Al-Layl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

92e sourate du Coran
La Nuit
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Le Coran, livre sacré de l'islam.
Informations sur cette sourate
Titre original الليل, Al-Lail
Titre français La Nuit
Ordre traditionnel 92e sourate
Ordre chronologique 9e sourate
Période de proclamation Période mecquoise
Nombre de versets (ayat) 21
Ordre traditionnel
Ordre chronologique

Al-Lail (arabe : الليل, français : La Nuit) est le nom traditionnellement donné à la 92e sourate du Coran, le livre sacré de l'Islam. Elle comporte 21 versets. Rédigée en arabe comme l'ensemble de l'œuvre religieuse, elle fut proclamée durant la période mecquoise.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Bien que le titre ne fasse pas directement partie du texte coranique[1], la tradition musulmane a donné comme nom à cette sourate La Nuit[2], en référence au contenu du premier verset : « Par la Nuit, quand elle engloutit ».

Période de proclamation[modifier | modifier le code]

Selon la tradition musulmane, contestée par certaines recherches universitaires, cette sourate a été proclamée pendant la période mecquoise, c'est-à-dire schématiquement durant la première partie de l'histoire de Mahomet avant de quitter La Mecque[3]. Les savants musulmans s'accordent pour dire que cette sourate occupe la 9e place dans l'ordre chronologique[4].

Résumé[modifier | modifier le code]

1. Par la nuit, quand elle enveloppe tous, 2. Par le jour, quand il apparait 3. Et par celui qui a créé le mâle et la femelle, 4. Certes, vos efforts sont vraiment divers 5. Mais quiconque a donné, et a eu de la piété, 6. Et qu'il a confirmé la Husna (ALLAH) 7. Alors nous lui assurons la facilité, 8. Et quand a celui qui est avare, et dédaigne tout le reste, 9. Et qui dément la Husna, 10. Alors nous lui faciliterons la difficulté. 11. Ses richesses ne lui serviront a rien, lorsqu'ils seront détruits. 12. Certes, c'est à nous de guider 13. Certes le premier et le dernier nous appartiennent assurrément, 14. Je vous ai donc averti d'un feu qui flambe, 15. Ou ne sera jeté que les misérables, 16. Qui dément la Husna(ALLAH), et tourne le dos.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Cette sourate fait partie du dernier groupe de sourate du Coran (sourate 67 à 114) caractérisé par un sens poétique beaucoup plus développé et par des sourates assez courtes. Chronologiquement, ce sont les premières sourates révélées, à la Mecque.

Cette sourate utilise la dualité Jour/nuit sous différent aspect pour imager le chemin spirituel de l'homme.

Hadiths liés à cette sourate[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Chouraqui, Le Coran, traduction et commentaires, 1990, p. 15.
  2. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, France, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)
  3. Blachère R., Le Coran, 1966, p. 103.
  4. André Chouraqui, Le Coran : L'appel, Robert Laffont, , 625 p. (ISBN 2221069641)