Muhammad al-Jawad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Muhammad al-Taqi.
Muhammad al-Jawad
KadhimaynMosque.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 24 ans)
BagdadVoir et modifier les données sur Wikidata
nom dans la langue maternelle
محمد بن علی التقيVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Enfants
Ali al-Hadi
Musa al Mubarraqa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Élève

Muhammad al-Jawâd al-Taqî, (Muhammad b. 'Ali b. Musa b. Ja'far) le généreux, (arabe محمد الجواد التقي), Jawâd, généreux; Taqî, pieux, dévot) (12 avril 811, 27 novembre 835) est le neuvième Imam chiite duodécimain et alaouite.

Enfance[modifier | modifier le code]

Muhammad al-Taqî est né le 12 avril 811 à Médine. Ses parents sont l'imam `Alî ar-Ridhâ et Sa mère était Khaizaran, également connu sous le Sabika,une femme de la famille de Maria al-Qibtiyya,elles étaient d'origine copte Égyptienne. Il n'avait que huit ans à la mort de son père, et par conséquent on pouvait douter de son aptitude à assumer l'imamat. Il parvint cependant à tenir sa position avec l'aide du calife Al-Ma'mûn qui l'amena à Bagdad pour vivre auprès de lui. Enfin il épouse une sœur de Al-Ma'mûn, Umm al-Fadl.

Le savoir[modifier | modifier le code]

D'après la tradition des chiites duodécimains, les imams étaient aptes à donner un avis sur tous les sujets de religion et de droit et leurs avis étaient toujours légalement corrects. Concernant la transmission des connaissances d'un imam à l'autre il y a cependant une difficulté. En particulier dans le cas de Muhammad al-Taqî qui devint imam encore enfant, le point important est la transmission miraculeuse du savoir au moment de la mort de l'imam précédent. Les commentateurs chiites expliquent cet extraordinaire savoir à un jeune âge en se référant au cas de Jésus dont le Coran précise qu'il débuta sa mission alors qu'il était encore enfant[1].

Au cours de son séjour à Bagdad, il eut la réputation d'avoir une bonne connaissance des sciences islamiques (Ilm) surtout si l'on considérait son jeune âge. On relate que Al-Taqî a démontré son expertise lors d'un débat public avec les principaux savants de Bagdad.

Sous le règne des Abbassides[modifier | modifier le code]

Après avoir passé huit années à Bagdad, A-Taqî et son épouse sont partis pour Médine. Quelques années plus tard, après la mort de Al-Ma'mûn en 833 sa situation s'est détériorée avec le nouveau calife Al-Mu'tasim. Muhammad al-Taqî avait perdu son protecteur et ses relations avec le calife allèrent de mal en pis à cause de l'hostilité que Al-Muta'sim lui portait.

En 835, Al-Muta'sim ordonna à Muhammad al-Taqî de revenir séjourner à Bagdad où il espérait l'amener à adopter les mœurs prodigues de la cour. Muhammad al-Taqî laissa son fils `Alî al-Hâdî et sa mère à Médine et se rendit à Bagdad. Il y est resté plus d'un an, ne se laissant pas influencer comme Al-Mu'tasim l'espérait, au contraire il devint un savant reconnu dont on appréciait les débats.

La mort[modifier | modifier le code]

Muhammad al-Taqî est mort soudainement le 27 novembre 835. On attribue souvent cette mort à un empoisonnement par son épouse Umm al-Fadl à l'instigation de Al-Mu'tasim. Il a été enterré à côté de son grand-père Mûsâ al-Kâzim dans le cimetière des Quraych à Bagdad. Cette tombe est de nos jours contenue dans le mausolée de al-Kazimiya.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Coran, La table servie V; 110

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]