '3 (Partie 3): Al-Baqarah 253 à Al-I-Imran 92, MSA, (ISBN 978-1-86179-679-0)
  3. a et b Sourate Al-i-Imran , 3:61
  4. Samih Atif Zayn, Mohammad (s) dar Medina, Téhéran, Jami, , 1091–1103 p.
  5. Sourate Al-i-Imran ,3:59
  6. Sourate Al-i-Imran , 3:60
  7. ّAl Fakhr Al Razi, Tafseer Al Kabeer
  8. MjmaolBayan Fi Tafsir al-Coran, Beyrouth,
  9. ّAbollfda Ismail ibn Kathir Damas, تفسیر القرآن العظیم, vol. 1, p. 370