As-Sajda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
32e sourate du Coran
La prosternation
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Informations sur cette sourate
Titre original de la sourate السجدة, As-Sajda
Titre français de la sourate La prosternation
Ordre traditionnel 32e sourate
Ordre chronologique 75e sourate
Période de proclamation Période mecquoise
Nombre de versets (ayat) 30
Nombre de subdivisions (rukus) 0
Nombre de prosternations 1
Ordre traditionnel
Précédent Sourate 31 : Luqman (Luqman) Sourate 33 : les Coalisés (Al-Ahzab) Suivant
Ordre chronologique
Précédent Sourate 23 : Les croyants (Al-Mu'minun) Sourate 52 : La Montagne (At-Tur) Suivant

As-Sajda (arabe : السجدة, français : "La prosternation") est le nom traditionnellement donné à la 32e sourate du Coran, le livre sacré de l'Islam. Elle comporte 30 versets. Rédigée en arabe comme l'ensemble de l'œuvre religieuse, elle fut proclamée durant la période mecquoise.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Bien que ne faisant pas partie de la proclamation, la tradition musulmane a donné comme nom à cette sourate La prosternation[1].

Période de proclamation[modifier | modifier le code]

Cette sourate a été proclamée pendant la période mecquoise, c'est à dire schématiquement durant la première partie de l'histoire de Mahomet avant de quitter La Mecque. Les sourates de la période mecquoise traitent en général du rapport à Dieu, la foi, spiritualité, croyances islamiques (tawhid en arabe)[2].

Frise chronologique présentant les différentes étapes de la proclamation du Coran.
Frise chronologique présentant les différentes étapes de la proclamation du Coran.

Placement dans le chronologie des proclamations[modifier | modifier le code]

Le Coran est constitué de 114 sourates de longueurs inégales : la plus courte contient 3 versets (ayat) et la plus longue 286. Elles sont présentées dans un ordre de longueur assez sensiblement décroissant, et non dans l'ordre chronologique des révélations.

Les savants musulmans s'accordent pour dire que cette sourate occupe la 75e place dans l'ordre chronologique[3][4].

Résumé[modifier | modifier le code]

Interprétations[modifier | modifier le code]

Hadiths liés à cette sourate[modifier | modifier le code]

Un hadith est un principe de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans issu de la communication orale du prophète de l'Islam Mahomet. Ils sont compilés dans des recueils qui comprennent l'ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses compagnons. Avec les préceptes du Coran, les hadiths forment la Sunna. Les hadiths ne sont reconnus que par les sunnites, pas par les chiites qui y voit un point de divergence importants.

Plusieurs Hadiths sont liés à cette sourate dont celle de Jabir ibn Abdullah al-Ansari qui rapporte que le Prophète ne dormait pas avant d’avoir réciter cette sourate et la sourate 67 : al-Mulk (la Royauté).

Khalid ibn Ma‘dan rapporte la Tradition suivante : « Lisez celle qui sauve, à savoir la sourate as-Sajda, car on m’a rapporté qu’un homme la récitait sans rien lire d’autres et qu’il avait beaucoup de péchés. Or, cette sourate l’avait couvert de ses ailes et elle dit : « Seigneur ! Pardonne-lui, car il me récitait beaucoup ! » Le Seigneur lui permit alors d’intercéder en faveur de cet homme et Il dit (aux anges scribes) : ‘‘ Inscrivez en sa faveur une bonne action pour chaque péché et élevez-le d’un degré. ’’ »

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, France, Robert Laffont,‎ 1990, 625 p. (ISBN 2221069641)
  2. Mohammed Jamil Zinou, « Croyance de tout musulman »
  3. Organisation chronologique des sourates
  4. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, France, Robert Laffont,‎ 1990, 625 p. (ISBN 2221069641)