Henri Bentégeat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Bentégeat
Henri Bentégeat1 Domenjod-22nov2016.jpg
Henri Bentégeat - novembre 2016
Fonction
Chef d'État-Major des armées
-
Biographie
Naissance
(73 ans)
Drapeau de la France Talence
Nationalité
Allégeance
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Grade
Commandement
Distinctions

Henri Bentégeat, né le à Talence, en Gironde, est un général français, chef d'état-major des armées françaises, du au .

Biographie détaillée[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires à Bordeaux, où il obtient un premier baccalauréat (Sciences Ex) en 1963, Henri Bentégeat passe deux ans en classe préparatoire à Saint-Cyr (« Corniche » d'Amade au Lycée Montaigne de Bordeaux) (1963-1965), période pendant laquelle il obtient un second baccalauréat (Philo) en 1964. Il intègre en 1965 l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - promotion 1965-1967 « Lieutenant-colonel Driant ». À sa sortie, il choisit les troupes de marine puis passe par l'École d'application de l'Arme Blindée Cavalerie à Saumur.

En 1968, jeune lieutenant, il sert comme chef de peloton au 43e R.B.I.Ma (régiment blindé d'infanterie de marine).

En 1970, il sert au 1er régiment interarmes d'outre-mer (RIOM) à Dakar (Sénégal), comme chef de peloton puis commandant d'escadron d'automitrailleuses.

En 1972, il commande une compagnie motorisée puis (de 1974 à 1977), un escadron de chars (le 3e) du Régiment de marche du Tchad à Montlhéry.

En 1977, il est affecté à l'état-major interarmées des Forces françaises à Djibouti où il est rédacteur au 3e et au 4e bureau.

En 1979, il devient officier presse au Service d'informations et de relations publiques des armées (SIRPA) à Paris. Au cours de cette période il est détaché au Tchad en 1980 et en Centrafrique en 1981.

De 1981 à 1983, il suit les cours de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1).

En 1983 il est admis à l'École de guerre (Paris).

En 1985, il devient chef du bureau opérations-instruction du régiment d'infanterie-chars de marine (RICM) de Vannes. Au cours de la période, il est chef de mission en Centrafrique et au Tchad (1986).

En 1987, il devient chef du bureau plans, emploi, renseignement à l'état-major de la 9e division d'infanterie de marine à Nantes.

En 1988 il est le chef de corps du RICM à Vannes (le régiment était déjà professionnalisé à cette époque).

En 1990, il devient attaché de défense adjoint à l'ambassade de France à Washington.

En 1992 il est auditeur de la 42e session du Centre des hautes études militaires (CHEM) et de la 45e session de l'Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN).

En 1993, il devient adjoint du chef de l'état-major particulier du président Mitterrand puis (en 1995) du président Chirac.

En 1986, il est commandant supérieur (COMSUP) des Forces armées aux Antilles (FAA) à Fort-de-France.

En 1998, il devient directeur adjoint de la délégation aux affaires stratégiques (DAS, actuellement DGRIS) du ministère de la Défense.

En , il devient chef d'état-major particulier du président de la République.

En , il est nommé chef d’état-major des armées (CEMA).

Du au , il dirige le comité militaire de l'Union européenne.

Il est admis en 2e section en 2009.

Prédécesseurs et successeurs dans les plus hauts postes tenus[modifier | modifier le code]

Grades et dates de promotion[modifier | modifier le code]

Autres diplômes et distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Préface[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Henri Bentégeat est marié et père de quatre enfants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ifm.free.fr
  2. Extrait de la citation de l'Institut (source : voir note précédente) Officier des Troupes de marine qui, comme commandant supérieur des forces armées aux Antilles, fut un des premiers officiers généraux non issus de la Marine à s’impliquer véritablement dans la lutte contre les nouvelles criminalités en mer. À l’état-major particulier du Président de la République il participa personnellement, au plus haut niveau de l’État, à la définition des pouvoirs nouveaux ou renforcés des préfets maritimes. Comme chef d’état-major des Armées il soutint le concept de sauvegarde maritime et veilla à lui faire attribuer les moyens en cohérence avec l’exigence de sécurité et de sûreté maritimes nécessitée par l’évolution de la situation géopolitique. Aujourd’hui, convaincu que « nos façades maritimes et nos départements et territoires d’outre-mer sont à la fois pour nous une chance et une contrainte, une richesse et une obligation », il s’implique avec énergie dans le dossier de la politique maritime européenne.
  3. Décret du 15 avril 2016