Louis Vogel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis Vogel
Illustration.
Louis Vogel en 2018.
Fonctions
Maire de Melun
En fonction depuis le
(5 ans et 6 jours)
Élection
Prédécesseur Gérard Millet
Président de la communauté d'agglomération Melun Val de Seine
En fonction depuis le
(6 ans, 11 mois et 15 jours)
Élection
Prédécesseur Bernard Gasnos
Président de la Conférence des présidents d'université

(2 ans et 4 jours)
Prédécesseur Lionel Collet
Successeur Jean-Loup Salzmann
Président de l'Université Panthéon-Assas

(5 ans, 11 mois et 17 jours)
Prédécesseur Jacqueline Dutheil de La Rochère
Successeur Guillaume Leyte
Membre de l'Institut de France - Académie des sciences morales et politiques
Élection
Prédécesseur André Damien
Président de l'Agence de mutualisation des universités et des établissements

(1 an, 10 mois et 2 jours)
Président du PRES Sorbonne Universités

(2 ans et 27 jours)
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Sarrebruck (Allemagne)
Nationalité Française
Parti politique LR (2015-2017)
Agir (depuis 2017)
Diplômé de IEP de Paris
Université Yale
Université Panthéon-Sorbonne
Faculté de Droit de Nancy (Université de Lorraine)
Docteur Honoris Causa de l'Université Humboldt de Berlin
Profession Professeur agrégé des Facultés de droit
Avocat aux barreaux de Paris (1981), New York (1990), Bruxelles (1992) et Francfort (1993)

Louis Vogel, né le [1] à Sarrebruck, est un homme politique français, professeur agrégé de droit privé, avocat et membre de l'Institut de France. De 2006 à 2012, il est Président de l'Université Paris II Panthéon-Assas. Maire de Melun depuis 2016 et Président de la communauté d'agglomération Melun Val de Seine depuis 2014 (réélu dans ses deux fonctions en 2020)[2],[3], il est membre de l'UMP puis du parti Les Républicains en 2015 avant de devenir membre cofondateur d’Agir depuis 2017.

Formation[modifier | modifier le code]

Louis Vogel est diplômé de la Faculté de Droit de Nancy (Université de Lorraine - 1973)[4], de l'Institut d'études politiques de Paris (1976), de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (1978)[5], titulaire d'un LL.M. à la Yale Law School (1982), docteur d'État en droit (1985)[6] et agrégé de droit privé (1989)[7].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Carrière au sein de l'Université Paris II Panthéon-Assas[modifier | modifier le code]

Louis Vogel enseigne à l'Université Paris II Panthéon-Assas le droit de la concurrence et le droit européen des affaires. Il est l'auteur d'un certain nombre d'ouvrages en droit économique (droit français de la concurrence et de la distribution)[8]. Il est par ailleurs directeur de l'Institut de droit comparé de Paris et responsable du master 2 Recherche de droit comparé, du master 2 professionnel de droit européen des affaires, ainsi que du master 2 Économie et droit de l'université Panthéon-Assas.

Il préside l'université Panthéon-Assas du au . Les réformes mises en œuvre à l’université Paris 2 sous sa présidence sont nombreuses : réalisation des grands travaux sur le centre Assas, création du Collège de droit[9], mise en place des bilicences (avec le Collège de La Sorbonne Paris 4 et l’UPMC)[10],[11], création de la Maison du droit[12] et du concours de plaidoirie[13], ouverture de la "Job Fair" aux autres facultés de droit, construction du PRES Sorbonne Université[14].

Avec la mise en place des parcours différenciés, Louis Vogel marquera une fois de plus l'histoire de l'Université : en plus du parcours de droit classique, deux filières ont été créées en 2008. Le parcours «réussite»[15] en première année est destiné aux élèves qui ont des lacunes. Surtout le Collège de droit, filière d’excellence pour les plus brillants (environ 120 élèves par an, jusqu’au M1) permet la création d'une filière d’excellence pour faire face à la concurrence de Sciences po ou d’autres écoles, qui se présentent comme de grandes écoles de droit.

Avec lui, Assas a pris très tôt le virage de l’autonomie et du PRES (2010) avec Paris 4 et Paris 6 («Sorbonne Université»), "et enfin le couronnement : la victoire à l’Idex"[13] .

Présidence de la Conférence des présidents d'université[modifier | modifier le code]

Il publie en 2010 un ouvrage[16] - L'Université, une chance pour la France - dans lequel il constate "non seulement combien son université souffre de ses blocages, mais aussi qu’elle désire et réussit à changer. Il rappelle ainsi à quel point les caractéristiques les plus traditionnelles de l’Université, sa démocratie interne, le dévouement de ses acteurs, son amour rare et désintéressé du savoir et de la recherche en font le modèle le plus adapté à notre époque d’économie de la connaissance".

Il est brillamment élu ("Au ministère, on veut lire dans cette élection un «message intéressant», et même «révolutionnaire»"[17]) président de la Conférence des présidents d'université de à [18],[19], mandat durant lequel il fera de "la CPU [...] un acteur majeur de la reconfiguration de l'enseignement supérieur français, et de son entrée dans la compétition internationale[17].

Élection à l'Institut de France[modifier | modifier le code]

En , il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques au fauteuil d'André Damien[20].

Autres[modifier | modifier le code]

En 2013, il est candidat à la direction de Sciences Po (en remplacement de Richard Descoings, décédé); cependant il retire sa candidature, considérant le processus de nomination insuffisamment transparent[21].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Avocat aux barreaux de Paris (1981), New York (1990), Bruxelles (1992) et Francfort (1993)[22], il est membre fondateur de la société d'avocats Vogel & Vogel, spécialisé notamment en droit de la concurrence, de la régulation, de la distribution et de la consommation[23]. Le , le magazine GQ classe Louis Vogel et Joseph Vogel parmi les avocats les plus puissants de France et précise[24] : "La liste de leurs clients paraît irréelle : Bouygues, TF1, Renault, PSA, GDF Suez, Chevrolet, Numericable-SFR, groupes Doux et Gad... Ces discrets avocats officient dans un secteur – la concurrence – où leurs clients risquent des millions d’euros.Ils veulent aussi "remettre le droit au cœur de la société", ont créé le Club d’Iéna et travaillent à des produits juridiques concernant l’intelligence artificielle."

Politique[modifier | modifier le code]

Maire de Melun et Président de la Communauté d'Agglomération Melun Val de Seine[modifier | modifier le code]

En mars 2014, Louis Vogel s'engage en politique comme premier adjoint au maire de Melun (Préfecture de Seine-et-Marne) puis est élu président de la Communauté d'Agglomération Melun Val de Seine.

Le , il est élu maire de la ville de Melun[25] et prend la suite de Gérard Millet[26], son prédécesseur élu en 2002.

Louis Vogel, le 28 juin 2020, au soir de sa victoire aux élections municipales.

Soutenu par Valérie Pécresse[27], il est candidat à sa succession aux élections municipales du 28 juin 2020. Après être arrivé en tête dans tous les bureaux de vote lors du 1er tour[28] à Melun, il est largement réélu en triangulaire (20 points devant le second, 30 points devant le troisième) avec 50,6 % des suffrages[29]. Il est également facilement réélu Président de la Communauté d'Agglomération Melun Val de Seine le 10 juillet 2020[2].

Think Tank Club d'Iéna[modifier | modifier le code]

Il préside le Club d'Iéna[30], think tank réunissant juristes et acteurs de la société civile autour de débats juridiques et politiques, qui dans le cadre des primaires de la droite et du centre a reçu une grande partie des candidats à l'investiture du parti LR[31].

Fondation du parti politique Agir, la droite constructive[modifier | modifier le code]

Le , il annonce son départ des Républicains pour contester la prise de position de certains élus, qui auraient notamment refusé de se prononcer clairement contre Marine le Pen pendant l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 2017[32]. Il brigue l'investiture La République en marche pour les élections législatives qui suivent[33],[34]. En , il participe à la création d'Agir, la droite constructive avec Franck Riester, Claude Malhuret, Agnès-Firmin Le Bodo, Pierre-Yves Bournazel ou encore Fabienne Keller.

La République des Maires[modifier | modifier le code]

Le 9 juin 2019, dans une tribune qu'il consigne avec 72 élus locaux de la droite et du centre-droit et notamment le Maire d'Angers Christophe Béchu[35], il déclare être de : "ceux qui souhaitent la réussite impérative de la France, c’est pourquoi nous voulons la réussite du président de la République et du gouvernement car rien ne se construira sur leur échec".

Ensemble, ils considèrent " [qu'] Un grand nombre de solutions se trouvent et se prennent au local. Elles existent, elles sont parfois déjà expérimentées sur nos territoires. Elles ne demandent qu’à se propager.C’est ce défi majeur que nous souhaitons collectivement relever. C’est ce projet que nous invitons les Maires et des élus locaux à construire en nous rejoignant."[36]

Dans un Livre Blanc auquel il participe (page 26), fruit d’un premier travail réalisé avec celles et ceux qui constituent aujourd’hui le socle fondateur de la République des maires, il propose "Un plan global pour l’éducation" afin de suivre et aider les plus jeunes pour les accompagner vers la réussite scolaire à travers des dispositifs d’éducation qui visent à couvrir l’ensemble des situations problématiques que les jeunes peuvent rencontrer au cours de leur scolarité[37].

Il est aujourd'hui membre du Bureau et trésorier de La République des Maires[38].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Classement par ordre chronologique de publication

  • L'Université, une chance pour la France, PUF, 2010 (ISBN 978-2130585268)
  • Traité de droit comparé : le droit de l'Occident et d'ailleurs (en collaboration avec A. Gambaro et R. Sacco), LGDJ, 2011 (ISBN 978-2275036717)
  • Droit européen des affaires, Précis Dalloz, 2012 (ISBN 978-2247059140)
  • Code de la concurrence : droit français et européen (LawLex/Bruylant 2015)
  • Traité de droit économique. Tome 1, Droit de la concurrence, LawLex/Bruylant 2015 (traduit en anglais)
  • Traité de droit des affaires : du droit commercial au droit économique, Ripert et Roblot, volume 1, LGDJ, 20th ed.,
  • Justice Année zéro : 20 propositions pour la justice de demain (préface de Dominique Perben), Ramsay, 2016
  • Les 7 pêchés capitaux de l’Europe (préface de Franck Riester), Ramsay, 2018

Références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF12082172
  2. a et b Par Sylvain DeleuzeLe 10 juillet 2020 à 17h34, « Seine-et-Marne : Louis Vogel réélu à la tête de l’agglomération de Melun », sur leparisien.fr, (consulté le 30 novembre 2020)
  3. « Louis Vogel élu maire de Melun : voici ce qui attend les habitants », sur actu.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  4. « Un nouveau CA représentatif des membres de l'Amue - Amue », sur www.amue.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  5. « Louis Vogel - CV »
  6. Concentration économique et systèmes de droit de la concurrence, thèse soutenue à université Paris II-Assas en 1985
  7. « Vogel & Vogel - Louis Vogel », sur www.vogel-vogel.com
  8. « Livres de Bruylant / Lawlex », sur www.lgdj.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  9. « Présentation du Collège de droit », sur Collège et École de droit (consulté le 30 novembre 2020)
  10. « Sciences et Droit - Le Double Cursus Assas UPMC », sur ADLSD (consulté le 30 novembre 2020)
  11. « Le PRES Sorbonne Universités va lancer une école internationale du... », sur www.aefinfo.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  12. « Maison du droit », sur Université Paris 2 Panthéon-Assas (consulté le 30 novembre 2020)
  13. a et b « La présidence Vogel : un virage pour l’université Paris 2 », sur www.letudiant.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  14. « Louis Vogel élu président du PRES Sorbonne Universités à compter du... », sur www.aefinfo.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  15. « Paris 2-Assas : trois parcours pour la licence de droit - L'Etudiant », sur www.letudiant.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  16. Louis Vogel, L’Université, une chance pour la France, PUF, , 106 p. (ISBN 9782130585268, lire en ligne)
  17. a et b « Le président d'Assas élu à la tête des universités », sur LEFIGARO (consulté le 30 novembre 2020)
  18. Philippe Jacqué, « Louis Vogel, élu président de la Conférence des présidents d'université », Le Monde, (consulté le 19 juillet 2007)
  19. Véronique Soulé, « Louis Vogel, la faculté d’adaptation », sur Libération.fr, (consulté le 30 novembre 2020)
  20. « Louis Vogel élu académicien au fauteuil d’André Damien (27 janvier 2020) », sur Académie des Sciences Morales et Politiques, (consulté le 15 septembre 2020).
  21. https://www.lemonde.fr/education/article/2013/02/25/sciences-po-paris-louis-vogel-jette-l-eponge-plus-que-deux-candidats-en-lice_5993591_1473685.html
  22. « Louis Vogel - Club d'Iéna », sur www.clubdiena.fr (consulté le 5 décembre 2016)
  23. « The Legal 500 > Vogel & Vogel > Paris, FRANCE > What the firm says », sur www.legal500.fr (consulté le 5 décembre 2016)
  24. Marine Babonneau, « Qui sont les 30 avocats les plus puissants de France en 2015 ? », GQ,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2016)
  25. « Un nouveau maire (LR) élu à Melun », sur LEFIGARO (consulté le 30 novembre 2020)
  26. Sophie Bordier, « Melun : le maire Gérard Millet se confie à la veille de passer la main », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  27. « Louis Vogel sur Facebook Watch » (consulté le 30 novembre 2020)
  28. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le 30 novembre 2020)
  29. « Résultats municipales 2020 à Melun », sur lemonde.fr (consulté le 15 septembre 2020).
  30. « CLUB D'IÉNA », sur Club d'Iéna (consulté le 15 septembre 2020).
  31. « Primaire à droite: les think tanks veulent peser dans la campagne », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2016)
  32. LIBERATION, « Second tour : qui soutient qui ? », sur Libération.fr, (consulté le 30 novembre 2020)
  33. « Législatives - Louis Vogel démissionne des Républicains et brigue l'investiture d'En Marche! », sur La République de Seine & Marne (consulté le 10 mai 2017)
  34. « Louis Vogel quitte Les Républicains », sur leparisien.fr,
  35. Le JDD, « Voici la tribune des 72 maires et élus locaux de droite et du centre qui annoncent leur soutien à Macron », sur lejdd.fr (consulté le 30 novembre 2020)
  36. « Le manifeste », sur La République des Maires et des élus locaux (consulté le 30 novembre 2020)
  37. « Les solutions de la RDM », sur La République des Maires et des élus locaux (consulté le 30 novembre 2020)
  38. « Le bureau de la République des Maires », sur La République des Maires et des élus locaux (consulté le 30 novembre 2020)
  39. (de) « Ehrendoktorwürden - 2012 - Louis Vogel », sur hu-berlin.de (consulté le 1er mars 2017)
  40. asmp2018, « Louis Vogel », sur Académie des Sciences Morales et Politiques (consulté le 30 novembre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]