Al-Kafirun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hilye by unknown calligrapher.jpg

Sūrat al-Kāfirūn (arabe : سورة الكافرون) est le nom de la 109ème sourate (chapitre) du Coran. Al-Kafirun, c’est-à-dire ceux qui pratiquent une religion différente de l’Islam, peut être traduit par plusieurs mots : dénégateurs, incrédules, infidèles, mécréants.

C’est une des sourates les plus brèves du Coran, avec six versets. Comme beaucoup de sourates brèves, elle prend la forme d'une invocation, qui vise à ce que le lecteur, ou le récitant, garde à l’esprit la différence entre croyance et incroyance. Elle se termine ainsi par le verset suivant : "à toi ta religion, et à moi la mienne".

Elle a été récitée pour la première fois par Mahomet à la Mecque, à une époque où les Musulmans étaient persécutés par les polythéistes.

La sourate en arabe[modifier | modifier le code]

texte en écriture arabe[modifier | modifier le code]

« بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

قُلْ يَا أَيُّهَا الْكَافِرُونَ

لَا أَعْبُدُ مَا تَعْبُدُونَ

وَلَا أَنْتُمْ عَابِدُونَ مَا أَعْبُدُ

وَلَا أَنَا عَابِدٌ مَا عَبَدْتُمْ

وَلَا أَنْتُمْ عَابِدُونَ مَا أَعْبُدُ

لَكُمْ دِينُكُمْ وَلِيَ دِينِ »

transcription en écriture latine[modifier | modifier le code]

Surah Al Kafirun

Bismillahi r-rahmani r-rahim

1. Qul ya ayyuha al-kafiroun

2. La a'boudou ma ta'boudoun

3. Oua-la antoum 'aaaybiduna maaa a'boud

4. Oua-la 'ana 'aaaybidunm maaaa 'abadtoum

5. Oua-la 'antum 'abidouna maaaa'boud

6. Lakoum dinoukoum oua-liya dini

Traduction[modifier | modifier le code]

Traduction de Muhammad Hamidullah (1959) [1][modifier | modifier le code]

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Dis : « Ô vous les infidèles !
Je n’adore pas ce que vous adorez.
Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.
Je ne suis pas adorateur de ce que vous adorez.
Et vous n’êtes pas adorateurs de ce que j’adore.
À vous votre religion, et à moi ma religion. »

Traduction de Albert Kazimirski (1852) [2][modifier | modifier le code]

Dis : Ô INFIDÈLES !
Je n’adorerai point ce que vous adorez.
Vous n’adorerez pas ce que j’adore.
Je n’adore pas ce que vous adorez.
Vous n’adorez pas ce que j’adore.
Vous avez votre religion, et moi j’ai la mienne.

Notes et références[modifier | modifier le code]