Gabriel Puaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gabriel Puaux, né à Paris (6e arrondissement) le [1] et mort à Kitzbuhel en Autriche le , est un diplomate et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'historien et pasteur Frank Puaux, il est licencié en lettres et en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques. il devient attaché d'ambassade à Berne en 1908 puis chef de cabinet du résident général de France en Tunisie de 1907 à 1912. Après un passage sous les drapeaux durant la Première Guerre mondiale, qui lui vaut d'être cité à l'ordre de l'armée, il revient en Tunisie comme secrétaire général du gouvernement (1919-1922).

Il occupe ensuite les postes de conseiller d'ambassade, ministre de France, en Lituanie, Roumanie et Autriche. Puaux est également nommé haut-commissaire de la République en Syrie et au Liban, le , pour administrer ces deux pays au nom du mandat français et y demeure jusqu'en 1940. En juin 1943[2], il devient résident général au Maroc, prenant la relève de Charles Noguès après sa démission[3], et le reste jusqu'en mars 1946[2].

En France, il occupe un siège de sénateur représentant les Français résidant en Tunisie (-) inscrit dans le groupe du Rassemblement du peuple français[4].

Il est président de la Société de l'histoire du protestantisme français de 1949 à 1963[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Promenoirs de Mayence. Entre France et Allemagne. Wotan et Jean Jacques : l'Europe chrétienne, 1925
  • Deux années au Levant. Souvenirs de Syrie et du Liban (1939-1940), 1952
  • Essai de psychanalyse des protectorats nord-africains, 1954
  • Mort et transfiguration de l'Autriche. 1933-1955, 1966

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 6/1454/1883 ; mention marginale : décédé à Kitzbuhel (Autriche) le premier janvier 1970 (consulté le 29 septembre 2012)
  2. a et b Abdellah Ben Mlih, Structures politiques du Maroc colonial, L'Harmattan, coll. « Histoire et perspectives méditerranéennes », , 396 p. (ISBN 2738408338 et 9782738408334, lire en ligne), p. 345
  3. Michel Abitbol, Histoire du Maroc, Paris, Perrin, [détail de l’édition], p. 498
  4. a b et c Fiche de Gabriel Puaux (Sénat français)
  5. Gabriel Puaux, Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, vol. 97 (juillet-septembre 1950), p. 158-164 [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]