L'Église

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Église est une pièce de théâtre de l'écrivain français Louis-Ferdinand Céline, publiée en 1933. Cette pièce peut être vue comme le fondement de l'œuvre majeure de l'auteur, Voyage au bout de la nuit. Céline, de son propre aveu, se montre toutefois médiocre dans le genre théâtral : « Je ne suis pas un homme de théâtre, peut-être que mes dialogues les feront marrer... En tout cas, il y a une technique spéciale, des trucs, un certain nœud qui m'échappe... » (L'Intransigeant, 1er juillet 1933).

Louis-Ferdinand Céline en parlera comme d'une pièce sur la Société des Nations[1].

L'Église fut représentée pour la première fois à Lyon en décembre 1936.

Jean-Paul Sartre, au début de son roman La Nausée, cite en exergue une phrase de L'Église « C'est un garçon sans importance collective, c'est tout juste un individu. »

Principales productions[modifier | modifier le code]

Compagnie Le Chantier Théâtre, Théâtre des Deux Portes 1973[2], puis Théâtre de la Plaine et Théâtre des Mathurins.
Mise en scène, décors et costumes de François Joxe, lumières de Jean-Pierre Abed, son de Georges Haddad.
Avec François Joxe (Bardamu), Cheik Doukouré (Mamadou / Tralamon), Ursula Kubler (Vera Stern), Jacques Hébert (Antoine / Délégué Saxon), Pierre Forget (Pistil), Élie Jourdain (Dr. Gaige / deuxième policier), Baaron (Mousso / un musicien), Jean Le Gall (Tandernot / le président Van den Prick), Daniel Postal (Inspecteur Clapot / militaire-Bonaparte), Jacques Roehrich (Major Larjunet / le client), Françoise Counot (Mme Larjunet / une dactylo), Edgar Legrand ou Alex (Gologolo), Mitzi (Flora Bonjour / une dactylo), Patrice Coursan (Marcel / le garçon de bureau), Renata Stendhal (Elisabeth Gaige), Jacques Sarais (Raspoutine / l'idéaliste scandinave), Didier Steffen (Docteur Darling / Colonel Cravach), Catherine Laborde (Janine / une danseuse), Antonin Baryel (le délégué Tchoucomacobromocrovène / Dr. Mermilleux), Gill Moutier-Gam (Miss Broum / Mme Baudrebut), Gilles Atlan (Yudenzweck), Jacques Roehrich (Mosaïc), Ganno Rigal (Moïse / Rissolet), Jean-Marie Gonzalès (Ventrenord / le premier policier)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Voyage au bout de la nuit, Romans 1, Éd. La Pléiade, 1981, p.1162
  2. Les Archives du spectacle