Yusuf (sourate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
12e sourate du Coran
Joseph
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Informations sur cette sourate
Titre original يوسف, Yusuf
Titre français Joseph
Ordre traditionnel 12e sourate
Ordre chronologique 53e sourate
Période de proclamation Période mecquoise
Nombre de versets (ayat) 111
Ordre traditionnel
Ordre chronologique

La sourate Yusuf (arabe : يوسف, français : Joseph) est la 12e sourate du Coran. Elle comporte 111 versets et c’est la seule sourate révélée en une seule fois. Elle est également la seule à aborder le prophète éponyme. Cette sourate a une grande importance pour le thème de l’interprétation des rêves.

 Origine du nom[modifier | modifier le code]

Bien que le titre ne fasse pas directement partie du texte coranique[1], la tradition musulmane a donné comme nom à cette sourate Joseph car cette sourate parle notamment du prophète Joseph[2].

Période de proclamation[modifier | modifier le code]

Selon la tradition musulmane, cette sourate a été proclamée pendant la période mecquoise, c'est-à-dire schématiquement durant la première partie de l'histoire de Mahomet avant de quitter La Mecque[3]. Les savants musulmans s'accordent pour dire que cette sourate occupe la 53e place dans l'ordre chronologique[4].

D'après l'exégèse scientifique cependant cette distinction en deux ensembles de sourates est peu probante puisque qu'elle fait reposer l'organisation du Coran suivant un ordre chronologique de proclamation, hypothèse hautement spéculative car elle repose sur les « convictions que le Coran n’a qu’un seul auteur, qu’il n’a aucun rédacteur, et qu’il reflète l’expérience d’une communauté ayant existé autour de Muḥammad, à la Mecque et à Médine, entre 610 et 632 »[5]. Le « relatif consensus des spécialistes » admettant une élaboration du Coran « jusqu'à plus d'un demi-siècle après la mort du Prophète » principalement sur la mise en forme du texte mais pouvant aussi concerner les contenus, de ce fait la datation du Coran n'est pas formellement admise comme remontant à la fin de vie de Mahomet[6].

Le Coran est constitué de 114 sourates de longueurs inégales, présentées dans un ordre de longueur assez sensiblement décroissant, et non dans l'ordre chronologique des révélations. Dans l'ordre traditionnel, An-Nisa est la 4e sourate[3]. Les manuscrits anciens montrent des variations dans l'ordonnancement des sourates. Pour M.-A. Amir-Moezzi, « En sus de quelques variantes orthographiques et lexicographiques mineures, 22 % des 926 groupes de fragments étudiés présentent un ordre de succession de sourates complètement différent de l'ordre connu »[7]. Certains versets supprimées dans la forme canonisée du Coran ont été rajoutés au corpus des hadiths[8].

Résumé[modifier | modifier le code]

Après la basmala et trois versets introducteurs, l’histoire de Yusuf débute avec le rêve que le prophète raconta à son père Jacob, également prophète. Yusuf vit le soleil et la lune et onze étoiles se prosterner pour lui. Conscient de l'importance de cette vision, Jacob dit à Yusuf de se garder de raconter son rêve à ses frères, envieux des a proximité à Jacob. Ceux-ci décidèrent de comploter à son égard en prétextant une sortie pour le divertir. Jacob redouta cette soudaine proposition, mais laissa tout de même Joseph les accompagner. Ils finirent par le jeter dans un puits. Il y a plusieurs ellipses dans cette sourate . Récupéré par un notable égyptien, le récit de l'histoire de Yusuf, fils d'Israël (nom donné à Jacob), se poursuit par la séduction tentée par la femme de Potiphar, appelé al-ʿAzīz dans le Coran, Zouleykha, à l'égard de Yusuf. Etant un Prophète préservé des grands péchés, Yusuf se retourna, alors que Zouleykha le saisit par sa chemise. Son vêtement, déchiré à l’arrière, fut la preuve que la femme de Potiphar souhaita s'offrir à lui et qu'elle chercha même à l’étreindre de force . Vu les rumeurs en ville, la femme de Potiphar invita les égyptiennes à un repas; elle prit des couteaux avec un rafraîchissement. Elle ordonna à Yusuf d'entrer, et "Charmées de sa beauté, toutes les femmes le comblèrent de louanges. Elles se coupèrent les doigts par distraction, et s’écrièrent : O Dieu ! ce n’est pas un homme, c’est un ange noble"[9]

Mis en prison suite à la volonté de Zouleykha, le Prophète y passa plusieurs années. Il y fut connu pour son honnêteté et surtout pour son don à interpréter les rêves "c'est une science que Dieu m'a enseigné après avoir suivi  la religion de mes pères Abraham, Isaac, Jacob ". Il interprètera le rêve de deux jeunes hommes en prison: pour l'un, dans trois jours tu seras crucifié, les corbeaux viendront picorer ta tête; pour l'autre; tu reprendras ta place de servant auprès du roi. Toutes ses interprétations se réalisèrent au cours des trois jours "l'affaire sur laquelle vous me questionnez est d 'ores et déjà décidée"

Lorsque le pharaon AMENOTHEP 4 fit un rêve, son servant se rappela de la promesse faite à Joseph de ne pas l'oublier quand il lui donna l'interprétation de son rêve : "votre majesté je peux vous amener un interprète qui se trouve à la prison de ZAWIRA". C'est ainsi que Yusuf fut libéré et pu rejoindre le palais et pour donner l'exégèse des deux rêves . Après quelque temps, il le libéra et le fit gouverneur d’Égypte après la mort de Potiphar.

(A compléter)


Hadiths liés à cette sourate[modifier | modifier le code]

1- Hadith : La beauté de l'envoyé d'Allah Youssouf.


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Allah a dit dans la sourate Youssouf n°12 verset 31 (traduction rapprochée du sens du verset): « Lorsqu'elles le virent, elles l'admirèrent, se coupèrent les mains (*) et dirent: À Allah ne plaise! Ce n'est pas un humain, c'est un ange noble! ».


C'est à dire que les femmes de la ville étaient invitées par la femme de Al'Aziz pour lequel Yousouf (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) travaillait. Lorsqu'elles lui ont demandé de sortir vers elles, elles se sont alors coupées les mains en pensant qu'elles coupaient les aliments qui leur avaient été donnés par leur hôte tellement elles ont été émerveillées par la beauté de Yousouf (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui). (Voir par exemple Tawfiq Al Rahman Fi Dourous Al Quran vol 1 p 526).

D'après Anas Ibn Malik (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il a été donné à Youssouf la moitié de la beauté ». (Rapporté par Ibn Abi Chayba et authentifié par Cheikh Albani dans la Silsila Sahiha n°1481).


2- Hadith : Parmi les mérites du Prophète d'Allah Yousouf.


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Al Hassan Al Basri, le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Qu'Allah fasse miséricorde à mon frère Youssouf (1), si le messager m'était venu après la longue période en prison (2) je me serais empressé de lui répondre alors que lui a dit: -Retourne vers ton maître et demande lui concernant les femmes- (3) ». (Rapporté par Ahmed dans Kitab Zouhd et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°3491).

(1) Il s'agit du prophète d'Allah Yousouf (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui).

(2) Dans la sourate Yousouf n°12, Allah a mentionné à partir du verset 32 l'histoire de l'emprisonnement de Son prophète Yousouf (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui). Il a été emprisonné injustement après avoir refusé de commettre l'adultère avec la femme de l'homme qui l'employait.

(3) Il s'agit du verset 50 de la sourate Yousouf n°12.

C'est à dire que Yousouf (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit au messager du roi qui était venu à lui pour le faire sortir de prison qu'il refusait de sortir tant qu'il ne serait pas innocenté, auprès du roi et auprès des gouvernés, des accusations injustes pour lesquelles il a été emprisonné. (Tefsir ibn Kathir).

Lorsque le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit qu'à sa place il se serait empressé de répondre au messager du roi, il a dit ceci par modestie et afin de montrer le mérite de Yousouf (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui). (Fayd Al Qadir, hadith n°4438).


3- Hadith : La description des gens du paradis et des gens de l'enfer.


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Al Miqdam (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n'y a personne qui meurt né ou de vieillesse, et certes les gens sont entre cela et cela, sans qu'il ne soit ressuscité en ayant l'âge de 33 ans. Si la personne fait partie des gens du paradis, elle sera à la taille d'Adam, à l'image de Youssouf et avec le coeur de Ayoub. Par contre ceux qui feront partie des gens du feu seront grandis comme des montagnes ». (Rapporté par Al Bayhaqi et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3701).

L'imam Nawawi (mort en 676 du calendrier hégirien) a dit que la raison pour laquelle les gens du feu seront si grands une fois dans le feu est qu'ainsi ils souffriront davantage. (Charh Sahih Mouslim, hadith n°2851).

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Chouraqui, Le Coran, traduction et commentaires, 1990, p. 15.
  2. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, France, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)
  3. a et b Blachère R., Le Coran, 1966, p. 103.
  4. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)
  5. Gabriel Said Reynolds, « Le problème de la chronologie du Coran », Arabica, no 58,‎ , p. 477
  6. Michel Cuypers et Geneviève Gobillot, Le Coran: idées reçues sur le Coran, Le Cavalier Bleu Editions, (ISBN 9782846706674, lire en ligne), p. 17
  7. Michel Cuypers et Geneviève Gobillot, Le Coran: idées reçues sur le Coran, Le Cavalier Bleu Editions, (ISBN 9782846706674, lire en ligne), p. 22
  8. Michel Cuypers et Geneviève Gobillot, Le Coran: idées reçues sur le Coran, Le Cavalier Bleu Editions, (ISBN 9782846706674, lire en ligne), p. 23
  9. Fin du verset 30 de la sourate Yusuf, traduction de Savary disponible sur Wikisource.