Wolfgang Schäuble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wolfgang Schäuble
Wolfgang Schäuble le 27 janvier 2014.
Wolfgang Schäuble le 27 janvier 2014.
Fonctions
Ministre fédéral des Finances d'Allemagne
En fonction depuis le
Chancelier Angela Merkel
Prédécesseur Peer Steinbrück
Ministre fédéral de l'Intérieur
Chancelier Angela Merkel
Prédécesseur Otto Schily
Successeur Thomas de Maizière
Président fédéral de l'Union
chrétienne-démocrate d'Allemagne
Prédécesseur Helmut Kohl
Successeur Angela Merkel
Président du groupe CDU/CSU au Bundestag
Législature 12e, 13e et 14e Bundestag
Prédécesseur Alfred Dregger
Successeur Friedrich Merz
Ministre fédéral de l'Intérieur
Chancelier Helmut Kohl
Prédécesseur Friedrich Zimmermann
Successeur Rudolf Seiters
Ministre fédéral avec attributions spéciales
Directeur de la chancellerie fédérale
Chancelier Helmut Kohl
Prédécesseur Waldemar Schreckenberger
Successeur Rudolf Seiters
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Fribourg-en-Brisgau
(Allemagne)
Parti politique CDU
Profession Haut fonctionnaire
Avocat
Religion Protestantisme

Wolfgang Schäuble
Ministres fédéraux des Finances d'Allemagne
Ministres fédéraux de l'Intérieur d'Allemagne
Directeurs de la chancellerie fédérale d'Allemagne.

Wolfgang Schäuble, né le à Fribourg-en-Brisgau, est un homme politique allemand membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU). Il est la personnalité de ce parti ayant siégé le plus longtemps au Bundestag.

Directeur de la chancellerie fédérale, il se voit confier par Helmut Kohl, en 1989, le ministère fédéral de l'Intérieur, où il négocie les conditions de la réunification allemande et élabore le projet d'une Europe restreinte au cœur de la future zone euro. Victime d'un attentat qui le rend paraplégique, il préside, dans les années 1990, le groupe CDU/CSU au Bundestag puis la CDU elle-même. Alors qu'il se prépare à être élu chancelier, le scandale des caisses noires de la CDU l'oblige, en 2000, à démissionner de la présidence du parti.

En 2005, il retrouve le ministère de l'Intérieur dans le gouvernement de coalition dirigé par Angela Merkel ; tout en jugeant l'immigration utile à l'Allemagne, il préconise une politique sécuritaire, dénoncée comme une « Stasi 2.0 (de) ». Nommé ministre fédéral des Finances en 2009, il défend les politiques d'austérité en Europe et œuvre pour la sortie de la Grèce de la zone euro en 2015. Bien que critiqué par des militants des droits civiques, il est une personnalité très populaire auprès des Allemands.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Formation[modifier | modifier le code]

Wolfgang Schäuble obtient son Abitur en 1961. Il poursuit des études supérieures à la faculté de droit de Fribourg-en-Brisgau, puis à celle Hambourg. Il les achève en 1966 en passant son premier examen juridique d'État.

Il obtient le second en 1970, puis son doctorat l'année suivante.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Entre 1966 et 1970, Wolfgang Schäuble occupe un poste d'assistant à l'Université de Fribourg-en-Brisgau, et représente le recteur des études politiques. Il entre à l'administration fiscale du Bade-Wurtemberg en 1971.

Il a également été avocat à la cour régionale d'Offenbourg de 1978 à 1984.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2015). Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Wolfgang Schäuble est le second des trois enfants de Karl Schäuble (1907-2000), un représentant de commerce de Hornberg que la foi catholique a tenu éloigné du nazisme[réf. nécessaire] et qui fut de 1947 à 1952, après s'être établi comme conseiller fiscal et avoir participé à la fondation de la section locale de la future CDU (de), député au Landtag de Bade. Son grand père travaillait comme menuisier dans l'industrie horlogère de la Forêt-Noire. Il est né au cours de la neuvième année de mariage de ses parents. Son frère benjamin, Thomas Schäuble, cadet de six ans, a été ministre du Bade-Wurtemberg.

Comme sa mère, Gertrud Göhring, qui a été élevée à Untertürkheim, banlieue de Stuttgart, dans des règles très strictes par un père maître dinandier, Wolfgang Schäuble appartient à l'Église évangélique allemande (EKD), qui est, depuis 1933, le regroupement national des églises protestantes, principalement luthériennes et calvinistes. Il est marié depuis 1969 à Ingeborg Hensle, une ingénieure diplômé (de) en économétrie sociale (de) qui a été de 1996 à 2008 présidente d'Action contre la faim dans le monde (en) et qui lui a donné quatre enfants.

Handicap[modifier | modifier le code]

Le couple Schäuble en mai 2007 à Neukölln pour l'avant première du Wallenstein de Peter Stein.

Wolfgang Schäuble est paralysé des membres inférieurs et ne se déplace plus qu'en fauteuil roulant depuis qu'un homme a tenté de l'assassiner au cours d'un meeting électoral[1]. L'attentat a eu lieu le dans la ville d'Oppenau. Deux balles tirées d'un Smith & Wesson .38 ont sectionné la moelle épinière. Une troisième a blessé à la main et au ventre le garde du corps qui se précipitait sur l'arme[2].

Jugé irresponsable au terme de son procès[3], l'auteur de l'attentat est soigné en hôpital psychiatrique[4]. Cinq années plus tard, le 12 octobre 1995, il demande publiquement, à la radio, pardon à sa victime[5].

Wolfgang Schäuble est curateur de la Fondation allemande de la paraplégie (de) (DSQ) et administrateur de l'Institut international de recherche sur la paraplégie de Zurich.

Rapport avec la France[modifier | modifier le code]

Originaire de l'Ortenau, en face de Strasbourg, Wolfgang Schäuble parle couramment le français[6] mais, sur le plan politique, s'est toujours détourné de la France[7] qu'il désigne parfois d'un terme ambigu utilisé dans l'espace germanique : « la Grande Nation »[8].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Affiche électorale du jeune candidat de la CDU Wolfgang Schäuble.

Wolfgang Schäuble découvre la politique alors qu'il n'est qu'un enfant, quand son père l'emmène avec l'aîné, Frieder (1937–2011), coller des affiches pour son parti, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne[9]. Il adhère à la Junge Union (JU), le mouvement de jeunesse de la CDU/CSU, en 1961, puis à la CDU quatre ans plus tard. Président de l'association des étudiants chrétiens-démocrates (RCDS) à Hambourg, puis Fribourg-en-Brisgau, il est élu à la tête de la JU de Bade-du-Sud, dans le Land de Bade-Wurtemberg en 1969, pour un mandat de trois ans.

Le , il est élu député fédéral au Bundestag, avant de prendre, en 1976, la direction de la commission fédérale des Sports de la CDU, qu'il occupe jusqu'en 1984. Il est désigné coordinateur parlementaire du groupe parlementaire de la CDU/CSU en 1981.

Dauphin d'Helmut Kohl[modifier | modifier le code]

Schäuble, deuxième à droite, reçu avec Bräutigam (de) le 27 mars 1987 par le ministre des Affaires étrangères de la RDA Oskar Fischer.

Il obtient son premier poste ministériel le , lorsqu'il est nommé ministre fédéral avec attributions spéciales et directeur de la chancellerie fédérale sous Helmut Kohl. Il occupe ce poste pendant près de cinq ans, puis devient ministre fédéral de l’Intérieur le . Il a joué un rôle important au moment de la réunification allemande[1] en négociant et signant, aux côtés de Günther Krause, le traité d'unification des deux Allemagnes, en 1990.

Bénéficiant de toute la confiance de Kohl, il retourne au Bundestag et prend la présidence du groupe des Unions chrétiennes le . Les échecs économiques et la baisse de popularité du Chancelier lui profite et lui sont l'occasion de se positionner auprès de l'opinion publique allemande comme successeur de celui ci[10].

Le 27 septembre 1998, la CDU perd les élections et entre dans l'opposition. Perçu comme un « éternel Kronprinz », la perspective de succéder enfin à Helmut Kohl au poste de chancelier se précise. Il se présente comme le principal opposant en lançant un an plus tard une pétition contre la réforme du code de la nationalité voulue par la coalition rouge-verte de Gerhard Schröder et de Joschka Fischer, sous le titre « Intégration : oui – Double nationalité : non ! ».

Membre du comité directeur fédéral du parti depuis 1989, Wolfgang Schäuble est élu le pour succéder à Helmut Kohl à la présidence fédérale de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne. Il nomme alors Angela Merkel au poste stratégique de secrétaire générale.

Arrêt de son ascension politique[modifier | modifier le code]

En 1994, alors qu'il n'est que membre du comité directeur fédéral de la CDU, Wolfgang Schäuble fait encaisser, sous un item comptable fallacieux, un chèque de cent mille marks du trafiquant d'armes Karlheinz Schreiber. Au-delà de son aveu formulé le 10 janvier 2000[11], il est soupçonné d'avoir reçu du même intermédiaire un dessous de table à destination du parti. Cet épisode des « comptes de la CDU cachés en Suisse » le contraint à la démission quinze mois après sa nomination à la présidence de la CDU, en février 2000. Ses explications ont été contredites par la trésorière du parti[12].

Il déclare en démissionnant qu'il a « acquis la conviction que la CDU ne pourrait pas se libérer du carcan de cette crise sans un nouveau départ visible, qui concerne aussi les personnes ». Avec sa démission, c'est « l'ère Kohl » qui s'achève[13]. Lors du congrès qui suit, il est réélu membre de la présidence fédérale du parti, tandis qu'Angela Merkel lui succède. Il abandonne la présidence du groupe parlementaire le 29 février. Le procureur abonnera les charges à son encontre faute de preuves. La destination des sommes, supposées être les caisses de la CDU en échange d'autorisation de construire et de marchés publics, est donc restée indéterminée.

À la suite du renversement du bourgmestre-gouverneur de Berlin, Eberhard Diepgen, chrétien-démocrate, en 2001, sa candidature est proposée comme chef de file de la CDU berlinoise, mais est rejetée au profit de celle de Frank Steffel. Il est réélu député fédéral aux élections de 2002, et devient vice-président du groupe, chargé de la politique étrangère, de sécurité et européenne. L'année suivante, à l'inverse de nombreux politiciens allemands, il soutient l'intervention militaire américaine en Irak.

Retour au gouvernement fédéral[modifier | modifier le code]

En 2004, il est pressenti comme candidat de la CDU/CSU à l'élection présidentielle du 23 mai, mais Angela Merkel lui préfère finalement Horst Köhler, directeur général du FMI[1].

Wolfgang Schäuble fait son véritable retour le , lorsqu'il retrouve le poste de ministre fédéral de l'Intérieur dans la grande coalition dirigée par la nouvelle chancelière, Angela Merkel. Il hérite du « Catalogue Otto » de son prédécesseur, ensemble de mesures sécuritaires prises par le gouvernement Schröder, et du dossier[14] impliquant, avec la complicité en particulier de l'agent Kyle Foggo[15], le BND[16], les services secrets allemands, dans le transfert extrajudiciaire de « détenus fantômes » vers les centres de torture secrets ouverts par la CIA en Europe de l'Est. Trois semaines après sa nomination, sans attendre les conclusions accablantes du rapport Marty et le témoignage d'une victime, Khalid El-Masri[17], il se prononce en faveur d'une telle collaboration[18].

Action d'agitprop du Chaos Computer Club et du AK Vorrat (de), le 4 septembre 2007 à 15:30 contre la « Stasi 2.0 (de) » de Wolfgang Schäuble durant le Salon international de la radiodiffusion de Berlin.

Il s'illustre en 2007 par des déclarations polémiques qui militent dans le sens de la « guerre contre le terrorisme ». Il affirme que l'application de la présomption d'innocence n'est pas pertinente dans le cas des opérations anti-terroristes. Il propose la mise en place d'une législation fédérale autorisant les exécutions extrajudiciaires de terroristes et interdisant aux personnes soupçonnées de sympathiser avec les terroristes d'utiliser un téléphone mobile ou Internet. Il se déclare favorable aux détentions de sûreté (de) à l'instar du camp américain de Guantánamo, à propos duquel il argüe qu'il s'agissait d'une « réponse légalement admissible des civilisations constitutionnelles contre la barbarie du terrorisme. »[19]. Il va jusqu'à inciter à une réforme de mode de scrutin d'une Diète indocile, en supprimant tout quorum et en réduisant l'assiette du vote aux seuls députés présents.

Tout en prônant une politique qui encadre une immigration qu'il juge incontournable alors que l'Allemagne doit trouver une solution à son problème de dénatalité, il préconise une politique sécuritaire. Ses détracteurs la comparent à la politique de la police secrète est-allemande, la Stasi, et lancent une campagne de dénigrement intitulée ironiquement Stasi 2.0 (de).

Ministre fédéral des Finances[modifier | modifier le code]

Il est désigné ministre fédéral des Finances le , à la suite de la formation d'une coalition noire-jaune. À ce titre, il sera responsable de la mise en œuvre des baisses d'impôt prévues par l'accord de coalition et de la réduction du déficit budgétaire[1].

Il a annoncé en avoir autorisé l'achat de données bancaires, volées en Suisse, qui concernent des contribuables allemands soupçonnés de fraude fiscale[20]. Un mois plus tard, il se prononce en faveur de la création d'un FMI européen dans le contexte de la crise des finances publiques de la Grèce[21]. Il a également dit être favorable à l'expulsion de la zone euro d'un État qui ne parviendrait pas à redresser ses finances publiques[22]. Victime de plusieurs ennuis de santé au début de l'année 2010, il est évacué du conseil pour les affaires économiques et financières (ECOFIN), réuni le à Bruxelles, à la suite d'une allergie à un nouveau médicament, et reste hospitalisé jusqu'au lendemain[23].

Le , en plein débat sur le projet de budget fédéral au Bundestag, il est hospitalisé en raison d'escarres, et reste absent de la vie politique pendant quatre semaines[24]. Son retour est marqué par la démission de son porte-parole[25] et par des spéculations de remaniement ministériel qui le verrait quitter son poste – et le gouvernement – au profit de Thomas de Maizière[26].

Wolfgang Schäuble et Angela Merkel au Bundestag en septembre 2014.

Très populaire au sein de la CDU, il incarne la politique économique « orthodoxe » de l'Allemagne d'Angela Merkel, et notamment son succès, dans une Europe pâtissant encore de la crise de 2008. En 2012, il est lauréat du Prix International Charlemagne. Il est toutefois critiqué dans les pays ayant eu le sentiment de subir une « cure d'austérité » imposée par la première puissance économique du continent[6]. À la formation du cabinet Merkel III, le , il est reconduit dans ses fonctions.

En mars 2014, alors que le président de la République française, François Hollande, a officiellement invité le président russe Vladimir Poutine à la commémoration du 70e anniversaire du débarquement de Normandie, Wolfgang Schäuble s'exprime publiquement sur le rattachement de la Crimée à la Russie, compare l'opération à l'annexion des Sudètes, que les accords de Munich avaient autorisée en septembre 1938, et Vladimir Poutine à Adolf Hitler[27]. Avec 72 % d'opinions favorables, il est alors, auprès des Allemands, un homme des plus populaires, qui pèse de tout le poids de cette popularité pour imposer ses vues au sein du gouvernement de coalition[28].

Publications[modifier | modifier le code]

Le statut de l'auditeur en cabinets d'audit au regard du droit du travail.
Le Contrat. Comment j'ai négocié l'unité allemande.
Et face à l'avenir. Perspectives de la politique allemande.
Et pourtant, elle tourne.
Dans la vraie vie.
L'Occident échoue-t il ? L'Allemagne et le nouvel ordre mondial.
Notre société a-t elle besoin de la religion ? À propos de la valeur que portent les croyances.
  • « 60 Jahre Grundgesetz: Verfassungsanspruch und Wirklichkeit.», in dir. Caroline Robertson (de), Kulturwissenschaft interdisziplinär, vol. 4 "60 Jahre Grundgesetz. Interdisziplinäre Perspektiven", Baden-Baden, 2009.
Soixante ans de constitution : recours et réalité.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations


Titres


Récipiendaire du prix Charlemagne en 2012.
Prix

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) « Wolfgang Schäuble, l'homme de fer de Merkel », Le Point,
  2. « [1] », Der Spiegel.
  3. « Focus Nr. 6: Freiheit auf Probe », Focus, 2 février 2004.
  4. « Schäuble-Attentäter wird entlassen », Tagespiegel.
  5. « Schäuble-Attentäter bittet um Verzeihung », BerlinerZeitung, 13 octobre 1995.
  6. a et b Nicolas Barotte, « Wolfgang Schäuble, l'inoxydable », in Le Figaro, encart Culture, mardi 26 novembre 2013, page 38.
  7. K. Littmann, « Mais qui est donc Wolfgang Schäuble? », in Eurojournalist(e), Mediapart, Paris, 11 mars 2015.
  8. F. Lemaître, « Wolfgang Schäuble, bourreau des Grecs, idole des Allemands. », Le Monde, Paris, 8 juillet 2015.
  9. Schütz, VIII, op. cité.
  10. S. Kinzer, « Bonn Journal; Kohl's Protege Turns Into Kohl's Challenger », The New York Times, 12 octobre 1992.
  11. « Kohl soll CDU-Vorsitzenden zur Aussage gedrängt haben », RP Oonline (de), 10 janvier 2000.
    « Schäuble war Mittäter », Spiegel online, 11 janvier 2000.
  12. « Schäuble contra Schreiber », Spiegel online, 11 février 2000.
    « Hintergrund: Untersuchungsausschuss. », N-tv, 14 décembre 2001.
  13. (fr) La démission de M. Schäuble de la tête de la CDU met un point final à l'ère Kohl en Allemagne - Le Monde,
  14. « http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/07/20/la-nsa-a-espionne-le-ministre-des-affaires-etrangeres-allemand-revele-wikileaks_4691517_4408996.html#gJpHJvlhySV4bzcl.99 La NSA a espionné le ministre des affaires étrangères allemand, révèle Wikileaks.», Le Monde, Paris, 20 juillet 2015.
  15. D. Johnston & M. Mazzetti, « A Window Into C.I.A.’s Embrace of Secret Jails. », The New York Times, New York, 12 août 2009.
  16. « German Spy Agency Admits Mishandling Abduction Case », The New York Times, New York, 2 juin 2006.
  17. « CIA-Affäre. El Masri von Deutschem in Kabul verhört? » RP online (de), Düsseldorf, 14 mars 2006.
  18. « Schäuble facht Debatte über Folter an », nouvelle no 45008, ARD, Berlin, 16 décembre 2005.
  19. G. Hofmann (de), « Nachtlektuere?Schäubles Nachtlektüre », in Die Zeit, no 33, p. 7, Hambourg, 9 août 2007.
  20. (fr) « Le fisc allemand achète ses listes de fraudeur en France », L'Express,
  21. (fr) L'Allemagne veut un FMI européen, Le Figaro,
  22. (fr) Une expulsion de la zone euro évoquée, Le Figaro,
  23. (fr) Spéculations sur le départ de Wolfgang Schäuble, Le Figaro,
  24. (fr) Wolfgang Schäuble absent quatre semaines pour raisons médicales, Reuters, le
  25. (de) Le porte-parole de Schäuble démissionne, Frankfurter Allgemeine Zeitung, le
  26. (de) Merkel fidèle à Schäuble, Frankfurter Allgemeine Zeitung, le
  27. (en) Ch. Reiermann, « Fighting Words: Schäuble Says Putin's Crimea Plans Reminiscent of Hitler », Der Spiegel, 31 mars 2014.
  28. F. Lemaître, « Grèce : Wolfgang Schäuble n’exclut pas de démissionner. », 'Le Monde, Paris, 19 juillet 2015.
  29. Meldung auf der Seite der luxemburgischen Botschaft in Berlin
  30. « Europäischer Handwerkspreis », Nordrhein-Westfälischer Handwerkstag e. V.
  31. « Wolfgang Schäuble erhält den Karlspreis 2012 », Focus Online, 10 décembre 2011.
  32. « Schäuble für Verdienste um Einheit und Europa geehrt. », MDR Thüringen (de), Erfurt, 21 juin 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]