Ar-Rum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

30e sourate du Coran
Les Romains
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Informations sur cette sourate
Titre original سورة الروم, Ar-Rûm
Titre français Les Romains
Ordre traditionnel 30e sourate
Ordre chronologique 84e sourate
Période de proclamation Période mecquoise
Nombre de versets (ayat) 60
Nombre de subdivisions (rukus) 6
Nombre de prosternations 0
Ordre traditionnel
Ordre chronologique

Ar-Rûm (arabe : سورة الروم, français : "Les Romains") est le nom traditionnellement donné à la 30e sourate du Coran, le livre sacré de l'Islam. Elle comporte 60 versets. Rédigée en arabe comme l'ensemble de l'œuvre religieuse, elle fut proclamée durant la période mecquoise.

Causes de révélations et origine du nom[modifier | modifier le code]

Les premiers versets de cette sourate ont été révélés à Mahomet pour faire la bonne annonce aux musulmans, dans la Péninsule Arabique, qui craignaient la victoire des Perses mazdéens (car polythéistes selon les musulmans) contre les Gens du Livre (les chrétiens notamment - préférés par les musulmans à l'époque).

C'est en référence au contenu du verset 2-3 que cette sourate a été appelée ainsi : Les "Romains" ont été vaincus, dans le pays voisin, et après leur défaite ils seront les vainqueurs, dans quelques années. Les Romains cités dans le Coran sont en fait les Romains d'Orient byzantins dont les territoires s'étendaient du nord de la Péninsule Arabique jusqu'au centre de l'Europe.

Période de proclamation[modifier | modifier le code]

Selon la tradition musulmane, contestée par certaines recherches universitaires, cette sourate a été proclamée pendant la période mecquoise, c'est-à-dire schématiquement durant la première partie de l'histoire de Mahomet avant de quitter La Mecque[1]. Les savants musulmans s'accordent pour dire que cette sourate occupe la 84e place dans l'ordre chronologique[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Cette sourate fait le récit de la récente défaite des byzantins contre les Perses durant la bataille d'Antioch (en). Elle oppose le monothéisme des Byzantins à l’idolâtrie des Perses et promet la victoire aux Byzantins.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Versets 1–7 : La défaite des romains[modifier | modifier le code]

Dye considère cette sourate comme « extrêmement ambigu[e] ». Comme « il n’existe pas de tradition orale fiable et ininterrompue qui [...] garantirait l’exactitude » de l’ajout des voyelles sur le rasm consonantique, Dye le remet en question. L’aspect des verbes dans leur composante consonantique ne permet de savoir s’il s’agit d’un texte qui se veut prophétique, d’une malédiction (point de vue de Kropp[3]) ou d’un simple encouragement. Dye se dit tenté de suivre la première hypothèse et de dater la rédaction d’après 629[3]. Pregill s’interroge sur l’évènement historique qui pourrait être évoqué dans la sourate, plusieurs étant  en contradictions avec le récit traditionnel des débuts de l’islam[3].

Tesei, qui place un terminus post quem en 628 pour la rédaction de ce texte fait une comparaison avec l’Histoire de Maurice de Theophylact Simocatta (daté du règne d’Heraclius). Ce texte, comme d’autres de cette période, donne aussi une dimension eschatologique à la victoire romaine[3]. Dye et Hawting associent les réjouissances de « croyants » à une espérance eschatologique[3].

Imbert relève qu’un graffiti coranique trouvé à Gabal ‘Usays (Syrie) est décontextualisé et s’interroge sur le sens de cette réjouissance.  Hawting se demande si la mention de la défaite byzantine « dans le pays proche » pourrait nous renseigner sur l’origine géographique des matériaux intégré aux Coran[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blachère R., Le Coran, 1966, p. 103.
  2. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)
  3. a b c d e et f Azaiez, M. (Ed.), Reynolds, G. (Ed.), Tesei, T. (Ed.), et al. (2016). The Qur'an Seminar Commentary / Le Qur'an Seminar. A Collaborative Study of 50 Qur'anic Passages / Commentaire collaboratif de 50 passages coraniques. Berlin, Boston: De Gruyter., passage QS 29 Q 30:1–7