Abasa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

80e sourate du Coran
Il s’est renfrogné
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Informations sur cette sourate
Titre original عبس, Abasa
Titre français Il s’est renfrogné
Ordre traditionnel 80e sourate
Ordre chronologique 24e sourate
Période de proclamation Période mecquoise
Nombre de versets (ayat) 42
Ordre traditionnel
Ordre chronologique

Abasa (arabe : عبس, français : Il s’est renfrogné) est le nom traditionnellement donné à la 80e sourate du Coran, le livre sacré de l'Islam. Elle comporte 42 versets. Rédigée en arabe comme l'ensemble de l'œuvre religieuse, elle fut proclamée durant la période mecquoise.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Bien que le titre ne fasse pas directement partie du texte coranique[1], la tradition musulmane a donné comme nom à cette sourate Il s’est renfrogné[2], en référence au contenu du premier et second verset : « Il se renfrogne et se détourne parce que l’aveugle est venu vers lui. ».

Période de proclamation[modifier | modifier le code]

Cette sourate a été proclamée pendant la période mecquoise, c'est-à-dire schématiquement durant la première partie de l'histoire de Mahomet avant de quitter La Mecque[3]. Les savants musulmans s'accordent pour dire que cette sourate occupe la 24e place dans l'ordre chronologique[4].

Résumé[modifier | modifier le code]

Selon la tradition musulmane, contestée par certaines recherches universitaires, cette sourate raconte comment le prophète Mahomet a éconduit un aveugle qui lui posait une question et comment Dieu (Allah) l'a rappelé à l'ordre pour ceci. Elle souligne notamment l'importance, pour l'homme, d’être juste et bon, peu important le rang social de chacun.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Cette sourate fait partie du dernier groupe de sourate du Coran (sourate 67 à 114) caractérisé par un sens poétique beaucoup plus développé et par des sourates assez courtes. Chronologiquement, ce sont les premières sourates révélées, à la Mecque.

Cette sourate évoque un incident dans la tente privée du prophète où ce dernier, en train d'expliquer le contenu d'une sourate à plusieurs de ses adversaires quraïshites, repousse la question d'un aveugle ayant fait irruption dans la discussion. Plusieurs jours après, le prophète est pris de douleurs et de pertes d'équilibre. Peu après, il reçoit une nouvelle révélation : cette sourate.

Hadiths liés à cette sourate[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Chouraqui, Le Coran, traduction et commentaires, 1990, p. 15.
  2. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, France, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)
  3. Blachère R., Le Coran, 1966, p. 103.
  4. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)