Al-Hajj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

22e du Coran
Le Pèlerinage
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Informations sur cette sourate
Titre original ّْاَلْحَج Al-Hajj
Titre français Le Pèlerinage
Ordre traditionnel 22e
Ordre chronologique 103e
Période de proclamation médinoise
Nombre de versets (ayat) 78
Nombre de prosternations 2 (versets 18 & 77) ou 2 Ruku (Raka'atayn) (si les versets sont récités lors d'une prière)
Ordre traditionnel
Ordre chronologique

Al-Hajj (arabe : سورة الحج, français : "Le Pèlerinage") est le nom traditionnellement donné à la 22e sourate du Coran, le livre sacré de l'Islam. Elle comporte 78 versets. Rédigée en arabe comme l'ensemble de l'œuvre religieuse, elle fut proclamée durant la période médinoise.

 Origine du nom[modifier | modifier le code]

Bien que le titre ne fasse pas directement partie du texte coranique[1], la tradition musulmane a donné comme nom à cette sourate Le Pèlerinage qui est ici à prendre au sens figuré : "chemin à parcourir par le croyant pour se rapprocher d'Allah"[2].

Période de proclamation[modifier | modifier le code]

Selon la tradition musulmane, contestée par certaines recherches universitaires, cette sourate a été proclamée pendant la période médinoise, c'est-à-dire schématiquement durant la seconde partie de la vie de Mahomet, après avoir quitté La Mecque[3]. Les savants musulmans s'accordent pour dire que cette sourate occupe la 103e place dans l'ordre chronologique[4].

Résumé[modifier | modifier le code]

Cette sourate parle du pèlerinage en tant que chemin que doit parcourir le croyant pour se rapprocher d'Allah : pureté, humilité, prière, adhérence à Allah et son message divin.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Cette sourate est dans la continuité des quatre précédentes (Al-Kahf, Maryam, Ta-Ha et Al-Anbiya) : elle s'appuie une nouvelle fois sur le rôle central des prophètes dans la recherche d'une adhérence des peuples à la parole d'Allah.

Pour les shafiistes et les hanbalistes, deux écoles de pensée du sunnisme, cette sourat est la seule à requérir deux prosternations à sa lecture alors que les hanafistes et les malikistes, les deux autres écoles de pensée du sunnisme, ne reconnaissent pas le second appel à la prosternation (appelée Sujud en arabe).

Hadiths liés à cette sourate[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Chouraqui, Le Coran, traduction et commentaires, 1990, p. 15.
  2. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, France, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)
  3. Blachère R., Le Coran, 1966, p. 103.
  4. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)