Ali Zayn al-Abidin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ali Zayn al-Abidin
Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
KoufaVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
MédineVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
زين العابدينVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Mère
Shahr Banû (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Fatima al-Sughra bint al-Husayn (en)
Ali al-Asghar ibn Husayn
Sakinah (Fatima al-Kubra) bint Husayn (en)
Sukayna bint Husayn
Ali al-Akbar ibn HusaynVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Fatimah bint al-Hasan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Religion
Maître
Élève
Baghi tomb.jpg

Vue de la sépulture.

`Ali Zayn al-`Âbidîn[1] (parure des croyants), parfois surnommé as-Sajâd[2] (le prosterné), né en 38 AH (658 ou 659 du calendrier grégorien) à Médine, mort en 95 AH (713 ou 714)[3], est le quatrième imam chiite selon les duodécimains et les ismaeliens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère est Shahr Banû[4] (dame de la cité) une des filles du dernier empereur sassanide de Perse Yazdgard III[5]. Son père est Husayn et son grand-père est `Ali. Il a épousé Fatima fille de Hasan, sa cousine germaine.

À la bataille de Karbala, il fut le seul survivant des enfants de Husayn. Lorsqu’on apporta le crâne de Husayn au calife omeyyade Yazîd Ier celui-ci fut effrayé.

«  Il frappa d’une baguette la bouche de Hosaïn et dit : “Nous nous serions contenté de la soumission des habitants de l’Irak sans ce meurtre”. »

Un spectateur présent lui dit :

«  “Écarte cette baguette de cette bouche que le Prophète a maintes fois baisée”. Yazîd irrité se retourna vers `Ali le jeune fils de Hosaïn et lui,dit : “Fils de Hosaïn, ton père a brisé les liens de la parenté, il s'est révolté contre moi et a méconnu mon droit ; c'est pour cela que Dieu lui a fait ce que tu as vu. ” `Ali répliqua: “Il n'arrive rien sur terre, ni à vous-même, qui ne soit, dès avant que nous l'eûmes créé, écrit dans le livre. Et cela est facile à Dieu (LVII vers. 22.)”[6] »

Ensuite, Yazîd ordonna de traiter Ali Zayn al-Abidin avec égards. Le bruit du massacre des membres de la famille du Prophète par l'armée de Yazîd s'amplifiant dans la capitale, et celui-ci craignant une fronde, il annonça publiquement son désaveu des évènements et ordonna que les captifs soient escortés à Médine, qu'ils avaient quittée six mois plus tôt, aux côtés de Husayn.

À Médine, Ali Zayn al-Abidin resta à l’écart des intrigues politiques, ayant la vie consacrée à la religion, musulman exemplaire passant beaucoup de temps en prière ce qui lui valut son surnom as-Sajâd.

Sa succession va amener une première division dans le chiisme. La majorité, dont les duodécimains et les ismaeliens, pensait que son successeur légitime était Muhammad al-Bâqir, mais une minorité, les zaydites, pensait que ce devait être l’autre fils d'`Ali Zayn al-`Âbidîn, Zayd ben `Alî.

Il est mort à Médine en 713 empoisonné. Il est enterré à Médine au cimetière d’al-Baqî`et laissa de nombreux enfants.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Ali Zayn al-Abidin sont Risalat al-Huquq ou Le traité des droits et livre d’invocations, Sahîfa Sajjâdiya.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En arabe : abū muḥammad `alīy ben al-ḥasan zayn al-`ābidīn, أبو محمد علي بن الحسين زين العابدين)
    al-`Âbidîn en arabe : `ābidīn, عابدين, parure des croyants
  2. as-Sajâd en arabe : as-sajād, السجاد, le prosterné)
  3. (en) « Imam Ali Ibn al Husayn (as) », sur Al-Islam.org (consulté le 23 octobre 2017)
  4. Shahr Banû en persan : šahr bānū, شهر بانو, dame de la cité)
  5. Mohammad Ali Amir-Moezzi, La religion discrète: croyances et pratiques spirituelles dans l'islam shi'ite, 416 p. (ISBN 978-2-7116-1857-6), p. 49
  6. Tabarî, traduit du persan par Hermann Zotenberg, La Chronique Histoire des prophètes et des rois, vol. II, Actes Sud / Sindbad, coll. « Thésaurus », (ISBN 978-2-7427-3318-7), « Les Omayyades », p. 50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Documentation externe[modifier | modifier le code]